Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - Extra viande

29 avril 2020, RJO'Brien

Bonjour, 

Statistiques d’abattage aux États-Unis

 

Le président Donald Trump a ordonné mardi aux abattoirs et usines de transformation de rester ouverts pour protéger l'approvisionnement alimentaire aux États-Unis, malgré les préoccupations concernant les flambées de cas de COVID-19 dans les usines, provoquant une réaction des syndicats qui ont déclaré que les travailleurs à risque avaient besoin de plus de protection. Soucieux des pénuries alimentaires et des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, Trump a publié un décret en utilisant le Defense Production Act pour exiger que les abattoirs continuent de fonctionner malgré le risque pour les employés. Tel que discuté dans nos derniers commentaires, les plus grandes entreprises de viande au monde, notamment Smithfield Foods Inc, Cargill Inc, JBS USA et Tyson, ont interrompu leurs activités dans une vingtaine d'abattoirs et d'usines de transformation en Amérique du Nord, attisant les craintes d'une pénurie de viande. L'ordonnance est conçue en partie pour donner aux entreprises une couverture juridique avec plus de protection contre la responsabilité au cas où les employés attraperaient le virus en raison de leur obligation de se rendre au travail. Cela ne veut pas dire que les abattoirs retourneront à 100% de leur capacité cette semaine et le marché boursier semble indécis quant à l’impact de cette nouvelle sur le prix. D’une part, la capacité d’abattage devrait augmenté ce qui devrait mettre une pression à la baisse sur le prix des découpes. D’autre part, le goulot d’étranglement dans la chaine de production devrait s’ouvrir ce qui devrait permettre d’augmenter la demande pour les animaux vivants et ainsi faire monter le prix cash

Selon une entrevue effectuée par Reuters, certains agriculteurs ont déclaré qu'il était trop tard car les porcs avaient déjà été euthanasiés. L’annonce offre peu de consolation pour les agriculteurs qui, au cours des dernières semaines, ont avorté des milliers de porcelets et euthanasié les nouveau-nés en raison des fermetures d'abattoirs. Cependant, il est carrément impossible de connaître l’ampleur de cette diminution du troupeau avant le prochain rapport hogs and pigsqui sera publié à la fin juin. Ce sera un élément déterminant pour les prix du porc à l’automne.  

Hier, les abattages de porc totalisaient seulement 283,000 têtes comparativement à 471,000 l’an dernier. Depuis le début de la semaine, les abattages totalisent 586,000 porcs comparativement à 719,000 la semaine dernière et 939,000 porcs l’an dernier. Cela signifie que l’offre de viande sera très limité cette semaine et qu’on aura des abattages à des niveaux historiquement bas. En parallèle, le prix des découpes de porc a bondi de +4.78 c/lb hier, pour atteindre 88.49 c/lb… on parle d’un rebond de 36.5 cents depuis la mi-avril!

Dans le bœuf, la situation n’est pas mieux. Les abattages de mardi étaient seulement de 76,000 têtes comparativement à 121,000 l’an dernier. Depuis le début de la semaine, il s’est abattu seulement 153,000 bovins comparativement à 170,000 et 241,000 têtes la semaine dernière et l’an dernier respectivement. Le prix de la découpe de bœuf a grimpé d’environ de 20 c/lb hier (+18.98c pour leChoice et +22.10c pour le Select). 

Il faut comprendre que les problèmes d’abattage touchent toutes les viandes (bœuf, porc, poulet et dinde). En coupant subitement la disponibilité de protéine par -25% sur l’ensemble du marché américain, c’est un choc de production jamais observé et c’est difficile de dire jusqu’où la valeur des viandes (après abattage) peuvent grimper, mais le potentiel haussier est là. Cependant, il faut garder en tête que les prix à la bourse sont pour les animaux vivants (avant abattage) et n’offrent pas la même dynamique que le marché des découpes. Particulièrement pour le bœuf dont les animaux sont gardés en parc plutôt qu’être euthanasiés, de même que les avortements puisque la gestation de la vache est bien trop avancée (et long) pour être avorter et le veau en question pourra rester en pâturage. Il y a donc plus de chance de voir le refoulement de la production arriver sur les marchés dans quelques semaines/mois pour le bœuf que pour le porc.

Prix des découpes de porc – cents/lb

 

Prix des découpes de bœuf (choice) – cents/lb

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.SC., CFA, CAIA 

Stratège de marché chez R.J. O'Brien & Associés Canada Inc.
Trading desk : (514) 218-6888
Tel (mobile): (514) 449-8993
Fax: (514) 932-7340 
 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article