Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

Agro-Lettre RJO : Réserve fédérale américaine hausse les taux

14 décembre 2016, RJO'Brien

Aujourd’hui le 14 décembre 2016,

· La Fed hausse le taux directeur de 0.25%

Tout d’abord ce qui occupe l’attention aujourd’hui est clairement l’annonce de la Réserve Fédérale sur son principal taux directeur. La Fed a relevé son taux de 0.25%, soit une annonce sans grande surprise alors que ce changement de politique monétaire était largement anticipé dans un contexte économique particulièrement solide depuis des mois aux États-Unis. Si ce n’était pas des élections en novembre, fort à parier que la hausse des taux se serait produit plus tôt à l’automne. Le plus important à retenir c’est dans le discours et la FED nous indique la possibilité de trois hausses de taux en 2017 d’où la force du billet vert. L’emploi se porte bien, on remarque de l’inflation et la FED prévoit un retour un taux d’intérêt de près de 3% d’ici 2020.

La réaction du marché a bien évidemment été plus significative dans le cas des devises. Le Dollar américain se renforci par rapport aux autres monnaies. Par chez-nous notre Huard faiblit de 1.02% (-0.78 points) à 0.7544 $US, le baril de pétrole en baisse de 4% à 50.88 $ à New York.

Il faudra voir dans les prochaines semaines, voire même les prochains mois, quel sera l’impact du nouveau Président américain Donald Trump car il a longuement réitérer durant sa campagne électorale comment il promettait des allégements fiscaux massifs au même moment que d’importants investissement en infrastructure! Bref, il promet de couper les taxes (revenus) et augmenter les dépenses, voilà des éléments qui vont influencer la politique monétaire! Cette promesse de Trump est extrêmement inflationniste, et qui dit inflation dit habituellement hausse des taux… Il y a douze mois les anticipations de hausse de taux étaient très optimistes pour 2016 mais rien ne s’est réellement passé avant aujourd’hui. L’an prochain pourrait être différent si les promesses du président se réalisent. Et ses promesses, vont-elle réellement se réaliser? Pardonnez mon cynisme, mais ça ne serait pas le premier politicien qui change d’avis « tout d’un coup »!

Évidemment il y a beaucoup d’hypothèses. Rien n’est sûr. Personne ne peut prédire l’avenir.

Il est aussi permis de douter de l’appui du reste de son gouvernement républicain car une bonne proportion du sénat et de la chambre prône des politiques très conservatrices et ont dénoncé à maintes et maintes reprise la dette américaine qui n’a cessé d’augmenter pendant les deux termes d’Obama. Essentiellement la dette américaine a doublé depuis 2008 passant de 10 à 20 trillion (de 1 à 2 avec beaucoup de zéros à coté). Donc le plan de Trump dans l’état actuel (coupe les taxes, augmente les dépenses) pourrait faire exploser la dette américaine. Il faut donc absolument un résultat positif (création de valeur = augmentation du PIB) pour rentabiliser l’investissement sinon la dette en fonction du PIB pourrait bien revenir au niveau des années 40 après la 2e Guerre Mondiale.

L’impact dans les marchés agricole a été nul. Bien sûr, un événement macro-économique n’influence pas directement, ou plutôt rapidement les marchés. Il faudra faire bien attention pour le futur car la hausse possible/probable des taux d’intérêt aura un impact important pour les entreprises agricoles qui sont généralement très endettés. Depuis des années les américains ont été capables d’emprunter des sommes importantes à peu de frais pour être en mesure de maintenir les opérations. Éventuellement il faudra composer avec un taux d’intérêt plus élevé, c’est une question de temps.

Dans sa dernière prévision longue terme, l’USDA prévoit une baisse généralisée des superficies dans les prochaines années. En 2016 on calcule 253.5 millions d’acres (8 types de culture) tandis qu’on prévoit 248.0 l’an prochain, soit une baisse de 2.2%.

Tout étant égal par ailleurs (Ceteris Paribus), des prix agricoles faibles et un taux d’intérêt plus élevé dans les prochaines années viendra directement jouer dans la capacité d’emprunt des fermes.

· Acheter (financer) la machinerie coutera plus cher.
· Les hypothèques couteront plus cher.
· L’intérêt sur les terres agricole coutera plus cher.
· La marge de crédit coutera plus cher.
· Les prêts couteront plus cher.
· Etc…

SIMON BRIERE 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article