Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-lettre RJO: $US et déficits jumeaux

16 février 2018, RJO'Brien

Bonjour,  

  • L’indice du dollar US est en baisse de 11% depuis 12 mois… les économistes expliquent cela par le « déficit jumeaux »
  • La balance commerciale américaine (exportations – importations) est à son plus bas en 9 ans à -53 milliards en décembre
  • La dette publique américaine devrait continuer à faire de nouveaux sommets avec les nouvelles politiques de Trump

Rédigé par Gabriel Joubert-Séguin, Stratège de marché chez R.J. O’Brien et Associés Canada

***Notez que la Bourse de Chicago sera fermée lundi le 19 février pour le President’s Day*** 

Même en considérant le rebond d’aujourd’hui, le billet vert (devise américaine) cumule une baisse de 11% ces 12 derniers mois (graphique 1) et demeure sous pression depuis le début de l’année. Certains analystes considèrent que malgré l’amplitude du repli du dollar américain, celui-ci pourrait continuer d’être sous pression dans les prochains mois malgré la force des taux d’intérêt dont le rendement 2 ans est à 2.2% (graphique 2), un sommet depuis la crise financière. En effet, l’environnement économique est en forte croissance aux É-U, mais la faiblesse du billet vert serait notamment attribuée aux largesses fiscales misent en branle par l’administration Trump. Les analystes penchent du côté des « déficits jumeaux» (twin deficit) comme étant la cause de la dépréciation de la devise américaine ces dernières semaines. Je vais tenter de vous expliquer cette théorie économique le plus simplement possible :

Les États-Unis enregistrent à la fois un déficit budgétaire (dépenses > revenus) et un déficit de la balance commerciale (importations > exportations). En théorie, la devise d’un pays qui doit à la fois emprunter à l’étranger pour financer son déficit public et qui importe de plus en plus de biens et services de l’extérieur sera sous pression. Les raisons sont les suivantes : Avec un déficit budgétaire, le trésor américain devra émettre plus de dette afin de financer le budget, mais le marché s’attend à ce que ce soit les étrangers qui financent les États-Unis et pas les américains. De la sorte, lorsque les États-Unis payera des intérêts sur ces emprunts, les investisseurs étrangers vendront du $US pour acheter leur devise locale. Deuxièmement, le fait que les États-Unis importent plus de biens et services qui exportent causent une vente du billet vert. Au net, les américains doivent vendre du $US pour acheter de devises étrangères afin de payer le fournisseur. Donc, dans les 2 cas, on se retrouve avec des ventes de dollar américain, d’où la faiblesse du billet vert.

La situation des déficits jumeaux n’est pas nouvelle aux États-Unis. Ce qui a changé, c’est l’ampleur du déficit attendu au cours des prochaines années. Même si la dette américaine croit constamment (graphique 3), le marché s’attend à ce que sous la nouvelle loi fiscale américaine et le budget proposé par Trump, la dette se mette à exploser! L’économie et les dépenses des consommateurs tournent à plein régime, mais l’absence d’épargne domestique pouvant financer ce déficit ne permet pas aux américains de régler leur problème de déficits budgétaires. En plus, la croissance des importations affaiblis la position américaine vis-à-vis les autres pays, à un point tel que la balance commerciale atteignaient au creux de 9 ans en décembre (graphique 4). Une solution pour diminuer la chute de la balance commerciale et de stabiliser le déficit jumeaux est de mettre des taxes à l’importation afin d’augmenter le prix des importations. Visiblement, c’est la stratégie de Trump, mais ça ne laissera pas indifférent les pays visés… Trump risque de mettre certains partenaires à dos. 

Grosso modo, financer un déficit budgétaire qui n’est pas lié à un investissement, c’est comme emprunter pour faire son épicerie parce qu’on a trop dépensé… même si tu peux repayer plus tard, ça regarde mal.

Graphique 1 - Indice du dollar US

Graphique 2 - Rendement sur les obligations américaines 2ans (en %)

Graphique 3 – Dette publique des États-Unis en circulation (en milliards de $US)

Graphique 4 - Balance commerciale américaine (en milliard de $US)

Bon weekend,

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.Sc., CFA, CAIA

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article