Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Revue des marchés - 15 mai 20

15 mai 2020,

Maïs

Les contrats de maïs US aux échéances les plus rapprochées ont terminé la session en hausse. Ceux différés ont fait l’inverse en clôturant en baisse. Celui mars 21 a fini la session inchangé alors que celui juillet 20 a progressé le plus.

Hier, l’USDA a mentionné que la semaine dernière, les ventes à l’exportation de maïs US ont été de 60,081 millions de boisseaux, ce qui correspondait à une augmentation hebdomadaire de 87 % et à une hausse annuelle de 157 %.

Le rapport de la CFTC (Commitment of Trader) a été présenté cet après-midi. Il indique que le 12 mai dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le maïs US ont augmenté leurs positions nettes vendeuses de 11 % à 214,054 contrats.

Le Buenos Aires Grain Exchange (BAGE) a rapporté que la récolte de maïs argentin était terminée à 40 %. Il également a laissé son estimation de celle-ci à 50 millions de tonnes.

Dans un appel d’offres international, l’Algérie a acheté 40,000 tonnes de maïs d’origine optionnelle. Les livraisons sont prévues pour juillet.

Soya

Les contrats de soya US aux échéances les plus rapprochées ont terminé la journée avec des gains. Les contrats différés ont clôturé en hausse. Celui mai 21 a gagné 5 ¼ cents. Par contre, sur la semaine, le contrat juillet a perdu 13 cents. Les contrats de tourteaux de soya US ont terminé la session en baisse de 40 à 70 cents/tonne. Sur la semaine, le contrat juillet a reculé de 3,40 $/tonne. L’huile de soya US a fini en hausse de 40 à 41 points. Néanmoins, sur la semaine, le contrat juillet 20 a perdu 31 points.

Dans son rapport présenté aujourd’hui, le NOPA indique que ses membres ont trituré 171,75 millions de boisseaux au cours du mois d’avril dernier, ce qui représentait une augmentation de 1,27 par rapport à la moyenne des anticipations du marché. C’était également une baisse de 5,3 % comparativement à mars dernier. Il s’agit toutefois d’un record pour le mois d’avril qui a dépassé celui de 2018 par 6,7 %. Les inventaires d’huile de soya US ont été évalués à 2,11 milliards de lb. Par ailleurs, les triturateurs US ont produit 4,05 millions de tonnes de tourteau de soya, soit une augmentation annuelle de 8 %.

Le rapport CoT a montré cet après-midi que mardi dernier, les spéculateurs actifs dans le soya US avaient des positions nettes acheteuses sur 32,465 contrats, ce qui en faisait les plus grosses positions nettes acheteuses depuis le 5 novembre dernier. Dans le tourteau de soya US, les gestionnaires avaient encore des positions nettes vendeuses sur 11,127 contrats.

Hier, le BAGE a rapporté que la récolte de soya argentin était complétée à 87,4 %.

Blé

À Chicago, les contrats de blé tendre rouge d’hiver ont reculé le plus. À la fermeture, ceux aux échéances les plus rapprochées avaient perdu 2 à 2 ¾ cents. Sur la semaine, le contrat de blé tendre rouge d’hiver a perdu 22 cents. Les contrats de blé dur rouge d’hiver ont été plus fermes en clôturant inchangés ou à une fraction de cent à la hausse. À Minneapolis, les contrats de blé dur rouge de printemps aux échéances les plus rapprochées ont terminé la session en baisse de 1 à 1 ¾ cents. Sur la semaine, le contrat de blé de printemps juillet 20 a reculé de 10 cents.

FranceAgriMer estime que 55 % du blé français se trouve dans les catégories «bon à excellent», une baisse de 2 % par rapport à la semaine passée. La firme de consultants a également estimé que les exportations de blé français 2019/2020 à l’extérieur de la zone UE seront de 13,3 millions de tonnes cette année, ce qui serait une augmentation annuelle de 38 % si elles se réalisaient.

Le rapport de la CFTC a indiqué que mardi dernier, les spéculateurs actifs dans le blé US avaient abaissé leurs positions nettes acheteuses sur le blé tendre rouge d’hiver de 858 contrats à 2,982 contrats en raison de la baisse des «opens interests». À Kansas, les gestionnaires avaient également réduit leurs positions nettes acheteuses sur le blé de 3,939 contrats à 3,895 contrats. À Minneapolis, ils avaient des positions nettes vendeuses sur 24,643 contrats.

L’Ukraine a atteint 98 % de son quota d’exportations de blé.

Bœuf

Les contrats de bœuf US ont terminé la session en hausse. Ceux de 2020 ont gagné de 37 à 82 cents. Le contrat juin était une exception puisqu’il a fini en forte progression de 2,87 $. Quant au veau US, il a clôturé dans le vert de 2 à 92 cents.

Le 14 mai dernier, le CME Feeder Cattle Index était en hausse de 85 cents à 124,80 $.

L’USDA a rapporté aujourd’hui que des ventes au comptant à 120 $ ont été observées dans une fourchette de 110 $ à 120 $.

Le rapport de la CFTC a indiqué cet après-midi que le 12 mai dernier, les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le bœuf US avaient augmenté leurs positions nettes acheteuses à 11,816 contrats à la suite de couvertures de positions à découvert. Dans le cas du veau US, ils sont passés de position nettes vendeuses tenues il y a une semaine à des positions nettes acheteuses.

Cet après-midi, la valeur du surgelé a été en baisse. La découpe «Choice» a reculé de 16,60 $ à 434,32 $. Celle «Select» a baissé de 18,34 $ à 419,06 $. Les activités de ventes institutionnelles reprennent alors que plusieurs restaurants rouvrent dans de nombreux États.

L’USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 499,000 têtes, ce qui correspond à une hausse de 47,000 têtes comparativement à la semaine dernière, mais également à une baisse de 123,000 têtes par rapport à l’an passé. Le cumulatif annuel des abattages est inférieur à celui de l’an dernier par 6,7 %.

Porc

Les contrats de porc US aux échéances les plus rapprochées ont terminé la journée en baisse. Les contrats 2020 ont reculé de 87 cents à 1,50 $. Le contrat décembre 20 a été le plus faible.

Le 13 mai dernier, le CME Lean Hog Index était en hausse de 98 cents à 68,87 $.

Cet après-midi, le prix moyen au comptant de la carcasse a été en progression de 18 cents à 37,05 $. La valeur moyenne des découpes a reculé de 3,67 $ à 110,12 $.

Le rapport hebdomadaire CoT a indiqué que les gestionnaires de fonds spéculatifs actifs dans le porc US avaient des positions nettes acheteuses sur 12,231 contrats. Les «opens interests» ont augmenté de 4,955 contrats, mais seulement pour 139 contrats en positions nettes acheteuses.

L’USDA estime le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,103 millions de têtes, ce qui est une hausse de 328,000 têtes comparativement à la semaine passée, mais aussi une baisse de 249,000 têtes par rapport à l’an dernier. Les usines de transformation trainent de la patte, mais plusieurs sont incapables d’opérer au même rythme qu’avant la pandémie de COVID-19. Il faudra donc encore du temps pour revenir à la normale. Le cumulatif annuel des abattages de porc US a été estimé à 47,936 millions de têtes, un résultat inférieur à celui de l’an dernier par 0,8 %.

Dollar canadien

Survol par 

Brugler Marketing and Management, LLC

  


Partager cet article