Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - matinal extra viande

26 février 2018, RJO'Brien

Bonjour, 

Statistiques d’abattage aux États-Unis

Porc

La force de la demande de porc démontrée par les ventes à l’exportation hebdomadaire qui était les plus élevées depuis avril 2016, aide à supporter le prix. Les ventes de la semaine finissant le 15 février ont été rapportées à 45,700 tonnes comparativement à la moyenne des 4 semaines précédentes à 24,000 tonnes. Depuis le début de l’année, les ventes à l’exportation totalisent 357,000 tonnes ce qui est 7% de plus qu’au début de 2017. Le marché s’était stabilisé vendredi après la publication des inventaires surgelés et est légèrement haussier ce matin avec l’échéance d’avril à 71.5 ¢/lb.

Aux États-Unis, les abattages étaient de 2.37 millions porcs la semaine dernière, en hausse de 4.7% par rapport l’an dernier et pratiquement pas de diminution versus la semaine précédente malgré la journée fériée de lundi (President’s Day). Le poids reste élevé à 213.7 lbs/carcasse (en moyenne) ce qui ajoute 0.6% à la production de viande. Somme toute, la production était de 507 millions lbs, en hausse de 5.4% comparativement à l’an dernier.

Du 14 au 20 février, les spéculateurs ont liquidé 3,500 CàT pour réduire leur position d’achat à seulement 17,300 contrats. On s’approche dans le bas des 4 dernières années, il ne devrait plus avoir une grosse pression en provenance de la liquidation des spéculateurs à partir de maintenant.

Boeuf

À la lumière du rapport Cattle-on-Feed de vendredi, on peut s’attendre à ce que le marché du bœuf plafonne et que les rebonds soient de bonnes opportunités de vendre. Le rapport de l’USDA est considéré négatif pour les prix : les placements de janvier étaient 4.4% de plus que ceux de l’an dernier à 2.07 millions veaux, c’est au-dessus de la fourchette des prévisions qui était de -2.3% à +2.9%. Il faut retourner en 2006 pour retrouver un nombre de placement en parc aussi élevé durant le mois de janvier. Évidemment, cela amènera une production plus élevée qu’attendue pour cet été, notamment les contrats à terme de juin et août. La commercialisation était 6.1% plus élevée qu’en janvier 2017, en ligne avec les attentes. Donc, les inventaires de bovin en parc d’engraissement au 1er février étaient de 11.63 millions têtes, soit 7.9% plus élevé que l’an dernier ce qui est dans le haut de la fourchette des prévisions. Le pourcentage des bœufs qui sont en parc depuis moins de 90 jours et plus de 90 jours sont se rejoint ce qui s’explique par des placements très élevés depuis plus de 6 mois. 

Le marché a ouvert à la baisse de -0.5 ¢ à -1.0 ¢/lb ce matin. Le contrat d’avril (124 ¢/lb) est présentement à escompte comparativement au prix cash qui était de 128 ¢/lb au Texas vendredi et 128.50 ¢/lb au Nebraska jeudi. La semaine dernière, les abattages totalisaient 572,000 bêtes, en ligne avec le volume de l’an dernier et en baisse de 4% par rapport la semaine précédente. Il  ne faut pas oublier que la journée de lundi était fériée aux États-Unis (President’s Day). Le poids est stable à 1376 lbs/vivant ou 827 lbs/carcasse ce qui est 7lbs/carcasse de plus que l’an dernier… très similaire à l’écart observé depuis plusieurs semaines. Au final, la production de viande bovine 472 millions de livres, en hausse de 0.4% versus l’an dernier grâce au poids des carcasses.

Entre le 14 et 20 février, les spéculateurs ont ajouté un net de 6900 CàT afin d’augmenter leur position d’achat à 98,700 contrats. Néanmoins, depuis la fermeture du 20 février, la marché a atteint son sommet et recule graduellement, il ne serait pas surprenant que la position des spéculateurs reste en-dessous du 100,000 CàT d’acheter, particulièrement avec l’information sur l’abondance à venir.

Bonne journée

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.Sc., CFA, CAIA

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article