Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-Lettre RJO

29 mars 2018, RJO'Brien

Aujourd’hui le 29 mars, 

  • Réaction positive mais +14 cents, soja +26 cents.
  • Maïs : semis 2018 à 88M acres (moins que prévu 89.4)
  • Soja : semis 2018 à 89M acres (moins que prévu 91) 

Rédigé par Simon Briere, Stratège de marché chez R.J. O’Brien et Associés Canada

Réaction très positive des marchés avec la publication du rapport USDA.

Primo. Le rapport d’inventaire trimestriel montre que les stocks sont très élevés en date du 1er mars autant pour le maïs que pour la fève. En fait, les stocks sont encore plus élevés que les attentes; 185 millions de boisseaux de maïs en plus et 77 millions dans le cas de la fève. Le surplus vient soit d’une moins forte consommation durant le dernier trois mois, ou sinon (à mon avis) c’est simplement que la récolte de l’an passé est plus grosse qu’initialement annoncé en janvier. Normalement le marché aurait pu être en baisse face aux stocks plus élevé que prévu, mais l’attention étaient plus forte coté semis. D’ailleurs, je pense que tout le monde sait qu’il y a beaucoup de grains aux USA, donc qu’il y en aille un peu plus ou un peu moins on parle d’abondance pareil.  

Secundo. Les semis ont surpris les traders avec de moins grande surface pour les cultures. Les analystes ont misé juste en prévoyant plus de soja que de maïs, mais reste quand même qu’il s’en sèmera moins que prévu globalement. Dans le cas du maïs c’est 88 million d’acres selon l’USDA alors que les prévisions étaient à 89.4 million. C’est une différence de près de 1 million et demi d’acres et avec un rendement normal cela correspond à 250 millions de boisseaux en moins rendu à l’automne. Avec la demande qui roule fort, les inventaires de fins pourraient être plus serré à la récolte et c’est ce qui explique la hausse des prix. C’est essentiellement le même constat dans le cas de la fève avec 89 millions d’acres selon l’USDA alors que les analystes prévoyaient 91 millions. C’est majeur comme différence; une réduction de 2 millions d’acres avec un rendement okay c’est environ 100 millions de boisseaux en « moins » dans mon bilan offre/demande. 

La réaction du marché est assez cohérente selon moi car oui les stocks d’ancienne récolte sont plus élevés mais l’impact des plus faibles superficies implique une réduction des inventaires.  Le grand gagnant dans tout ça va être le blé de printemps qui sera plus abondant cette année selon le ministère. 

À partir de maintenant le grand bal saisonnier est commencé et le rapport d’aujourd’hui n’est qu’une première danse. Il reste beaucoup d’étape à franchir avant d’arriver à la récolte et les choses peuvent changer rapidement. L’USDA ne publie qu’au mois de mai sa première prévision du bilan offre-demande pour 2018/19 et vraisemblablement on s’attend à voir les stocks de fin baisser l’an prochain. La consommation est bonne, l’Amérique du Sud à moins de grain à exporter pour les 12 prochains mois et là l’USDA nous dit que les surfaces américaines sont en baisse. 

Le grand défi du marché, disons en terme de prix CBOT, sera de faire la transition entre l’abondance actuelle et la possibilité de voir des inventaires plus serrés à l’automne. Il y a quelques mois les inventaires de maïs atteignaient 2.5 milliard de boisseaux et avec l’info d’aujourd’hui les inventaires de fin pourraient être bien en dessous du 2 milliard. Sans dire qu’il va en manquer, si en l’espace de douze mois les stocks de fin passent de 2.5 milliard (automne 2017) à 1.6 milliard (automne 2018) c’est une variation importante et l’équilibre en l’offre/demande sera plus fragile, donc plus volatile et réactive en termes de prix.

SIMON BRIERE

Avertissement : 

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article