Formation Grainwiz
Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Philip Shaw

La sécheresse au Brésil, les cygnes noirs et l’incertitude, bienvenue en 2019

06 janvier 2019, Philip Shaw

Janvier est une période où il est normal de passer à la vitesse supérieure. Le changement de l'année civile pousse à aller dans ce sens. Cependant, un membre de ma famille qui est historien me rappelle souvent que la nouvelle année se situe vraiment en mars. Selon lui, la Loi sur le calendrier de 1751 a changé le jour de l'An en Grande-Bretagne et dans les Dominions et est passée du 25 mars au 1er janvier. Et à bien y réfléchir, ce n'est pas aussi fantaisiste, non?  

J'espère que l’année 2019 sera meilleure avec un peu moins de fébrilité artificielle que celle que nous avons connue en 2018. Alors que nous entrons dans le mois de janvier, la dynamique politique est en train de changer, surtout aux États-Unis. Le nouveau Congrès démocrate des États-Unis va probablement tempérer les agissements du président américain. À l'heure actuelle, le gouvernement est en shutdown à cause du financement du mur à la frontière sud avec le Mexique. C'est très difficile à comprendre pour un Canadien, mais sur le plan agricole, cela pourrait signifier que le grand rapport final de l'USDA du 11 janvier sera retardé. 

Il va sans dire que le rapport final de l'USDA sert souvent d'épreuve de vérité pour aller de l’avant. Il peut souvent définir le mouvement des prix au cours du mois de janvier et il est probable que celui-ci sera explosif. À l'heure actuelle, le rendement du maïs de l'USDA s'établit à 178,9 boisseaux l'acre, et celui du soya, à 52,1 boisseaux l'acre. J'avais toujours espéré que ces rendements chuteraient en janvier, simplement à cause des dernières semaines de la récolte américaine. Cependant, comme je l'ai dit un million de fois, personne ne sait ce que fera le marché à terme. Le point de mire maintenant et après le rapport concernera les conditions de culture en Amérique du Sud.

Au Brésil, ces conditions sont de plus en plus arides. Les facteurs météorologiques du marché sont devenus haussiers, car un climat chaud et sec s'est installé dans la partie centre-sud du Brésil, avec des températures d'environ 10 degrés au-dessus de la normale. Les précipitations attendues ne devraient pas remédier à cette situation et les estimations des récoltes sont en baisse.  Cependant, comme vous le savez tous, le soya peut se montrer très trompeur, même sous les tropiques. Il aime les atmosphères légèrement sèches et il ne manque plus qu'une pluie pour que tout cela fasse partie de l'histoire. Nous avons tous déjà vécu cette expérience, mais ces dernières années en tout cas, la production brésilienne a dépassé les attentes. Voir les choses dans l'autre sens semble contre-intuitif.  

Les renseignements quotidiens sur le marché sont essentiels à tout jugement sur les données relatives au soya en Amérique du Sud. Que dites-vous ?  Comment sommes-nous censés savoir ce qui se passe dans les champs là-bas ?  Vous avez raison, mais n'oubliez pas que cela commence à devenir un peu obsolète. DTN fait un excellent travail pour nous tenir au courant des facteurs météorologiques qui peuvent affecter la récolte brésilienne. Il y a des commentaires sur le marché le matin et le soir, ce qui est parfait, ainsi que des commentaires réguliers en provenance d'Amérique du Sud. En dehors de cela, il faut creuser plus profond, et pour cela j'utilise twitter. 

Twitter n'est pas pour tout le monde, mais pour moi c'est utile pour la veille du marché. J’échange souvent avec des agriculteurs brésiliens, argentins et uruguayens. Ils donnent parfois leur avis sur l'état des cultures et sur ce qu'ils entendent. La sécheresse et la chaleur affectent actuellement certains de leurs champs. Ils m'envoient des photos, en saison, je leur envoie les photos de mes champs. En fin de compte, en additionnant les facteurs du marché cela me permet d’approfondir ma connaissance de celui-ci pour m'aider à commercialiser mon soya. Cela peut être utile pour tous ceux qui lisent ceci.    

En 2018, nous nous sommes largement rendu compte que la géopolitique est importante en ce qui concerne le prix de nos céréales.  Le début de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a été meurtrier pour les prix, le soya ayant reculé de façon dramatique jusqu'à la fin de l'été. À l'heure actuelle, les Américains et les Chinois se sont engagés à obtenir un accord commercial d'ici mars, ce qui pourrait se produire ou non. Il est clair que les marchés réagiront à tout nouvel accord. Cependant, nous savons tous que l'insatiable marché chinois du soya américain d'avant 2018 a disparu. Les gens ont de vieux souvenirs, et ceux qui s'attendent à quelque chose de différent pourraient être déçus. 

L'Amérique du Sud et la géopolitique sont deux choses importantes à l'horizon 2019, mais les superficies cultivées aux États-Unis le seront aussi. La sagesse populaire veut que nous voyions beaucoup moins d'acres de soya aux États-Unis en 2019. L'USDA a déjà estimé à 92 millions d'acres la superficie consacrée au maïs en 2019 et à 82,56 millions d'acres celle consacrée au soya, soit environ 6 millions d'acres de moins que 2018. Cependant, le soya brésilien semblant "brûler", dans quelle mesure cela pourrait-il changer vers le printemps ?  

Il y a tellement plus, mais cela ouvre la voie à l'action des marchés à terme jusqu'en 2019. Au fur et à mesure que l'année avance, il y aura sûrement beaucoup plus de choses, peut-être même un cygne noir. Ces imprévus peuvent parfois renverser la tendance. En 2019, la question n'est pas de savoir si, mais plutôt quand.

 

 


Partager cet article