Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Soybean and Corn Advisor

Les conditions sèches réduisent les rendements de soya dans le sud et le nord-est du Brésil

07 janvier 2020, Soybean and Corn Advisor

Les conditions météorologiques dans une grande partie du centre du Brésil continuent d'être bénéfiques pour la culture de soya qui se trouve en développement, mais cela n'a pas été le cas dans le nord-est et l'extrême sud du Brésil. Jusqu'à présent, pendant la majeure partie de la saison de croissance, les précipitations dans le nord-est du Brésil ont été irrégulières et localisées. Cela a semblé changer quelque peu au cours de la semaine dernière, car davantage de pluie est tombée dans la région, mais probablement pas assez pour surmonter complètement les déficits d'humidité.

La météo dans l'extrême sud du Rio Grande do Sul a été très problématique. En novembre, il y a eu trop de pluie ce qui a retardé une partie des semis, mais depuis, c'est le contraire avec un temps chaud et sec qui a dominé du début décembre jusqu’à présent.

En général, le temps a été le meilleur dans les États du Mato Grosso, du Paraná et de Santa Catarina. Le temps a été le pire dans les États de Rio Grande do Sul et du nord-est du Brésil. Les conditions ont été tout à fait moyennes dans les États du Mato Grosso do Sul, du Goias et du Minas Gerais. Le directeur de l'Association brésilienne des producteurs de soya et de maïs (Aprosoja) estime que 95% du soya du Brésil a encore besoin de pluies supplémentaires pour terminer la saison.

J'estime qu'au moins 15% du soya du Brésil a un certain niveau de déficit hydrique. Cela comprend la moitié du Rio Grande do Sul (environ 8% de la superficie totale du soya du Brésil) et environ la moitié du soya du nord-est du Brésil (environ 6% de la superficie totale de soya du pays). Il existe également des zones inégales de stress hydrique dans les États du Mato Grosso do Sul, de Goias et du Minas Gerais.

Mato Grosso - Les premières récoltes de soya ont commencé le 16 septembre dernier (premier jour après la période sans soya) dans les régions du Mato Grosso où les agriculteurs ont semé du soya à maturation très hâtive (maturité en 95 jours) . Ce soya récolté hâtivement sera probablement suivi d'une deuxième récolte de coton ou peut-être d'une deuxième récolte de maïs.

Par exemple, dans la municipalité de Lucas do Rio Verde, située dans le centre-sud du Mato Grosso, le président du Syndicat rural local a indiqué que la récolte hâtive avait commencé et qu'elle se poursuivrait jusqu'à la mi-mars environ. Il a averti que certains des premiers rendements pourraient être quelque peu décevants en raison de périodes de conditions sèches pendant la saison de croissance. 

Dans la municipalité de Sorriso, dans le centre du Mato Grosso, les agriculteurs ont récolté 5% de leur soya avec des rendements hâtifs de l'ordre de 60 à 65 sacs par hectare (53,0 à 57,7 bo./acre). Le président du Syndicat rural s'attend à ce que le rendement final dans la municipalité soit de l'ordre de 50 à 60 sacs par hectare (44,4 à 53,2 bo./acre), ce qui est à peu près le même que les deux dernières années. Les agriculteurs de la municipalité ont vendu environ 60% de leur production de soya prévue.

Dans de nombreuses régions du Mato Grosso, les semis de soya ont quelque peu été retardés en raison du temps sec. En conséquence, il y a actuellement moins de soya prêt à être récolté dans le Mato Grosso par rapport au début de janvier dernier. 

Paraná - La récolte hâtive de soya a commencé au Paraná, en particulier dans le nord-ouest. Ce sera une saison de récolte prolongée en raison de la saison d’ensemencement prolongée. Le président de l'Association des producteurs de soya et de maïs de Paraná (Aprosoja / PR) a indiqué que le soya semé tôt avait subi une baisse de rendement en raison des conditions chaudes et sèches qui ont eu lieu plus tôt dans la saison de croissance. Le soya récolté précocement produit entre 30 à 40 sacs par hectare (26,6 à 35,5 bo./acre).

Le soya semé de façon intermédiaire se porte mieux, mais il a encore besoin de pluies supplémentaires dans les prochains jours pour garantir un bon potentiel de rendement. Les derniers plants de soya semés devraient également avoir des rendements inférieurs à ceux prévus en raison des périodes de conditions chaudes et sèches.

Rio Grande do Sul - Le soya du Rio Grande do Sul est ensemencé à 99% et Emater / RS indique que 85% de ce soya est en développement végétatif, 14% en floraison et 1% au remplissage des gousses. Emater estime que les agriculteurs de l'État ont planté 5,9 millions d'hectares (environ 16% de la superficie totale en soya du Brésil). 

Les conditions chaudes et sèches de l'État ont entraîné des problèmes d'émergence et de propagation végétale et continuent de provoquer un stress hydrique. Seul 1% du soya de l'État est au remplissage des gousses, il est donc encore temps que le soya récupère partiellement, mais je pense qu'il est probablement prudent de dire que la récolte de soya du Rio Grande do Sul sous-performera cette saison de croissance. Cette sous-performance de la récolte dépendra bien entendu de la météo. 

Nord-est du Brésil - Décembre n'a pas été un bon mois en termes météorologiques pour le nord-est du Brésil. Les conditions chaude et sèches ont retardé les semences après la fin de la période de plantation idéale. En raison des conditions sèches de décembre, l'État de Bahia a prolongé la date à laquelle le soya doit être planté pour pouvoir bénéficier des programmes gouvernementaux du 31 décembre au 20 janvier.

Dans l'État de Tocantins, dans le nord-est du Brésil, le vice-président de l'association régionale Aprosoja estime que 30% du soya a dû être replanté en raison d'une mauvaise émergence et de faibles étalements végétals causés par les conditions sèches de décembre. L'État reçoit normalement environ 240 mm de précipitations en décembre (9,6 pouces), mais seulement environ 40 mm (1,6 pouces) sont tombés au cours de cette période. Aprosoja estime que le rendement moyen du soya à travers l'État sera réduit de 20% en raison du mauvais temps.

Dans l'État de Maranhao, les agriculteurs espèrent terminer la plantation de leur soya d'ici la fin janvier. Une période de trois semaines de conditions sèches a retardé la plantation de soya au-delà de la période de plantation idéale. Le soja semé tardivement pourrait encore faire l'affaire, mais il faudrait une longue saison des pluies d'été.

Les quatre États du nord-est du Brésil sèment environ 12% du soya du Brésil, ce qui comprend: Bahia avec 1,6 million d'hectares, Tocantins avec 1,05 million, Maranhao avec 1,0 million et Piaui avec 0,78 million.

Mato Grosso do Sul - La plantation de soya dans le sud du Mato Grosso do Sul a été compliquée par les conditions sèches. Dans la municipalité de Laguna Carapa par exemple, les semences auraient dû commencer le 16 septembre, mais des pluies irrégulières ont retardé la plantation et ont obligé les agriculteurs à replanter 20 à 30% du soya. Dans les zones les plus touchées, on estime que les rendements pourraient chuter de 40%. 

La plantation tardive de soya dans le Mato Grosso do Sul va également retarder la plantation du maïs safrinha. Un agronome local estime que les agriculteurs de la municipalité réduiront leur superficie de maïs safrinha de 30% et planteront plutôt du blé, de l'avoine ou une culture de couverture.


Partager cet article