Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Raphaël Pouliot & Réjean Leblanc, Consultants

marge 17 juin à 11$ par porc

17 juin 2019, Raphaël Pouliot & Réjean Leblanc, Consultants

Les faits saillants de la dernière semaine;

 

-  Le prix du maïs 1 an est fortement à la hausse à 271 $/t versus 254 $/t, il y a une semaine.

-  Le prix du tourteau 1 an est aussi à la hausse à 528 $/t versus 506 $/t la semaine dernière.

-  Le prix du porc 1 an à l’indice 100 est le même à 196 $/100 kg.

La marge par porc 1 an est à 11 $/porc.

 

Commentaires

 

La marge par porc 1 an a constamment diminué de puis la fin avril. De 57 $/porc, on est maintenant à 11 $/porc. Plusieurs éléments expliquent cela, il y a surtout une production américaine importante, des conflits commerciaux ou autre avec le Mexique et la Chine, moins d’achats des Chinois aux États-Unis et maintenant la hausse du prix des grains. Beaucoup d’entre vous ont sécurisé en moyenne un volume de vente de 20 à 40 %. Pour d’autres, surtout des naisseurs, moins de protection, car vous aviez peu de liquidité pour prendre des positions en avril.

 

Avec la baisse constante du prix sur 1 an, plusieurs positions dans cette strate de 20 à 40 % sont positives. Certes, cela parait bien comme conseiller, mais cela veut aussi dire qu’un volume de 60 à 80 % est moins favorable qu’à la fin avril, ce qui n’est pas optimal. Je préfèrerais que les clients soient à perte sur le volume sécurisés (mais à profit versus votre coût de production), car cela m’indiquerait un volume de 60 à  80 % avec des marges encore plus élevées.

 

Nous sommes à l’aube au Québec d’un service de gestion de risques. Comme conseiller, cela m’indique que j’ai encore beaucoup de travail à faire pour peaufiner des stratégies qui auraient sécurisé une grande partie de votre volume à 57 $/porc, cela sans sacrifier une hausse.

 

Par contre, rien n’indique à ce stade-ci que ce ne sera pas malgré tout une année positive. De minimiser la hausse du prix des grains sur vos marges est un élément important en ce moment.

 

 

Réjean Leblanc, agroéconomiste


Partager cet article