Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - Que ce passe-t-il dans le monde des commodités?

03 juillet 2018, RJO'Brien

Bonjour, 

  • Baisse de 6% en 6 semaines pour les indices de commodités
  • La tension commerciale entre la Chine et les États-Unis ne s’améliore pas ce qui effraye le marché
  • Les indices boursiers chinois affichent une sévère correction depuis les sommets de janvier (-22%)
  • À quoi s’attendre pour les prochains mois/années pour les prix des commodités?

Rédigé par Gabriel Joubert-Seguin, Stratège de marché chez R.J. O’Brien et Associés Canada

*** La bourse de Chicago est fermée demain pour la fête de l’indépendance du 4 juillet***

Hier fût un bel exemple des dernières semaines : le marché panique face au conflit commercial Chine-États-Unis et les investisseurs liquident… les bourses chinoises perdaient -2.5% et les indices de commodité chutaient de -2.0%. La nouvelle pour expliquer ce mouvement? Il n’y en avait pas et c’est justement ce qui a fait paniquer le marché puisqu’il ne semble pas avoir de progression/amélioration dans la relation entre les deux plus importantes économies mondiales et ce, à quelques jours de voir chacun de pays imposer les exportations de l’autre. Évidemment, la Chine est le plus important acheteur et consommateur de matières premières, donc aussitôt qu’une mauvaise nouvelle atteint la Chine, on voit la valeur des commodités reculer… Avec le conflit qui s’est envenimé au cours des dernières semaines, on voit que la valeur des matières premières a reculé de 6% depuis le sommet en mai. Autrement dit, la baisse du prix des grains et des viandes n’est pas seulement attribuable à une offre abondante, mais aussi à une crainte face à la demande chinoise. 

Indice Bloomberg des prix de 26 commodités

On est très loin de ce qu’on s’attendait en début d’année. L’OCDE prévoyait une année de forte croissance économique synchronisée à travers le monde entier et basé sur ces attentes, la confiance des entreprises et investisseurs était au rendez-vous. Par contre, le joker dans le paquet carte est sorti : Trump entame une guerre commerciale sur plusieurs fronts en même temps. Malgré le fait que les États-Unis sont au plein emploi, Trump veut ramener des emplois manufacturier et à bas salaire en sol américain. Bref, les investisseurs ne s’attendaient pas à cette nouvelle incertitude pour 2018, particulièrement les investisseurs Chinois! Tout le monde liquide leur investissement en Chine en raison du conflit commercial et la correction totalise 22% depuis les sommets du mois de janvier, l’indice de Shanghai est rendu à 2786 versus 3560 il y a quelques mois… et il n’y a pas d’indication que la tendance baissière soit terminée. Ce qui devient inquiétant est le risque de contagion dans les autres économies émergentes lesquelles sont le moteur de la croissance économique et par ricochet, la demande des matières premières. De plus, les investisseurs/entreprises ont perdu l’appétit du risque qu’ils avaient en début d’année et plusieurs entreprises mettent sur pause le développement de leur nouveau projet en attendant que le « Trump Show » se termine, d’où les perspectives de croissance réduites versus en début d’année.

Où tout cela nous amènera? Certes, les marchés financiers sont plus nerveux qu’au début de l’année et l’été devrait être déterminant puisqu’on connaîtra les réponses de Trump après le 6 juillet ce qui pourrait mettre de l’huile sur le feu. À plus long terme, à moins que l’économie mondiale tombe en recession suite à une panique des marchés émergeants ou un ralentissement trop important des investissements des entreprises (scénario dont je doute), le marché des matières premières devrait continuer sa reprise. Ça fait déjà plusieurs années que le prix des matières premières est à des niveaux similaires aux années 90 (donc, à des niveaux bas) et on note une forte progression de la demande : les cheptels ont beaucoup augmenté, la population est plus riche, les gouvernements investissent beaucoup en infrastructure, etc. Normalement, le cycle haussier des matières premières commence avec l’appréciation des commodités industrielles (métaux et énergie) et on peut dire que c’est plus que commencé avec le pétrole qui est passé de 30$ à 75$US/barril ou le cuivre qui a monté de 2.00$/lb à 3.00$US/lb. Ensuite, quand la croissance s’accélère dans les pays émergeants, c’est au tour des denrés agricoles à s’apprécier ce qui n’est pas encore le cas, mais ne devrait pas trop tarder. Le prix du grains, du café, des viandes, du sucre sont tous encore très bas. Cependant, on doit être sur le point de voir les prix monter pour une nouvelle tendance à long terme : la demande est très forte et la production ne suit pas la cadence! Par exemple, dans le grains, la production de viande prend de l’expansion très rapidement (+/- 4%/an aux É.-U.) et la Chine construit présentement 30 usines à éthanol pour son mandat 10% éthanol en 2020… ça va prendre beaucoup de grains pour produire ce carburant et l’USDA prévoit un besoin d’importation de près de 3 milliards de boisseaux en 2020/2021, soit 3 fois plus qu’actuellement. En ce qui à trait aux prix des viandes, ce sont les derniers à voir leur prix augmenter dans le cycle haussier des matières premières. En autant que les prix des grains resteront faibles, la production croîtra et la prix des viandes restera égalemnetfaible. On s’attend donc à voir un période difficile pour l’élevage quand les prix des grains commenceront à augmenter significativement ce qui devrait causer un ralentissement de la production dans les années suivantes (comme de 2009 à 2014) ce qui amènera le prix des viandes à de nouveaux sommets par la suite.  

Tout cela semble bien simple, mais il reste à savoir QUAND ces variations arriveront. Toutefois, avec les prix actuels, il semble logique pour un producteur de grandes cultures de mettre l’emphase sur la gestion du risque de taux de change que le risque des prix du CBOT. Concernant les éleveurs, le risque d’une hausse du prix du grains semble plus important que la baisse du prix des viandes selon la phase du cycle économique des matières premières.

Indice Bloomberg commodités

Consommation et production chinoise de maïs

 

Bonne journée

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.SC., CFA, CAIA 

Stratège de marché chez R.J. O'Brien & Associés Canada Inc.
Tel: 1-888-701-0071 // Fax: 514-932-7340
 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article