Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - Extra viande

23 décembre 2019, RJO'Brien

Bonjour, 

  • Hogs & Pigs : Plus de gros porc, mais moins de porcelet. Positif pour les prix de 2020
  • Cold Storage :13% plus de porcs surgelés et -7% de bœufs surgelés au 30 novembre
  • Cattle-on-Feed : Plus de boeufs que prévus au 1er décembre, mais les prix tiennent le coups.

Hogs & Pigs

Lorsqu’on regarde le rapport Hogs & Pigs de cet après-midi dans sa globalité, on pourrait dire que le rapport est neutre pour le prix puisque le cheptel non-reproducteur est en ligne avec les attentes à 71 M porcs. Cependant, si on creuse un peu plus, on note que l’augmentation de la production est drôlement distribuée :

  • 180 lbs et plus : +6.7% versus l’an dernier ce qui explique les abattages de décembre et la faiblesse du prix cash
  • 50 lbs et moins : +1.2% seulement

Donc oui, au 1er décembre, il y avait 3% plus de porc, mais beaucoup de gros porcs pesants qui ont été abattus en décembre et très peu de porcelets pour la production de 2020. On peut donc s’attendre à une réaction positive à l’ouverture demain matin. 

Du côté du cheptel reproducteur, c’est en ligne avec les attentes avec 6.46 millions têtes. Ce qui est surprenant sont les mises-bas de septembre à novembre, en baisse de 1.2% versus l’an dernier. On a donc 2.1% plus de truies, mais 1.2% moins de mises-bas… Ça fait un trou de 3.3%?!?! D’autre part, la performance de ces truies est extraordinairement bonne avec 11.1 porcelets sevrés par portée, un gain de 3%. Au final, la production de porcelet est similaire aux attentes à 35.1 millions durant le trimestre. Cependant, ma théorie face à ces données est que les vieilles truies ont pris le bord, remplacées par de jeunes cochettes plus performantes. Possiblement que le nombre de portée moyen par troupeau a légèrement diminué ce qui explique la meilleure productivité des truies…. Mais pourquoi on a moins de mises-bas avec un plus gros troupeau reproducteur? Bonne question! Après avoir discuté avec quelques éleveurs, on peut penser à certaines causes :

  • Plus de cas de SRRP : si la truie avorte, on a pas de mises-bas? Par contre, j’ai pas trouvé de statistiques
  • Grosse augmentation dans les cochettes 0 à 6 mois : ces femelles font parties du troupeau reproducteur, mais ne sont pas productive. Cela serait inquiétant pour la production à venir.
  • Plus de retours?

Bref, la mathématique « plus de truies et moins de mises-bas » est possiblement la surprise du rapport d’aujourd’hui et difficilement explicable, bien que ça va devenir la norme si on si base sur les intentions de mises-bas des 2 prochains trimestres qui seraient à gain de +1.0% et +0.4% respectivement. 

Cependant, si vous avez suivi les derniers rapports Hogs & Pigs, une tendance se dessine : Intention de mises-bas très faible -> petit troupeau de porcelet -> moyen troupeau de porc 120 lbs -> ÉNORME production de porc abattus. Je reste donc prudent face à la petitesse du troupeau de porcelets puisqu’on dirait que les données de décembre vont évoluer comme les rapports précédents… particulièrement avec le cheptel reproducteur qui grossit. C’est rare que l’USDA fait des ajustements à la baisse dans ses prévisions.

Cold Storage

Comme on peut en déduire avec le rapport Hogs & Pigg, il y avait beaucoup de porcs à l’automne et ça se reflète dans les chiffres du Cold Storage. Bien qu’on commençait le mois de novembre avec des congélateurs pleins, ils se sont peu vidés en novembre passant de 612 millions à 575 millions livres. Les inventaires surgelés étaient donc 13% de plus qu’au 30 novembre 2018. C’est surtout les inventaires de bacon qui abondent, à 51.6 millions lbs (+40%), et les inventaires de longes à 48.4 millions lbs (+43%). 

Au 30 novembre, les inventaires surgelés de bœuf était de 480 millions de livres, légèrement sous les quantités de l’an dernier par -6.7%. Tout près de la moyenne quinquennale. Les inventaires de viande rouge montent à 1.09 milliard de livres, en hausse de 2% versus l’an dernier (plus de porc et moins de bœuf).

Cattle-on-Feed

Vendredi après-midi, l’USDA publiait le rapport mensuel des bœufs en parc d’engraissement. Malgré le fait que le nombre de bœuf en parc était supérieur aux attentes au 1er décembre, le marché n’a pas tellement baissé aujourd’hui. Le troupeau de bœufs en parc est de 12.03 millions de têtes, similaire à 2011 et un sommet pour la dernière décennie. Cela représente une augmentation de 2.5% versus l’an dernier alors que le marché s’attendait à 2.0% (fourchette de +1.3% à 2.8%). La surprise était le nouveau de veaux placés en parc, à 2.09 millions têtes, ce qui représente une croissance de 4.9% comparativement à la moyenne des estimés de +1.1% (fourchette de -2.3% à +7.1%). Les sorties en parc en novembre était en baisse de 3% ce qui est dans le bas des estimés.

Joyeux Noël !

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.SC., CFA, CAIA 

Stratège de marché chez R.J. O'Brien & Associés Canada Inc.
Trading desk : (514) 218-6888
Tel (mobile): (514) 449-8993
Fax: (514) 932-7340 
 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article