Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - Extra viande

01 octobre 2019, RJO'Brien

Bonjour,

Statistiques d'abattage:

Réaction à rebours des contrats à terme de porc aujourd’hui alors que la limite à la baisse a été atteinte sur les contrats de décembre 2019. La journée d’hier semblait plutôt une anomalie, mais le marché reste le marché avec sa volatilité et ses contradictions.

En fait, la journée de lundi avait commencé à la baisse, mais après quelques minutes, les acheteurs de contrats à terme avaient entretenu des rumeurs persistantes au sujet de possibles achats provenant de la Chine. Des acheteurs chinois se seraient manifestés au cours du weekend afin de s’enquérir des prix pour des tonnages de viandes. Bref, il n’en fallait pas plus pour faire repartir le prix à la hausse. Par contre, en ce mardi les achats ne se sont pas matérialisés et les négociants préfèrent larguer des positions longues accumulées depuis quelques semaines alors qu’il est évident que la Chine ne négociera rien avant la semaine prochaine. La Chine a mentionné vouloir acheter 100 000 tonnes de viandes de porc américain. Mais quand?

La Chine est en pleine célébrations de la Semaine dorée et le 70ieme anniversaire de la révolution communiste chinoise. Les autorités gouvernementales et beaucoup de travailleurs sont en congé pour toute la semaine. Il serait surprenant que des négociateurs annoncent des commandes d’achat de viandes américaines cette semaine. Une délégation commerciale chinoise sera aux Etats-Unis la semaine prochaine afin de préparer le terrain pour la poursuite des discussions et établir un accord sur le commerce. A moins qu’un tweet de Trump ne ruine encore les efforts de part et d’autre, les choses devraient progresser dans un sens constructif.

Le prix du porc a chuté aujourd’hui puisque le marché réalise que la quantité d’animaux qui sera abattue au cours des prochaines semaines sera encore une fois très élevée. Le rapport Hog & Pig de vendredi est éclairant sur ce sujet. La catégorie de poids 120-179 livres indique clairement que le nombre de porcs qui sera disponible pendant les prochaines semaines s’établira à plus de 5.3% de plus que pendant la même période de 2018. Cette hausse implique donc un rythme d’abattage hebdomadaire de presque 2.714 millions de porcs. C’est probablement pourquoi les contrat de décembre auront le plus de difficulté à maintenir la hausse récemment obtenue. Cette faiblesse pourra aussi affecter les contrats de février en raison des stocks de viande qui pourraient s’accumuler.

Encore une fois, les exportations seront capitales pour sauver le prix du porc de devenir encore fois désespérant dans les prochaines semaines. A ce sujet, les Philippines viennent de déclarer leur 7ieme cas de fièvre porcine africaine. La maladie de rapproche de l’Australie. Ce pays demeure très marginal au niveau de la production porcine mondiale et constitue une ile, mais c’est un rappel que la maladie traverse maintenant les océans et un rappel pour tous les intervenants d’exercer un maintien constant et serré des mesures sanitaires.

LH Decembre

Bœuf

Les prix des contrats à terme ont très bien performé depuis les 2 dernières semaines aidés par un prix au comptant en hausse constante et des spéculateurs qui reviennent sur ce marché après l’avoir délaissé en août. Aujourd’hui, le prix semble prendre une pause bien méritée après le retour au même niveau de prix qu’avant les événements qui ont affectés l’usine de Tyson. Il existe cependant quelques ombres au tableau alors que le prix des découpes Select et Choice sont maintenant à leur plus bas niveau depuis le mois de juillet.

Le prix au comptant semblait se maintenir en hausse cette semaine au Kansas et Texas se situant respectivement à $103 et $104 USD / 100 livres. Ces cotations représentent des hausses de près de $2 USD / 100 livres par rapport à la semaine dernière. Le nombre de bouvillons abattus demeurent très semblable au nombre de l’an dernier, par contre les poids sont relativement plus légers ce qui provoquent une légère baisse de la production de viande.

Les États américains du nord ont reçu de fortes précipitations de pluie et de neige récemment ce qui pourrait ralentir le mouvement de bœufs et un ralentissement de la croissance de ceux-ci. La force des bases et des prix dans les grains cette semaine suite à la publication des stocks de grains du USDA pourraient, en outre, provoquer un maintien des veaux dans les pâturages et ainsi réduire le nombre d’animaux prêt à l’abattage dans les prochaines semaines et mois.

Après, au mieux, la pause technique des prix ou au pire une légère correction à la Bourse, il sera intéressant de suivre si le prix peut reprendre son ascension (contrat de février 2020) et revenir vers les sommets touchés en 2019. Le nombre d’animaux disponibles pour débuter l’année sera en décroissance et si les exportations demeurent vigoureuses, il ne faudrait se surprendre de revoir de bons prix en 2020.

Cattle décembre

SIMON BRIERE

Stratège de marché chez R.J. O'Brien & Associés Canada Inc.
Tel: (514) 218-6888
 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).


Partager cet article