Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Soybean and Corn Advisor

La suspension des exportations pourrait entraîner une hausse des taxes à l'exportation en Argentine

02 mars 2020, Soybean and Corn Advisor

La semaine dernière, le gouvernement argentin a suspendu tous les nouveaux enregistrements d'exportation, ce qui indique généralement que le gouvernement est en train d'augmenter les taxes à l'exportation sur les produits de base. Le Congrès argentin avait précédemment donné au président Fernandez le pouvoir d'augmenter les taxes à l'exportation sur les produits de 3% et il est largement prévu que la taxe à l'exportation actuelle de 30% sur le soya sera portée à 33%.

Les ventes de grain en Argentine ont été suspendues car les acheteurs n'offrent pas de prix parce qu'ils ne savent pas si la taxe à l'exportation sera augmentée ou dans quelle mesure elle le sera. Si les taxes sont augmentées, les exportateurs offrent généralement moins aux producteurs pour compenser la taxe plus élevée.

Les organisations agricoles avaient précédemment indiqué qu'elles pourraient envisager de déclencher une grève si les taxes à l'exportation étaient augmentées. Si les agriculteurs se mettaient en grève, ils cesseraient probablement de vendre leur grain pendant un certain temps. Lors d'une vague de manifestations d'agriculteurs en 2008, le président Fernandez, alors ministre, a démissionné de son poste au sein du gouvernement. Le président Fernandez pourrait désormais devenir la cible de protestations potentielles d'agriculteurs.

Lorsque le président a pris ses fonctions le 10 décembre dernier, il a indiqué qu'il voulait essayer de résoudre la crise de la dette du pays au cours du mois de mars et la spéculation est que l'augmentation des taxes à l'exportation des produits de base est le moyen le plus rapide d'augmenter les recettes publiques désespérément nécessaires. L'Argentine doit 100 milliards de dollars américains de dette souveraine et plus de 50 milliards de dollars américains au Fonds monétaire international et il va être extrêmement difficile de rembourser les dettes avec une monnaie locale dévaluée.


Partager cet article