Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - le matinal extra viande

06 novembre 2017, RJO'Brien

Bon lundi matin,  

Statistiques d’abattage aux États-Unis

Porc

Après avoir touché un sommet la journée de l’Halloween, le prix du porc est négatif pour une 4ème journée consécutive ce matin. On note que le MACD tourne négatif ce qui indique que le prix du porc aurait touché son plafond. Un autre indicateur démontrant que le marché est près de son sommet est le changement de la courbe à terme laquelle pique du nez particulièrement sur les échéances les plus rapprochées. Inversement, d’un point de vue plus optimisme, la valeur des découpes continue de grimper (à 80.08 ¢/lb vendredi) ce qui devrait maintenir le prix cash stable à court terme grâce à l’augmentation de la marge des abattoirs. 

La semaine dernière, les abattages ont ralenti vers la fin de la semaine pour totaliser 2.45 M têtes, c’est-à-dire -3.1% plus faible que l’an dernier et -2.9% versus la semaine précédente. Le poids reste inférieur à l’an dernier avec 210.6 lbs/carcasse, mais en légère augmentation comparativement à la semaine d’avant. Au final, la production de la semaine était de 516.6 millions lbs, en baisse de 3.4% par rapport l’an dernier. Ce resserrement de l’offre de porc est plutôt inattendu ce qui explique la force du prix des découpes. Entre le 25 et 31 octobre, les spéculateurs ont augmenté leur position d’achat par 3,300 CàT, mais relativement à la grosseur du marché, il n’y a pas vraiment eu d’augmentation puisqu’ils détiennent toujours 21.5 % des contrats ouverts. 

Position des spéculateurs sur le porc

Prix cash et prix des découpes de porc

Bœuf

Le marché du bœuf était assez volatile la semaine dernière et termine la semaine à son plus haut sommet. L’engouement provient de la force du prix cash… alors qu’il affichait une hausse de 4-5 ¢/lb en début de semaine, il a terminé vendredi à 123-125 ¢/lb au Nebraska (+ 6 à 8 ¢/lb), soit 191-195 ¢/lb vivant. Techniquement, le marché demeure positif, toujours dans une tendance haussière. Le marché est stable ce matin. 

Les parcs d’engraissement gardent les animaux en raison des prix qui montent sur le cash ainsi qu’en anticipant de la continuité de la tendance actuelle basée sur le prix du CàT de décembre. Cela avait causé une baisse des abattages il y a 2 semaines, sous le volume de 2016 ce qui était une première en 6 mois. Cependant, on retourne vers la normale avec des abattages de 642,000 têtes la semaine dernière, en hausse de 5.1% par rapport l’an dernier. Le poids était de 1363 lbs/vivant ou 825 lbs/carcasse, comme la semaine précédente. En somme, la production était de 528.5 millions de livres ce qui représente une croissance de 3.4% par rapport l’année dernière. Chez les spéculateurs, ils ont été très actifs en achetant du bœuf entre le 25 et 31 octobre. Ils ont acheté un net de 11,645 CàT ce qui fait grimper leur position à 120,500 CàT, soit 29.3% des contrats ouverts, près du record de 33.1 %.  

Position des spéculateurs sur le boeuf

Prix du CàT de bœuf sur décembre

Bonne journée, 

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.Sc., CFA, CAIA

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article