Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-Lettre RJO

29 août 2019, RJO'Brien

Aujourd’hui le 29 aout,

  • Production des principales grandes cultures
  • Donald et l’éthanol

Via Statistique Canada 

La production de maïs-grain devrait diminuer dans le centre du Canada

Les agriculteurs de l'Ontario, la principale province productrice de maïs-grain, s'attendent à ce que les rendements diminuent de 6,0 % par rapport à l'année précédente pour s'établir à 156,1 boisseaux à l'acre en 2019. La superficie récoltée devrait augmenter de 4,6 % comparativement à l'année précédente. Par conséquent, les agriculteurs s'attendent à ce que la production globale en Ontario diminue de 1,6 % pour s'établir à 8,6 millions de tonnes.

Au Québec, les producteurs de maïs-grain s'attendent à ce que la production diminue de 8,6 % pour se fixer à 3,3 millions de tonnes en 2019 en raison d'une réduction prévue de 2,0 % de la superficie récoltée, laquelle s'établirait à 928 700 acres. Les rendements devraient reculer de 6,8 % pour se situer à 140,2 boisseaux à l'acre.

La production de soya devrait diminuer

Les producteurs de soya de l'Ontario s'attendent à ce que leur production diminue de 12,5 % pour s'établir à 3,7 millions de tonnes en 2019. La superficie récoltée devrait augmenter de 3,0 % pour atteindre 3,1 millions d'acres, alors que le rendement devrait diminuer de 15,2 % pour se fixer à 43,6 boisseaux à l'acre.

Au Manitoba, selon les estimations, la production de soya devrait diminuer de 18,7 % pour s'établir à 1,3 million de tonnes en 2019, principalement en raison d'une réduction de 22,3 % de la superficie récoltée. Toujours selon les estimations, les rendements devraient atteindre 32,5 boisseaux à l'acre en 2019. La diminution prévue de la superficie récoltée est attribuable à la décision des agriculteurs de la province de réduire la superficie ensemencée après avoir connu des rendements plus faibles pendant plusieurs années en raison des conditions sèches.

Au Québec, les agriculteurs s'attendent à une baisse de 8,1 % des rendements de soya, lesquels s'établiraient à 43,1 boisseaux à l'acre en 2019. La superficie récoltée devrait diminuer de 1,4 % pour s'établir à 900 100 acres. Par conséquent, la production devrait reculer de 9,3 % pour s'établir à 1,1 million de tonnes en 2019.

Donald Donald Donald…

Donald a tweeté. Surpris? Non. Bon qu’est-ce qu’il dit…. En bon français paresseux de Google Translate du gars qui est encore au bureau et qui a faim : « Les agriculteurs vont être tellement heureux quand ils verront ce que nous faisons pour l'éthanol, sans même inclure l'E-15, année après année, ce qui est déjà fait. Ce sera un paquet géant, préparez-vous! Dans le même temps, j'ai pu sauver certaines raffineries des petites raffineries. Super pour tous! » 

Mes réactions… à chaud :

  • Tweet sans aucun détail. « Giant Package » ok… mais encore? Des promesses on en a vu d’autre. Tsé les guerre commerciales sont facile à gagner… j’ai déjà entendu ça. M’enfin. Le marché CBOT a grimpé sur cette information ce matin, mais le manque de précision s’est estompé plus tard en journée. 
  • Poudre aux yeux? À propos des raffinerie. Depuis un certain temps le gouvernent Trump n’agit clairement pas pour les fermier américains. Il peut bien tweeter ce qu’il veut, mais certains gestes me permettent de douter. Par exemple, puisqu’on parle d’éthanol… Comment ça se fait que le EPA (Environnemental Protection Agency), l’organisme qui s’occupe de gérer le mandat de d’énergie renouvelable (je parle du mandat d’éthanol), vient d’octroyer des passe-droit à 31 usine de transformation afin qu’ils puissent mettre moins d’éthanol. Ben oui… des dérogations relatives aux biocarburants dans les raffineries, tout pour exaspérer les producteurs d’éthanol et de maïs qui accusaient l’administration Trump d’avoir sauvé l’industrie pétrolière alors que les agriculteurs américains souffraient des droits de douane et des prix bas. Peut-être qu’il va sortir quelque chose de bon, je ne connais pas l’avenir, mais pour l’instant il met K.O. un bon nombre d’entreprise agricoles – sorte de technique à la Rocky 4 de se faire brasser dans les câbles pendant 11 rounds et finir fort au 12e. Qui sait? Depuis que Trump est entré en fonction, l'EPA a plus que quadruplé le nombre de dérogations accordées aux raffineurs, permettant ainsi à l'industrie pétrolière d'économiser des centaines de millions de dollars, les producteurs de maïs, qui affirment que ce changement menace la demande d'éthanol. Les raffineurs rejettent l'argument. Sauver et aider une industrie? Oui! Tout le monde est pour ça! Par contre, le prix à payer c’est les corn growers qui le paye en parti.

SIMON BRIERE

Stratège de marché chez R.J. O'Brien & Associés Canada Inc.
Tel: (514) 218-6888
Fax: 514-932-7340
 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article