Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-lettre RJO: Analyse pré-rapport USDA du 31 mars

29 mars 2017, RJO'Brien

Bon matin à tous,

Ce vendredi le 31 mars, l’USDA publiera le rapport trimestriel sur les stocks de grains ainsi que les intentions d’ensemencement aux États-Unis. Alors que les inventaires américains de grains sont très élevés et qu’une récolte record est attendue en Amérique du Sud, les possibilités de voir une forte réaction face à ces rapports sont limitées, mais tout de même, ce sera très riche en information pour les perspectives fondamentales. Dans le rapport offre et demande (WASDE) du 11 avril, les prévisions seront mises-à-jour selon les données des inventaires au 1er mars alors que les intentions d’ensemencement servira de point de départ pour les chiffres de production 2017/18 dans le rapport offre et demande (WASDE) de mai.

Rédigé par Gabriel Joubert-Séguin, Stratège de marché chez R.J. O’Brien et Associés Canada

*** R.J. O’Brien et Associés LLC est au service des agriculteurs depuis 1914, membre fondateur de la Bourse de Chicago ***

Maïs

La demande pour le maïs américain a été très forte depuis le début de l’année commerciale 2016/17, mais cela n’empêche pas qu’avec la massive récolte de l’été dernier, les inventaires américains de maïs devraient atteindre un niveau record à la mi-année. Au 2ème trimestre de l’année commercial (Déc-Fév), on estime les exportations à 533 millions de boisseaux, nettement mieux que l’an dernier à 340 millions, et l’utilisation pour l’éthanol durant le trimestre est estimée à 1.374 milliard de boisseaux ce qui est 4.1% de plus que l’an dernier. Il reste l’utilisation pour l’élevage. Selon les divers rapports, on sait qu’il y avait un nombre similaire de bœuf en parc que l’an dernier, autant de poulet que l’an dernier également et environ 3.4% plus de porc (estimé du Hogs and Pigs de demain). Ces chiffres sont similaires aux variations de cheptel qu’on avait entre le 1er trimestre de 2016 et 2017, on s’attend donc à ce que l’utilisation pour l’élevage demeure 5% plus élevée qu’en 2016 ce qui serait 1.51 milliard de boisseaux. En mettant tout cela ensemble, incluant le 350 millions boisseaux pour la consommation humaine (339 M l’an dernier), on estime la demande pendant le 2ème trimestre à 3.767 milliards de boisseaux, en hausse de 10% sur l’an dernier.

Cela donnerait des inventaires au 1er mars de 8.63 milliards de boisseaux, soit 808 millions de plus que l’an dernier (+10.3%). Cependant, puisque la demande est plus forte que l’an dernier, le ratio stock-to-use devrait rester inchangé comparativement à l’an dernier ce qui explique pourquoi les prix sont sensiblement les mêmes qu’il y a 12 mois. 

Concernant les intentions d’ensemencement pour cet été, il faut commencer par évaluer les surfaces disponibles lesquelles sont plus élevées en raison des surfaces de blé d’hiver qui sont 3.8 millions d’acres de moins que l’an dernier. Sur ces 3.8 M acres, il y en a 2.8 M qui sont à l’extérieur du Texas et Oklahoma ce qui pourrait être cultivé en grandes cultures alors que le 1 M acres dans le sud des É.-U. devraient être semés en coton. Un autre aspect important pour les intentions d’ensemencement est le ratio soya/maïs qui était en moyenne à 2.58 entre février et mi-mars, un niveau record! Historiquement, un ratio au-dessus de 2.40 joue en faveur de voir plus de superficies en soya alors qu’en dessous de 2.00, c’est l’opposé. C’est ce qui explique les anticipations de voir les surfaces de maïs plus faible que l’an dernier, la moyenne des estimés est à 90.9 millions acres comparativement à 94.0 millions l’été dernier. Étant donnée les surfaces disponibles à la hausse et que le prix du maïs avoisinait le 4.00 $US/boisseau durant le mois de février (déterminant de l’assurance prix), je pense que 92.00 – 93.00 millions d’acres semblent plus probable.

Soya

Comme le maïs, la récolte record de l’an dernier a engendré une demande record durant le 1er trimestre de l’année commerciale et on s’attend à ce que ça s’est poursuivi durant le 2ème trimestre. Cependant, malgré une impressionnante demande, les inventaires en date du 1er mars sont prévus pour être les plus élevés depuis 1996/97 et la 2ème année record historiquement. De décembre à février, les opérations de triturations sont estimées à 491 millions de boisseaux, légèrement à la hausse comparativement au 482 millions de l’an dernier mais juste en dessous du record de 2014/15. Les chiffres officiels du mois de février seront publiés par l’USDA le lundi 3 avril. Par ailleurs, les estimés des exportations pour le 2ème trimestre sont à 734 millions de boisseaux, solidement au-dessus de l’an dernier avec 675 millions. En combinant la trituration et les exportations, on obtient une utilisation à 1.225 milliard de boisseaux en hausse de 68 millions (+5.8%) versus l’an dernier et juste en-dessous de l’utilisation record de 2014/15. Cela nous donnerait des inventaires au 1er mars de 1.7 milliard de boisseaux de fève soya, en hausse de 11% depuis l’an dernier, et seraient les plus élevés depuis 2006/07. Néanmoins, la demande est forte ce qui permet de garder le ratio stock-to-use inchangé. 

À propos des acréages, tel que discuté dans la section sur le maïs, on s’attend à voir plus de surface en raison du ratio de prix qui était très élevé cette hiver. La moyenne des estimés est à 88.3 millions d’acres (+4.9 M) ce qui représente un très grosse augmentation. Cependant, les rapports des intentions d’ensemencement furent plus faible que les estimés dans 7 des 8 dernières années. On est d’avis que les surfaces seront record cette année en raison de la structure des prix mais aussi suite à des anecdotes qu’il y aurait beaucoup des double-récoltes de soya après la moisson du blé d’hiver. Personnellement, je m’attends à voir entre 87 et 88 millions acres de soya pour cet été. 

Blé

Le rapport des inventaires en mars ne contient normalement pas de surprises majeur dans le blé puisque la consommation pour l’élevage est relativement faible durant le 3ème trimestre de l’année commerciale du blé (l’année commerciale du blé commence en juillet). Les exportations étaient solide de décembre à février avec environ 233 millions de boisseaux, le meilleur 3ème trimestre depuis 4 ans. On estime l’utilisation total du blé à 470 millions de boisseaux, nettement mieux que l’an dernier à 409 millions ce qui s’explique par une demande stimulée grâce aux faibles prix. La moyenne des estimés pour les stocks de blé au 1er mars est à 1.627 milliard de boisseaux ce qui est réaliste selon moi.

Concernant les intentions d’ensemencement, nos yeux seront tournés vers le blé de printemps. Depuis les 4 à 6 dernières semaines, il y avait beaucoup de rumeurs comme quoi des acres de blé de printemps seraient transformés en culture de soya cette année. De plus, 4 des 5 derniers rapports des intentions de mars, les estimés étaient trop élevés. Présentement, la moyenne des estimés pour le blé de printemps est de 11.358 millions acres, seulement 0.25 M acres de moins que l’an dernier. Je pense qu’il y a du potentiel de voir les acréages de blé de printemps sous ces estimés, à environ 11.0 millions acres en raison d’un transfert d’acréage vers la fève.

L’USDA va aussi mettre à jour les chiffres de surfaces pour le blé d’hiver. En janvier, le rapport Winter Wheat Seeding présentait des superficies de 32.38 millions acres, en baisse de 3.8 millions comparativement à l’été dernier. Historiquement, le rapport de mars a tendance à réévaluer les surfaces à la hausse ce qui est arrivé à 8 reprises ses 10 dernières années. La moyenne des estimés est à 32.55 millions d’acres, en hausse de 171,000 acres versus les données de janvier. Cela reste très faibles. En réunissant toutes les classes de blé, la moyenne des estimés est à 46.14 millions acres. 

Bonne journée,

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.SC., CAIA 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article