Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Raphaël Pouliot & Réjean Leblanc, Consultants

marge 3 avril à -26$ par porc

03 avril 2018, Raphaël Pouliot & Réjean Leblanc, Consultants

Les faits saillants de la dernière semaine; 

-  Le prix du maïs 1 an est en hausse à 230 $/t.

-  Le prix du tourteau 1 an, lui aussi est à la hausse à 574 $/t.

-  Le prix du porc 1 an à  l’indice 100 a fortement diminué à 154,70 $/100 kg. Cette baisse s’explique par la forte chute du prix de référence américain (limite down lundi 2 avril 2018) en lien avec l’annonce de tarif chinois sur le porc américain.

La marge par porc avant ASRA est en chute libre à – 25,90 $/porc.

 

Commentaires…non un éditorial cette semaine !

 

Une filière avec tant de potentiel, mais si fragile….

 

En effet, j’accompagne des producteurs de porcs depuis l’année 2006. Si j’enlève l’année 2014 (crise du DEP aux États-Unis) et quelques mois avant et après, les producteurs de porcs travaillent comme des fous pour arriver à +/- zéro et sont souvent dans le rouge. Je parle ici de la moyenne des producteurs. On le constate, plusieurs d’entres vous à la fin de votre année financière ne font que du surplace. D’un côté vous avez des acheteurs au Québec qui veulent de plus en plus de porcs et de l’autre des producteurs qui peine à arriver à les produire. Ce n’est donc pas surprenant que le nombre de producteurs indépendants diminue. Nous sommes dans l’effervescence des maternités collectives et/ou autre de grande taille, mais où ces porcelets seront engraissés ?  On entend peu parler de projet de construction d’engraissements, faites le tour. Il faut dire qu’à plus de 500 $ /place, bonne chance pour rentabiliser cela. Seulement la crème de la crème arrive à faire leurs frais.

 

Dans le nouveau programme de mise à aux normes bien-être, les demandes venant du secteur porcin sont +/- dans les 20 %. Il y a beaucoup plus de demandes dans le secteur laitier et ce n’est pas surprenant, un grand nombre d’entres vous sont dans un processus lent de fermeture.

 

Il est grand temps de corriger le tir, mais est-ce possible ? Vous êtes toujours devant la régie pour faire avancer vos demandes. Déjà en 2006, d’autres conseillers et moi avions souligné les faiblesses du système de référence de prix. Ah oui on nous traitait de pessimistes. Après 12 ans, je me demande qui avait raison. C’est votre filière, que voulez-vous que je vous dise.

 

À quand un cycle normal de production comme aux États-Unis, où des années on fait de l’argent et d’autres ou nous avons un creux. Ici c’est une bataille constante pour arriver à la fin de l’année à zéro. Ce n’est pas comme cela que l’on attire des investissements, convainc la relève et dynamise une filière.

 

La marge par porc est juste à – 26 $/porc, rester positif vous avez votre belle béquille qu’est l’ASRA. Au cours de la dernière année, sur 53 semaines, vous avez été positif que 12 semaines et jamais plus de 5 $/porc. Au cours des deux dernières, 15 semaines.

 

Pour ceux qui n’étaient pas convaincus de s’initier à la gestion de marges, c’est peut-être une alternative.

 

 

Réjean Leblanc, agroéconomiste


Partager cet article