Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-Lettre RJO

28 novembre 2018, RJO'Brien

Bonjour, aujourd’hui le 28 novembre

· Éthanol : rebond de la production mais le rythme est lent
· USA-Chine : la machine à rumeur fait bouger les prix du soja
· Dollar : La réserve fédérale américaine sème le doute

Dollar

Aujourd’hui le chairman de la FED, Jerome Power qui remplace Janet Yellen depuis quelques mois nous dit que la cible des taux d’intérêt est très proche de la référence souhaitée. Parler le langage des banques centrales est toujours un art abstrait, mais l’annonce de la FED indique, ou fait croire, que les hausses de taux aux États-Unis seraient peut-être serait plus espacées et lentes qu’initialement prévue. Faire un souper avec les banques centrales et les politiciens serait magique, chacun pourrait amener son dictionnaire de synonymes pour s’exprimer et rester flou. Peut-être que, possiblement, plausiblement, dans la mesure où, vraisemblablement, hypothétiquement, si la conjoncture le permet. On brasse tout ça, c’est trippant. L’impact d’une hausse des taux plus progressive aux USA affaiblie la devise. Au début octobre, M Powell avait pourtant dit qu’ils étaient pourtant encore « très loin » du point neutre en faisant référence à la cible de taux d’intérêt. Cette déclaration en octobre a fait bouger les choses significativement avec des baisses marquées des indices boursiers sensibles aux taux d’intérêt, le dollar américain s’est apprécié fortement et même le président Trump lançait des Tweet s’adressant à la FED. Évidemment la difficulté dans le cas des taux d’intérêt c’est que les impacts des politiques monétaires ne se font ressentir que dans plusieurs trimestres, voir années. Donc monter les taux « trop vite » ou « trop lent » pourrait avoir des effets beaucoup plus tard en 2019.

Le marché à réagit de manière cohérente; possibilité que les hausses de taux soient plus progressive = baisse du USD = hausse des indice bousier SP500, Dow Jones = hausse des métaux précieux (GOLD).

Éthanol

Actuellement les marges de transformation d’éthanol sont mauvaises, très mauvaises. Des modifications apportées au mandat cet été ainsi que la baisse marquée des cours de l’énergie fait en sorte que les marges sont très faible pour la transformation. Cela fait une couple de semaine/mois que ça dure et on voit l’impact de plus en plus dans le marché. Étant donné que la production n’est pas rentable à ce niveau, les blenders en produisent moins et pigent dans les inventaires d’éthanol. Le but est simple, comme tout principe d’offre-demande les transformateurs veut faire baisser les inventaires afin de faire monter le prix de l’éthanol et retrouver un équilibre soutenable. Moins produire d’éthanol signifie donc moins consommer de maïs donc il ne faudrait pas trop se surprendre que l’USDA abaisse la demande de ce secteur dans les prochains rapports si la situation demeure comme elle l’est en ce moment.

SIMON BRIERE

Stratège de marché chez R.J. O'Brien & Associés Canada Inc.
Tel: 1-888-701-0071 // Fax: 514-932-7340
 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article