Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-lettre RJO: exportation de grains et viandes

09 janvier 2017, RJO'Brien

Aujourd’hui le 9 janvier,

· Exportation nette de porc en novembre: un sommet en 4 ans avec 415 millions des livres
· Exportation nette de bœuf en novembre : un sommet en 3 ans avec 40 millions de livres
· Les exportations de maïs et blé suivent la cadence normale alors que les ventes sont un peu plus avancées qu’à la normale
· Les exportations et ventes de soya sont légèrement en avance sur l’échéancier

Rédigé par Gabriel Joubert-Séguin, Stratège de marché chez R.J. O’Brien et Associés Canada

*** R.J. O’Brien et Associés LLC est au service des agriculteurs depuis 1914, membre fondateur de la Bourse de Chicago ***

En fin de matinée, l’USDA publiait les données d’exportation de viande pour le mois de novembre. Étonnamment, les exportations nettes étaient très fortes, autant pour le porc que le bœuf. Est-ce que la demande était forte en raison du prix faible, des nombreux cas de grippe aviaire à travers le monde et/ou d’une construction d’inventaire avant l’arrivée de Trump? Peu importe la ou les raisons, les exportations de viandes étaient très élevées et expliquent en partie la faiblesse des inventaires surgelés : la demande n’est pas seulement très forte grâce à la consommation américaine, mais aussi grâce à la demande extérieure.

Telle qu’à la normale, pour les exportations américaines de porc, c’est le Mexique et le Japon qui ont mené le bal. Le Mexique a acheté un volume record de viande de porc, soit 169 millions lbs ce qui est largement au-dessus de la moyenne 5 ans (112 millions). À cela s’ajoute les achats du Japon de 116.5 millions lbs, un sommet en 18 mois. Au total, les américains ont vendu 510 millions lbs, moins les importations de 95 millions lbs, ce qui donne des exportations nettes de 415 millions. Il faut retourner en octobre 2012 pour retrouver un volume de porc vendu supérieur à la statistique du mois de novembre. De plus, si on se base sur le prix des découpes qui fût très élevé durant le mois de décembre, il ne serait pas surprenant que les ventes furent également bonnes.

Dans le bœuf, les américains redeviennent des exportateurs puisque les ventes de 253 millions lbs ont surpassé les achats de 213 millions. Ces exportations nettes de 40 millions lbs représentent la sortie de viande la plus massive depuis décembre 2013. Notez que c’était la même tendance l’an dernier en raison d’une chute des importations en provenance d’Australie et de Nouvelle-Zélande où des quotas limitent l’intérêt de vendre aux États-Unis. Par exemple, l’Australie peut vendre jusqu’à 418,214 tonnes de bœuf sans taxe aux États-Unis. Une fois ce volume atteint, les australiens ont moins d’engouement pour vendre puisqu’ils doivent encaisser le coût supplémentaire de la taxe.

Ce jeudi, l’USDA mettra à jour ses prévisions d’offre et demande pour les commodités agricoles. Bien qu’on puisse spéculer sur le rendement final des cultures, mieux vaut s’attarder à ce qu’on peut analyser. Pour les exportations de maïs, l’USDA prévoit une demande extérieure de 2,225 millions de boisseaux ce qui est 17% de plus que l’an dernier avec 1,898 millions. Présentement, les ventes conclues représentent 63% de la cible de l’USDA ce qui est légèrement au-dessus de la moyenne 5 ans (58%) ainsi que les 2 dernières années. Si l’USDA modifie sa projection, ce serait pour l’augmenter, mais on s’attend au statuquo pour jeudi puisque l’USDA est normalement conservatrice et que l’écart actuel n’est pas assez large. Pour les livraisons, 29% des 2,225 millions boisseaux ont déjà été expédiées ce qui est exactement sur la moyenne 5 ans.

Pour la fève soya, les exportations anticipées par l’USDA s’établissent à 2,050 millions boisseaux ce qui est 6% de plus que l’an dernier. Malgré des annulations la semaine dernière, on reste en avance sur la moyenne avec 86% du volume déjà vendu contre 80% en moyenne. Même les livraisons sont en avance dont 59% du volume a été expédiées, la majorité en Chine, comparativement à 53% en moyenne. Il reste que quelques semaines aux États-Unis pour compléter les ventes de soya parce qu’à partir de février, les acheteurs se tournent normalement vers l’Amérique du sud.

Finalement, pour les ventes à l’exportation de blé (toutes classes confondues), l’USDA prévoit une augmentation de 26% comparativement à l’an dernier, pour un total de 975 millions de boisseaux. De ce nombre, déjà 79% est vendu ce qui est légèrement en avance sur la moyenne. Néanmoins, les livraisons suivent exactement la cadence habituelle, présentement expédiées à 56% de la cible de l’USDA.

Bonne soirée,

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.SC., CAIA

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article