Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - le matinal extra viande

04 décembre 2017, RJO'Brien

Bonjour, 

Statistiques d’abattage aux États-Unis

 

Porc

Le prix du proc se transigeait à la baisse ce matin, environ -0.5 ¢/lb, jusqu’à ce que le prix cash de la journée de vendredi soit publié ce qui a redonné un vent d’optimisme sur le marché. Vendredi, le prix cash était de +0.78 à 64.20 ¢/lb contrairement aux augmentations précédentes qui étaient plutôt timides. Cela donnera un indice CME demain matin à 63.92 (+0.66) ce qui laisse croire que le CàT de décembre à 65.00 ¢/lb sera facilement atteignable. Historiquement, l’écart entre le cash et le prix de décembre devrait se diriger vers 0 dans 2 ou 3 jours. Vendredi, le prix des découpes restait près de son sommet des derniers mois à 83.35 ¢/lb (-0.05).

La semaine dernière, les abattages de porc étaient de 2.535 millions de têtes ce qui représente une baisse de -0.3% par rapport l’an dernier. Même si on roulait avec des abattages plus volumineux durant la semaine, ce sont les abattages du samedi qui sont nettement inférieurs à 245,000 porcs vs 357,000 l’an dernier. Il faut dire que l’an dernier, les abattoirs opéraient en temps supplémentaire puisque la production surpassait la capacité d’abattage et que les marges de 50 $US/tête justifiait l’ouvrage. La marge des abattoirs est toujours très élevée à 42.70 $US/tête, ils seraient donc prêt à prendre tout le volume de porc disponible s’il s’avérait en avoir plus... S’il y a donc moins de porcs abattus, c’est un signe que la production de cette année est définitivement plus faible qu’anticipé en septembre. Le poids continue de croître à 0.5 lbs par semaine, à 212.4 lbs/carcasse, ce qui est légèrement au-dessus de l’an dernier. La production hebdomadaire était de 538.5 millions lbs ce qui est -0.2% vs l’an dernier à pareille date. 

Entre le 22 et 28 novembre, les spéculateurs ont vendu un maigre 429 CàT. Leur position d’acheteur est donc rendue de 63,561 CàT.  

Bœuf

Ce matin, le prix du bœuf est légèrement à la baisse, de -0.50 à -0.70 ¢/lb, ce qui est juste assez pour dire qu’on brise le support technique sur février. Les prix atteignent donc leur plus bas niveau depuis la mi-octobre et la tendance rester baissière malgré le rebond durant la dernière semaine de novembre. 

Les abattages de bœuf étaient de 649,000 têtes la semaine dernière (+5.4%) ce qui en ligne avec l’augmentation qu’on a eu depuis le début de l’année (+5.5%). Le poids continue d’augmenter tranquillement, à 1377 lbs/ vivant ou 829 lbs/carcasse, comparativement à l’an dernier à 1394 lbs/vivant ou 843 lbs/carcasse. En somme, la production s’établit à 537.2 millions de livres, en hausse de +3.6% versus l’an dernier. 

Entre le 22 et 28 novembre, les spéculateurs ont vendu un net de 3,452 CàT pour réduire leur position d’achat à 120,083 CàT. Leur position demeure historiquement importante avec 27.4% des contrats ouverts (record à 33.1%).

Prix du bœuf sur février’18

 

Bonne journée

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.Sc., CFA, CAIA

Avertissement : 

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).  


Partager cet article