Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - le matinal extra viande

11 septembre 2017, RJO'Brien

Bon matin,  

Statistiques d’abattage aux États-Unis

Porc

Les prix étaient plutôt volatiles la semaine dernière avec quelques jours ayant des variations de plus d’une cent la livre, mais au final, la semaine fût légèrement bénéfique pour le prix. Il y a eu de gros changements dans l’industrie des abattoirs avec le début des opérations des 2 nouveaux abattoirs américains. D’une part, l’abattoir de Seaboard Triumph Foods, à Sioux City en Iowa, a commencé les opérations et devrait atteindre une capacité de 10,000 porcs/jour dont 30% viendra des éleveurs locaux. D’autre part, le plant à Coldwater au Michigan, opéré par Clemens Food Groups, a également débuté le découpage des carcasses. L’investissement de 250 millions $US devrait atteindre la même capacité que celle de Seaboard Triumph Foods et s’approvisionnera dans un rayon de 240 km autour du plan. Avec ce rayon d’approvisionnement, le plant ne devrait pas acheter de porcs en Ontario. Ces 2 derniers jours, on note un ralentissement de la baisse du prix cash avec une diminution de -0.24 ¢/lb et de -0.63 ¢/lb le 6 et 7 septembre respectivement. Ça serait un peu précoce de dire que l’impact des nouveaux abattoirs se fait déjà ressentir sur le marché cash, mais ça ne devrait pas nuire! Aussi, l’augmentation de la capacité d’abattage aux États-Unis devrait fortement diminuer le risque de voir une dégringolade des prix en octobre comme ce fût le cas en 2016. Alors que la valeur de la carcasse découpée est similaire à l’an dernier, à 82 ¢/lb, le prix cash est 5 ¢/lb plus élevé que l’an dernier ce qui démontre que le marché est moins débalancé que l’an dernier. Aussi, l’USDA prévoit des prix au 4ème trimestre à 42 – 46 ¢/lb vivant (59.5 – 62 ¢/lb carcasse) et le CàT de décembre est à 58.3 ¢/lb. Pour les clients détenant des options put, il serait envisageable de vendre d’autres options put à un prix inférieur afin de transformer la protection illimitée en protection limitée, cela diminuera le coût de l’assurance.  

La semaine dernière, l’USDA a publié les exportations américaines de porc du mois de juillet lesquelles étaient inférieures à celles de l’an dernier, une première en 2017. Il faut dire que la valeur du porc était particulièrement élevée en juillet ce qui a possiblement freiné la demande. Tandis que les importations étaient similaires aux mois précédents, à 92 M lbs, ce sont les exportations qui ont fortement chuté à 390 M lbs ce qui donne des exportations nettes à 298 M lbs. Ce sont les plus faibles exportations nettes de porc depuis février 2016. La baisse des ventes est généralisée à travers de l’ensemble des clients, mais de façon plus prononcé en Chine et Hong-Kong qui ont seulement acheté 20 M lbs, soit la moitié du volume des mois précédents. 

Pour les abattages de la semaine dernière, elles étaient de 2.17 M porcs puisque c’était une semaine de 4.5 jours en raison du férié de lundi. Cela demeure tout de même 4.0% de plus que l’an dernier durant la même semaine. Le poids carcasse est plus léger que l’an dernier à 207 lbs en baisse d’un peu moins que 2 lbs, ce qui donne une production de 450.2 millions lbs (3.3% vs 2016). Concernant les spéculateurs, entre le 30 août et le 5 septembre, ils ont vendu un total de 4500 CàT ce qui réduit leur position d’acheteur à 59,700 CàT.

Prix du CàT de porc sur décembre 2017

Boeuf

Le marché du bœuf a repris de la vigueur la semaine dernière sur les échéances plus éloignées dont le CàT de février qui est rendu à 117 ¢/lb, à un sommet depuis 1 mois. Inversement, le CàT d’octobre reste faible avec un prix qui reste près du support technique de 105 ¢/lb (à 107.8 ¢/lb présentement). Certains analystes parlent que le support de 105 ¢/lb sur octobre sera possiblement les bas du CàT et qu’on devrait rester dans la zone 105 – 110 ¢/lb. Par ailleurs, l’effet des ouragans Harvey et Irma reste ambiguë sur le marché du bœuf puisque d’un côté, l’offre en provenance du Texas sera moindre à court terme, mais c’est également vrai avec la demande des résidents de la Floride. L’USDA publiait les importations nettes de bœuf lesquelles étaient les plus élevées depuis juin 2016 à 62 M lbs. Les exportations restent stables avec 239 M lbs vendus en juillet, mais les importations ne cessent d’augmenter ce qui fait croitre l’offre de bœuf en sol américain. Les importations étaient de 301 M lbs, c’est la 1ère fois depuis août 2015 que les importations soient si élevées. Normalement, d’ici décembre, le marché américain devrait retourner graduellement du côté d’exportateur nette puisqu’ils atteindront sous peu le quota australien.

La semaine dernière, les abattages étaient de 555,000 têtes ce qui est 4.9% plus élevés que l’an dernier. Le poids demeure plus faible ce qui continue d’atténuer l’augmentation de la production, à 1349 lbs/vivant ou 820 lbs/carcasse, ce qui donnait une production en hausse de +2.7% à 454 M lbs. Chez les spéculateurs, il y a peu de changements depuis déjà quelques semaines. Entre le 30 août et 5 septembre, ils ont liquidé au net 3153 CàT portant leur position d’achat à 77,857 CàT.

Prix du CàT de boeuf sur octobre 2017

Prix du CàT de boeuf sur février 2018 

Bonne journée

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.SC., CAIA 

Avertissement : 

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article