Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Soybean and Corn Advisor

Brésil : retarder la plantation de soya pourrait réduire la superficie de maïs au Safrinha

26 novembre 2019, Soybean and Corn Advisor

Il est possible que certains agriculteurs brésiliens ne plantent pas tout le maïs safrinha qu'ils avaient prévu. Cela est dû aux retards d’ensemencement de soya dans des États tels que le Mato Grosso do Sul, le Parana, Sao Paulo, Goias et le Minas Gerais.

D'une part, les semis de maïs safrinha seront retardés dans certains États, mais d'autre part, les prix du maïs sont très attractifs au Brésil et ils pourraient même augmenter en raison de l'affaiblissement de la devise brésilienne, des exportations, d'une demande intérieure forte et anticipée. Par conséquent, les prix potentiellement intéressants du maïs pourraient persuader certains agriculteurs de semer leur maïs au-delà de la période idéale de plantation.

Les conditions météorologiques pourraient également avoir une incidence sur la superficie potentielle de maïs safrinha. Si nous arrivons à la fin du mois de février ou au début du mois de mars de l'année prochaine et qu'il est prévu que les bonnes pluies se poursuivent en avril et en mai, les agriculteurs risquent de semer le maïs plus tard que prévu. Inversement, si l'on prévoit que les pluies d'été prennent fin plus tôt, ils ne voudront peut-être pas risquer de semer leur maïs plus tard que d'habitude.

Planter du maïs safrinha plus tard que souhaité ne signifie pas nécessairement que les rendements du maïs safrinha seront affectés, mais cela signifie également que le risque de rendements plus faibles augmente considérablement. Dans le centre du Brésil, le risque de semis tardifs reste le potentiel d'une fin précoce de la saison des pluies d'été avant la maturité du maïs. Dans les régions plus méridionales, le risque de semis tardifs est le risque de conditions sèche et de gel avant que le maïs n’atteigne sa maturité. 

Maïs Safrinha dans le Mato Grosso - Dans le Mato Grosso, 90% du maïs safrinha devrait être planté d'ici la fin février. Je ne pense donc pas qu'il sera très difficile de semer le maïs safrinha à temps dans le Mato Grosso, à moins que les conditions météo du mois de février soient assez pluvieuses. Dans les principales zones de plantation de maïs safrinha du Mato Grosso, les agriculteurs ont pu semer la majorité de leur maïs en temps voulu. Des pluies irrégulières dans certaines parties de l'est du Mato Grosso pourraient convaincre certains agriculteurs de faire passer une partie de leur maïs safrinha à une culture alternative. Étant donné que le Mato Grosso représente environ 43% de la superficie de maïs safrinha au Brésil, une bonne récolte de maïs dans cet État peut contribuer dans une large mesure à contrebalancer les baisses potentielles des rendements de maïs dans d'autres États en raison du retard des semis qui les affecte. 

Le maïs Safrinha dans le Paraná - Le Paraná est le deuxième plus gros État producteur de maïs safrinha après le Mato Grosso et la majeure partie de ce maïs est plantée dans la partie occidentale de cet État. AgRural estime que seulement 53% du maïs safrinha sera semé d'ici la fin du mois de février. Par conséquent, environ la moitié de la récolte sera ensemencée en mars et risque de faire baisser les rendements.

Maïs safrinha dans le Mato Grosso do Sul - Selon Aprosoja / MS, compte tenu des variétés de soya utilisées et de leur date d’ensemencement, il est estimé que 30% du maïs safrinha sera planté au-delà de la période idéale, le soumettant ainsi à des pertes potentielles dues au gel, communes en juin et juillet, en particulier dans le sud de l’État. Au début de la semaine dernière, la récolte de soya avait été ensemencée à environ 73%, contre 100% l'an dernier à la même période.

Maïs safrinha dans le Minas Gerais - Selon le président de la Commission des céréales de la Confédération de l'agriculture et de l'élevage du Minas Gerais (Faemg), les agriculteurs de l'État pourraient réduire leur superficie de maïs safrinha jusqu'à 30% en raison de la plantation tardive. Au lieu de semer du maïs, ils peuvent passer au sorgho, un grain qui est plus tolérant au conditions sèches.

Dans cet État, les semis tardifs potentiels du maïs safrinha sont dû au retard des ensemencements soya. Le soya dans le Minas Gerais a été planté à 60-70% la semaine dernière, contre 95% un an auparavant.


Partager cet article