Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - Extra viande RJO

03 avril 2018, RJO'Brien

Bonjour, 

Statistiques d’abattage aux États-Unis

***RJO est fier d’offrir une exécution transparente et instantanée à ses clients depuis 1914***

Porc

C’est la panique sur le marché du porc! L’indice du prix cash sera publié à 56.00¢/lb demain matin (-0.41), continuant sur sa glissade des dernières semaines, ce qui a entrainé dans son sillage les contrats à terme de cet été. Hier, les CàT d’avril et de juin perdaient 2.97¢/lb et 3¢/lb respectivement. Aujourd’hui, la tendance baissière se prolongeait, alors que le porc d’avril se transigeait en baisse de 2.7 ¢/lb à 51.5 ¢/lb, et le porc de juin perdait -2.0 ¢/lb à 71.50 ¢/lb. En plus de la pression négative exercée par le prix cash, la nouvelle des tarifs de 25% imposés par la Chine sur le porc américain n’a certainement pas aidé la situation. Le rapport Hogs and Pigs de jeudi dernier n’étant pas particulièrement négatif, les analystes se tournent vers l’escalade des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine comme déclencheur de la récente glissade du prix du porc.

Certes, la Chine achètera moins de retailles de porcs en provenance des États-Unis à cause de la taxe, mais il fallait tout de même s’attendre à une diminution des exportations vers la Chine où l’abondance de viande de porc est de retour. En mars, le prix de gros du porc en Chine a chuté de 14% à 18.42 yuan/kg en raison de la production élevée découlant des investissements en production porcine des dernières années. Le prix chinois est à son plus bas en 3 ans.  Par ailleurs, depuis l’imposition de la taxe ce weekend, le prix des retailles à 72% maigre a bondi de 5% à 61¢/lb, tout près de la moyenne des 6 derniers mois, alors que les retailles à 42% sont à 32.5 ¢/lb ce qui est supérieur de la moyenne des 6 derniers mois (malgré un sommet à 47¢ à la mi-mars). Tout cela pour dire qu’il n’y a pas la même panique au niveau du prix des découpes de porc que sur les marchés boursiers.

Étrangement, la situation ressemble beaucoup à ce qu’on avait vu l’an dernier. En février, le prix du CàT de février a surpassé la valeur du CàT d’avril, comme en 2017. Ensuite, le prix d’avril a commencé sa chute ainsi que le prix cash. L’an dernier, les prix d’été ont chuté jusqu’à 69 ¢/lb dans la 2ème moitié d’avril… on dirait bien que c’est en train d’arriver également. Malgré cette faiblesse au printemps, le prix du CàT de juillet avait bondi de 23 ¢/lb dans les 3 mois suivants pour surpasser la barre du 90 ¢/lb… il reste à voir si l’histoire se répètera cet été aussi.

Prix du CàT de porc sur avril

**Mettre à jour***

Vendredi dernier, l’USDA estimait que les abattages hebdomadaires étaient de 2.391 million de têtes, en hausse de 2.0% par rapport à l’an dernier. Par contre, il s’agit d’une baisse de 12,000 têtes comparativement à la semaine précédente, possiblement influencé par la fête de Pâques. Le poids des carcasses continue de demeurer au-dessus de la moyenne saisonnière des 5 dernières années ce qui contribue à l’abondance de l’offre en plus de la hausse des abattages.

Vendredi, le rapport des positions publié par le CFTC montrait que les spéculateurs étaient acheteur net de 4 618 contrats en date du 27 mars. Cela représente une diminution de 3,411 contrats sur la semaine, éclipsant un nouveau bas pour la plus petite position vendeur des spéculateurs depuis décembre 2015. Le nombre total de positions ouvertes à continuer d’augmenter. L’établissement de nouvelles positions en combinaison à une diminution du prix donne de la force à la tendance baissière actuelle.

Bœuf

Le marché cash du bœuf demeura baissier selon le marché à terme puisque le bœuf d’avril continue à se négocier encore à escompte versus le prix cash lundi (112¢/lb CàT avril versus 119¢/lb pour le prix cash). Hier, les CàT d’avril et de juin perdaient 1.35¢/lb et 1.62¢/lb respectivement. En plus de l’abondance anticipée au niveau de la production américaine, il y a beaucoup de craintes que le marché du bœuf subisse le même sort que le porc avec une taxe de 25% de la Chine. Les éleveurs américains viennent tout juste de gagner l’accès au marché chinois, il y a donc beaucoup de développement en cours afin de stimuler les ventes vers le pays de Xi Jinping, mais l’implémentation d’une taxe viendrait handicaper ces efforts.

L’USDA estime que les abattages étaient de 601 000 têtes la semaine dernière. Il s’agit d’une baisse de 2.1% comparativement à la semaine précédente et d’une hausse de 0.4% par rapport à 2017. La faiblesse des abattages continue de supporter le prix cash à court terme, mais l’abondance de l’offre attendue au cours des prochaines semaines continue de peser sur les contrats à termes, d’où la tendance baissière sur avril qui a touché un nouveau creux aujourd’hui à 112 ¢/lb.

Prix du CàT de bœuf sur avril 

Le rapport des positions publié vendredi par le CFTC montrait que les spéculateurs étaient acheteur net de 48 759 contrats, une diminution (vente) de 21 658 contrats sur la semaine provenant des spéculateurs qui se retirent de leurs positions acheteur. Les éleveurs, parcs et abattoirs étaient net vendeur 156 195 contrats, une baisse (achat) de 16 314 sur la semaine.

Bonne journée

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.SC., CFA, CAIA

Avertissement : 

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article