Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-Lettre RJO : Début des semis au Brésil

05 octobre 2016, RJO'Brien

Aujourd’hui le 5 octobre,

​Départ des semis en Amérique du Sud (Argentine et Brésil)
Brésil : corn semé à 25% et soja à 4%
Argentine : corn semé à 22%, pas de mention pour le soja

Brésil

Maïs : Il y deux récoltes de maïs pendant la même année. La première qui est semé pendant notre automne entre septembre et novembre qu’on appelle La première récolte, ce n’est pas très original mais c’est comme ca. Elle est habituellement récoltée à l’hiver en février/avril. La deuxième récolte s’appelle Safrinha, ou « petite récolte » en portugais. Elle est semée à l’hiver tout de suite après le soja, quasiment en même temps. Par contre la petite récolte n’est plus si petite puisqu’elle maintenant plus grosse que la première! C’est un phénomène qui a prit beaucoup d’ampleur depuis 10 ans et il faudra s’y habituer. En fait, cette deuxième récolte Safrinha est quasiment toute dédiée au programme d’exportation Brésilien et vient directement compétitionner les produits américains. Dans le dernier rapport USDA, la production de maïs au Brésil est évaluée à 82.50 millions de tonnes métriques pour 2016/17, comparativement à 383 millions pour les USA. Au niveau des exportations, les USA dominent encore quoique la marge soit moins grande qu’avant. Pour 2016/17 les américains s’apprêtent à exporter 55 millions de tonnes versus 24.50 pour le Brésil (et 24 million Argentine).

Cette semaine les semis de maïs passent de 16% à 25% complétés, en retard par rapport à l’an dernier (34%). Les régions de Rio Grande, Santa Clarina et Parana sont les plus en retard. Le bilan offre-demande du Brésil est extrêmement précaire et la production DOIT être au rendez-vous sinon faudra se fier encore au programme d’export américain.

 

Pour le soja, il n'y qu’une seule récolte qui est semé à l’automne et elle est récoltée à partir du mois de février. Comme dans le corn, les américains demeurent les plus gros producteurs mais l’écart avec d’autres pays à significativement rétrécis qu’ils se retrouvent nez à nez avec le Brésil. Les pays en voie de développement ont été en mesure d’augmenter les superficies et le progrès technologique a fait en sorte que le rattrapage au niveau des rendements a été spectaculaire.

Pour l’année de commercialisation qui s’en vient, les américains prévoient produire 114 millions de tonnes métriques de soja tandis que le Brésil n’est vraiment pas très loin derrière avec 101 millions (Argentine 57MMT).

Par contre, même si les américains en produisent plus, le programme d’export Brésilien est prévu pour surpasser les USA avec 58MMT comparativement à 54MMT (WASDE septembre 2016 http://www.usda.gov/oce/commodity/wasde/latest.pdf)

Les américain sont en voie d’établir de nouveaux record de production (rendement) cette année pour subvenir à la très forte demande et nous surveillons donc de près comment la situation au Sud se déroule. Les semis débutent à peine à 4% de complété mais cela demeure dans les moyennes car le gros du travail se passe en octobre et novembre.

SIMON BRIERE

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article