Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Soybean and Corn Advisor

Aprosoja s’objecte à la prolongation de la date limite pour les ensemencements du soya dans le Paraná

18 novembre 2019, Soybean and Corn Advisor

L'Association des producteurs de soya et de maïs du Paraná, au Brésil (Aprosoja-PR), a contesté la décision récente du Bureau de la protection de l'agriculture et de l'élevage du Paraná (Adapar) d'autoriser les agriculteurs de cet État à planter du soya au-delà de la date limite fixée précédemment au 31 décembre. Dans une interview publiée par Noticias Agricolas, le directeur d’Aprosoja s’est dit préoccupé par le fait que les nouvelles directives d’ensemencement pour une plantation ultérieure de soya pourraient ouvrir la porte à de nouveaux problèmes pour lutter contre la rouille du soya.

Les nouvelles règles, établies par Adapar le 5 novembre dernier, permettent aux agriculteurs du Paraná de planter leur soya aussi tard qu’ils le souhaitent, à condition qu’il soit récolté le 15 mai et qu’il n’y ait plus de soya vivant après le 9 juin. La nouvelle règle faisait suite à une demande des agriculteurs du sud du Paraná qui avaient annoncé que la date limite restreignait leurs options de rotation des cultures et que les agriculteurs de Santa Catarina étaient autorisés à planter du soya jusqu'au 10 février.

Aprosoja a indiqué que la nouvelle règle est contraire aux recommandations de Embrapa Soja, la principale institution scientifique brésilienne responsable de la recherche sur le soya. Embrapa a indiqué que plus le soya est tardif, plus il est difficile de lutter contre la rouille du soya et plus d'applications de fongicides seront nécessaires.

C'est le nombre croissant d'applications de fongicides qui inquiète les chercheurs. Ils font valoir que l'augmentation du nombre d'applications augmente la vitesse à laquelle la maladie développe une résistance aux fongicides. Les chercheurs ont estimé qu'aucune nouvelle preuve scientifique n'avait été présentée pour justifier les règles de plantation révisées. Ils soutiennent que l'extension n'aurait dû être accordée que s'il existait de nouvelles variétés de soya résistantes à la rouille ou si de nouveaux fongicides étaient disponibles avec de nouveaux modes de lutte.

L'État de Paraná est généralement le deuxième plus gros État producteur de soya au Brésil et le soya est la principale culture de l'État. La rouille du soya est la maladie du soya la plus importante au Brésil et le contrôle de la rouille du soya est une préoccupation majeure des agriculteurs de Paraná et du Brésil tout entier.


Partager cet article