Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-Lettre RJO

28 février 2020, RJO'Brien

Aujourd’hui le 28 février

Fin du mois, ou fin du monde?

C’est fou ce qu’un virus peut causer. Une grosse grippe d’homme – avec un gros gin citron miel de Grand’Pa, une soupe poulet et nouille, du seven up flat pis un épisode de Price is Right.

Le virus va ralentir la croissance, c’est certain. Tout le monde capote, à tort ou à raison ce n’est pas ça l’important car l’important ce que tout le monde capote quand même. C’est ça la peur – je me rappel quand j’étais plus jeune j’avais peur du monstre en dessous du lit, mais il y en a jamais eu de montre en dessous de mon lit. Des livres, de la poussière, une tasse de café de dimanche passé, une croute de pizz et possiblement l’autre bas que je cherche depuis 3 mois… ça oui. Mais pas de monstre. Mais la peur était bien réelle!

Je ne dis pas que le coronavirus c’est inventé de toute pièce, en fait je pense que c’est bien réel et qu’on en subira aussi les effets. Mais le climat de peur qui règne pèse lourdement. 

Par exemple, même nous chez RJO on prend des précautions! Ce matin dans mon inbox j’avais un courriel « RJO Alert:  Novel Coronavirus Update  -  Sent on behalf of RJO Senior Management » et une panoplie de mesures seront adoptées; restreindre le voyagement, limiter les conférences avec beaucoup de monde, travailler de la maison et même la quarantaine! En tout cas, tout ça pour dire que personne a envie de nieser avec la puck. Ça c’est chez nous, une firme de courtage ou je suis plus en contact avec des ordinateurs et du papier que d’autre chose! Imaginez l’impact que cela pourrait avoir sur une manufacture ou une usine avec des milliers de personnes…

La baisse de 15% en une semaine sur les indices boursier comme le DOW JONES intègre beaucoup ce risque et cette peur-là. Car aujourd’hui la planète est tissé ensemble au complet et ce qui se passe à l’autre bout du monde a un impact ici. Même le MADE IN QUEBEC est affecté, en partie ou en totalité car un bon nombre d’industrie a besoin d’importer soit une matière première ou une pièce pour compléter son projet. Exemple : si moi je fabrique un bidule ici, fait avec des employés d’ici et presque tous mes matériaux sont d’ici (presque) mais que sur les 1000 pièces que j’assemble il y en a une qui vient de la Chine – j’suis faite. Même si mon bidule est 99.9% fait ici, par ici, pour ici, la pièce qui manque elle est BO et mon bidule va poiroter jusqu’à temps que la pièce rentre ou que je trouve une alternative.

Le virus fait en sorte que tout sera stallé. Quoi que vous me direz qu’on commence à en avoir l’habitude ici avec les chemins de fer….. M’enfin.

C’est pour ça que quand je lis dans les journaux que « La Fed prête à agir si le coronavirus touche l’économie américaine » je me dit qu’on joue sur l’aspect psychologique plus que d’autre chose. Les taux d’intérêt ce n’est pas du Purell, ça ne fait pas disparaitre un virus.  Ça ne fait pas arriver une pièce qui est BO depuis un mois non plus. Ca débloque pas le CN. Par contre le marché financier pourrait être rassuré et calmé la peur du gros monstre en dessous du lit. C’est un remède, c’est bon – mais ce n’est pas une cure.  

La baisse des indices me rappelle aussi que le marché des actions a possiblement été (trop?) exubérant l’an dernier. Le SP500 qui a presque progressé de 25% alors que les revenus des entreprises n’ont progressé de 2%.... Le marché des actions monte depuis la crise de 2008 et c’est la plus longue run d’un marcher haussier. Tôt au tard je pense qu’un correction étaient due – plusieurs indicateurs suggéraient un ralentissement.

Pour l’instant c’est un ralentissement, une correction… mais on ne parle pas de crash boursier avec les gens qui se lancent du 25e étage à Wall Street.  

On est dans un marché turbulent, ça l’inquiète c’est bien évident, mais rappelez-vous que les rendements boursiers sont toujours à évaluer sur le long terme.

Voici le graphique des rendements du SP500 (logarithmique, parce qu’un baisse de 100 points aujourd’hui n’est pas pareille qu’une baisse de 100 points il y a 20 ans)

SIMON BRIERE

Stratège de marché chez R.J. O'Brien & Associés Canada Inc.
Tel: (514) 218-6888
Courriel : sbriere@rjobrien.com  

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article