Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Soybean and Corn Advisor

L’offre de soya devrait se resserrer au Brésil entre septembre et janvier prochains

24 juillet 2019, Soybean and Corn Advisor

Le différend commercial qui a lieu actuellement entre les États-Unis et la Chine a entraîné une forte demande pour le soya brésilien. Selon certaines estimations, le Brésil n’aura plus qu’environ 8 millions de tonnes de soya à exporter entre septembre 2019 et janvier 2020. C’est ce qui ressort d’une interview de SoNoticias avec le directeur de SIMConsult, Liones Severo.

À la fin du mois de juillet, le Brésil devrait avoir exporté 54 millions de tonnes de soya et 8 à 9 millions de tonnes supplémentaires pourraient être exportées au cours du mois d’août prochain. Si tel est le cas, il ne restera alors qu’environ 8 millions de tonnes de soya pouvant être exportées entre septembre et janvier, lorsque la nouvelle récolte commencera à être disponible.

Jusqu’à présent cette année, la Chine a été la destination pour 74 % des exportations de soya brésilien et il est possible que le pourcentage augmente à 80 % d’ici la fin de l’année. Rien que la semaine dernière, la Chine a acheté 20 navires de soya d’Amérique du Sud (14 du Brésil, 4 de l’Uruguay et 2 de l’Argentine).

Bien que le Brésil demeure le principal fournisseur de soya de la Chine, il ne dispose pas de l’offre de soya nécessaire pour satisfaire la totalité de la demande chinoise. Par conséquent, la Chine achètera du soya d’autres pays d’Amérique du Sud, en particulier d’Argentine, et elle pourrait aussi, éventuellement, être obligée d’acheter du soya américain.

Alors que l’offre de soya se resserre au Brésil, les processeurs nationaux devraient commencer à augmenter les prix du soya et de la farine de soya pour satisfaire la demande. Cela pourrait commencer à éroder l’avantage des prix du Brésil sur le marché international.

Le taux de change entre le real brésilien et le dollar américain est autre source de préoccupation pour les sociétés brésiliennes de grain. Le taux de change actuel est d’environ 3,7 contre 1, mais si la devise brésilienne se renforçait à 3,5 contre 1, le Brésil perdrait son avantage concurrentiel sur la scène internationale.


Partager cet article