Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-lettre RJO: Dollar canadien

28 novembre 2017, RJO'Brien

Aujourd’hui le 28 novembre, 

  • La mise-à-jour des prévisions économiques de l’OCDE fait reculer le huard
  • Le nouveau dirigeant de la FED, Jérôme Powell, prévoit continuer le travail de Yellen avec des hausses de taux prochainement
  • Le taux d’intérêt sur les obligations du gouvernement américain est 0.32% plus élevé que ceux du Canada, suggérant un recul du taux CAD/USD prochainement

Rédigé par Gabriel Joubert-Séguin, Stratège de marché principal chez R.J. O’Brien et Associés Canada

*** R.J. O’Brien et Associés LLC est au service des agriculteurs depuis 1914, membre fondateur de la Bourse de Chicago ***

Selon l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques), une croissance économique de 3% au Canada est du passé. Il faut s’attendre à un ralentissement de la croissance puisqu’elle fût passagèrement soutenu en 2017 par la consommation des familles ce qui devrait s’atténué en 2018. Ce ralentissement de la consommation s’explique par l’estompement de la rapide progression de l’emploi et de l’effet de richesse découlant de l’augmentation de prix d’immobilier à Vancouver et Toronto. De plus, les exportations ralentissent en raison d’un dollar canadien légèrement plus fort qu’au début de l’année 2017. De plus, l’OCDE parle qu’une correction désordonnée du marché de l’immobilier canadien pourrait sérieusement freiner la croissance en causant une baisse des investissements immobilier et d’une baisse de la richesse des ménages. L’autre facteur de risque pour l’économie canadienne est la renégociation de l’ALENA qui est toujours en cours et qui pourrait faire ralentir les exportations et l’investissement des entreprises exportatrices. Somme toute, après une croissance du PIB de +3.0% en 2017, l’OCDE prévoit un ralentissement à +2.1% et +1.9% pour 2018 et 2019 respectivement, c’est tout de même mieux qu’en 2015 avec +1.5%

Du côté américain, il y avait la rencontre entre le nouveau dirigeant de la réserve fédérale américaine (FED), Jérôme Powell, et le sénat. Lors de son audience, Powell a précisé que les taux directeurs vont continuer d’augmenter et même que les conditions économiques sont suffisamment favorables pour une augmentation en décembre. Selon Powell, il est temps de « normaliser » progressivement les taux d’intérêt, il s’en ligne donc pour poursuivre le travail de Yellen. Ces dires sont venus supporter le dollar américain au court de la journée. De plus, il ne ferme pas totalement la porte à un allégement de la réglementation bancaire aux États-Unis, comme le souhaite si bien le Président Trump, ce qui a fait augmenter la valeur des actions du secteur financier aujourd’hui, l’indicateur boursier S&P500 est à un sommet historique à 2627 points (+0.9 %). 

La force d’une devise face à sa consœur provient notamment de la demande découlant des investissements faits dans chacun des pays. Un indicateur pour déterminer l’intérêt d’investir au Canada plutôt qu’aux États-Unis est le taux sur les obligations du gouvernement. Lorsqu’on compare le taux 2 ans au Canada (1.42%) avec le taux américain pour la même échéance (1.744 %), on note que l’écart entre le taux d’intérêt des 2 pays est en effet, un bon indicateur du taux de change (voir graphique ci-dessous). Présentement, l’écart entre les deux pays est de 0.32% en faveur des américains, ce qui suggère un taux de change beaucoup plus près de la barre du 0.76 ¢us qu’au niveau actuel. Bien que ce ne soit pas infaillible, je serais tenté d’attendre avant d’acheter du dollar canadien puisque recul de 1 à 2% semble possible dans les prochaines semaines. Si le taux de change retourne dans la zone de 76.00 – 77.00, une protection « min-max » sur 2018 pourrait s’avérer un bon point de départ pour la commercialisation de l’an prochain, une telle protection permettrait de garder un accès à la baisse du CAD (jusqu’à 75.00 par exemple) tout en étant protégé contre une appréciation au-delà du plafond (au-delà de 79.00 par exemple). À suivre! 

Taux CAD/USD vs différentiel de taux d’intérêt 2ans CAN-USA

Bonne journée

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.Sc., CFA, CAIA

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article