Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Soybean and Corn Advisor

Légère amélioration des conditions des récoltes aux États-Unis avec des risques de températures élevées

16 juillet 2019, Soybean and Corn Advisor

Maïs – La météo de la semaine dernière était bonne, mais si nous restons dans cette configuration plus chaude et plus sèche, je crains que le stress hydrique augmente. Comme je l’ai dit la semaine dernière, une semaine de climat chaud et sec a été bénéfique pour les cultures. Deux semaines de ce type de conditions devraient être neutres et trois semaines commenceraient à avoir des effets négatifs. Nous sommes maintenant au début de la troisième semaine et les prévisions annoncent des conditions plus sèches et chaudes, en particulier dans les régions centrale et ouest du Corn Belt.

L’humidité provoquée par l’ouragan Barry pourrait être très importante pour les régions du Corn Belt qui ont connu récemment des conditions plus sèches. Les régions les plus sèches du Corn Belt sont l’Iowa, le nord du Missouri et l’ouest de l’Illinois. Il reste à voir si l’humidité de Barry se rendra plus loin à l’ouest.

Les conditions du maïs se sont légèrement améliorées la semaine dernière et il est maintenant jugé «bon à excellent» à 58 %, contre 72 % l’an dernier. Le temps chaud et sec a aidé certaines zones et a nui d’autres régions. Le maïs est désormais à 17 % au stade de la soie, contre 59 % l’année dernière et 42 % pour la moyenne quinquennale. Le stade de la soie est plus lent dans l’est du Corn Belt. En Illinois, 19 % des semis sont au stade de la soie (67 % en moyenne). En Indiana, ils le sont à 10 % (44 % pour la moyenne). En Ohio, 6 % des plants sont au même stade (30 % pour la moyenne). Enfin au Michigan aucun semi n’y est rendu (14 % pour la moyenne).

Le développement de la soie est également lent dans l’ouest du Corn Belt. En Iowa, 8 % des semis sont à ce stade (moyenne 40 %), au Nebraska, c’est 11 % (moyenne 42 %). Au Dakota du Sud aucun plant n’y est rendu (21 % en moyenne). Au Dakota du Nord, 1 % des semis sont au stade de la soie (moyenne 15 %) et au Minnesota, 2 % de la récolte se trouve à ce stade (23 % pour la moyenne).

La récolte de maïs aux États-Unis atteindra le stade de la soie à 50 % probablement vers la fin juillet. La pollinisation à la fin du mois de juillet pourrait être problématique, mais ce n’est pas la «fin du monde». Je suis beaucoup plus préoccupé par le maïs très tardif qui pourrait ne polliniser que plus tard en août.

La pollinisation est le moment le plus important pour la culture de maïs, mais plusieurs semaines avant ce stade sont également très importantes car c’est à ce moment que la taille de l’épi est déterminée. Si le plant de maïs est soumis à un stress hydrique avant la pollinisation, il produit un épi de taille inférieure à la moyenne, qui ne peut plus être modifié.

Pour le maïs hâtif, je pense qu’il y a probablement suffisamment d’humidité dans le sol pour éviter tous stress hydrique important avant la pollinisation. Encore une fois, ma principale préoccupation concerne le maïs tardif qui aura son épi et pollinisera au mois d’août. On signale déjà que le maïs roule ses feuilles en Illinois, en Iowa et en Indiana. Les températures élevées prévues plus tard cette semaine vont stresser le maïs, en particulier dans les zones qui restent sèches. À mesure que l’humidité du sol diminue, le maïs tardif peut être soumis à un stress hydrique avant et pendant la pollinisation.

Soya – L’état de la récolte de soya 2019 s’est amélioré de 1 % la semaine dernière et le soya est jugé à 54 % «bon à excellent», contre 69 % l’an dernier. Le soya a émergé à 95 %, comparativement à 100 % l’an dernier et 99 % pour la moyenne quinquennale. 22 % du soya est en floraison, contre 62 % l’an dernier et 49 % pour la moyenne des 5 dernières années.

Des conditions chaudes et sèches durant la deuxième quinzaine de juillet et au mois d’août seraient certainement une mauvaise nouvelle pour le soya tardif à la croissance lente. Des conditions météorologiques défavorables ralentiraient encore leur développement, et garantiraient des plants plus petits que la normale, avec une probabilité accrue de rendements inférieurs à la normale.

La trajectoire de l'humidité provoquée par l’ouragan Barry sera importante, du moins à court terme pour le soya. Je suis particulièrement préoccupé par le centre et le sud de l’Iowa, où l’humidité au sol varie entre environ 20 % et 40 % sur une courte à très courte durée. C'est la même chose pour le nord du Missouri et l’ouest de l’Illinois.


Partager cet article