Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Soybean and Corn Advisor

Argentine : les ensemencements de maïs 2019/2020 progressent à un rythme moyen

17 octobre 2019, Soybean and Corn Advisor

Les agriculteurs argentins avaient semé 24,2% de leur maïs à la fin de la semaine dernière, ce qui représente une hausse de 3,6% pour la semaine, mais il est maintenant à la traine de 2,7% par rapport à l'an dernier. Les semis de maïs les plus hâtifs se trouvent dans les régions centrales où il est planté à 65-80%. Les ensemencements de maïs dans la province d'Entre Rios ont également progressé de 62%. Dans le sud de l'Argentine, le maïs est planté à 10-20%, mais très peu de maïs a été planté dans l'extrême nord de l'Argentine. À ce jour, le maïs est classé 12,5% «pauvre», 56% «moyen» et 31,5% «bon». L’humidité du sol est jugée comme étant «déficiente à très déficiente» à 38% et à «optimale au surplus» à 16%.

Les conditions de culture ont été favorables dans le centre et l’est de l’Argentine, mais il fait toujours plus sec que la normale dans l’ouest et le sud-ouest du pays. Certaines parties du sud de Buenos Aires, de La Pampa, de Santa Fe et de Cordoba, n’ont reçu que 15 à 25% de leurs précipitations normales au cours des deux derniers mois.

Il est actuellement trop sec pour risquer de semer du maïs dans certaines parties du sud et de l'ouest de l'Argentine. Les agriculteurs peuvent donc attendre davantage de pluie avant de convertir une partie de leur superficie de maïs prévue en soya. Normalement, à la fin du mois d'octobre, environ 35% du maïs est planté en Argentine.

Le problème du maïs en Argentine n’est pas seulement lié aux conditions météorologiques, il est également lié aux troubles économiques et politiques. En fait, la semaine dernière, le Rosario Grain Exchange a abaissé son estimation de la production de maïs Argentine 2019/2020 de 50,0 millions de tonnes à 47,5 millions de tonnes.

Le Rosario a évoqué la forte perspective que le candidat de l'opposition, Alberto Fernandez et sa candidate à la vice-présidence, Mme Kirchner, puissent remporter l'élection présidentielle le 27 octobre. S'ils assument le pouvoir, on s'attend généralement à une augmentation des taxes à l'exportation et au rétablissement de l'intervention du gouvernement sur le marché d'exportation, en particulier en ce qui concerne le maïs. Mme Kirchner a toujours forcé une plus grande quantité de maïs à rester dans le pays afin de réduire les coûts des aliments pour les animaux et de contenir ainsi l'inflation alimentaire. En conséquence, les agriculteurs ont reçu moins pour leur maïs que s'ils avaient été autorisés à l’exporter.


Partager cet article