Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Philip Shaw

Le rapport du USDA étonne, mais n'a pas la cote

18 août 2019, Philip Shaw

En parlant de surprises, personnellement, il y en a une qui m'a laissé perplexe. Non, je ne parle pas du rapport de l'USDA de la semaine dernière. Même s’il est du même acabit. Au printemps dernier, j'ai eu des carottes sauvages qui poussaient dans mon champ de soya et qui n’auraient pas dû être là. Je pense que le fait d'avoir attendu pour brûler ce champ en juin leur a donné une longueur d'avance. Inutile de dire que voir plus de carottes sauvages dans mes champs que je n'en ai jamais vu auparavant à cette période de l'année a été pour moi une surprise.

Je me suis battu contre mes carottes sauvages avec un herbicide. Au moins, dans ce domaine je maîtrise un peu la situation. Cependant, s'il vous plaît, expliquez-moi mon autre surprise, celle de la semaine dernière. Dans son rapport du 12 août, l'USDA a indiqué que la production totale de maïs aux États-Unis serait de 13,9 milliards de boisseaux cette année, selon un rendement national accru de 169,5 boisseaux l'acre. Cela m'a assez surpris, mais j'ai appris ensuite que la superficie ensemencée en maïs était fixée à 90 millions d'acres, en baisse par rapport aux 91,7 millions d'acres déclarées en juin. Cependant, j'ai alors appris que les superficies abandonnées pour le maïs s’élevaient à 11,21 millions d'acres. C'était un véritable casse-tête. Les stocks de maïs de la récolte précédente, qui deviendront des stocks de départ en septembre, ont été fixés à 2,36 milliards de boisseaux.

Inutile de dire que le prix à terme du maïs de décembre à Chicago a perdu 1,02 $ depuis le 17 juin. Lorsque l'USDA a annoncé le chiffre des superficies cultivées le 12 août, le prix du maïs a chuté de sa limite maximale, ce que l'on ne voit plus beaucoup sur les marchés. En d'autres termes, l'écart s'est creusé avec l'augmentation des heures de négociation au fil des ans et les surprises ont habituellement autant d’effet qu’un ricochet sur un grand fleuve. Le 12 août, la confusion régnait, car beaucoup de gens s'attendaient à un rapport plus haussier et nous pouvions tous compter 90+11, soit 101 millions d'acres de maïs qui, en théorie, devaient être plantés aux États-Unis cette année. Ce rapport n'a pas suscité l'enthousiasme. Beaucoup de gens se posent encore des questions. Pendant ce temps-là, le marché négocie sur la base des chiffres qui lui ont été donnés. Apparemment, nous ne sommes pas en 1993 et nous n'avons pas développé la génétique du maïs cette année-là. Je continue à affirmer ne pas savoir comment les superficies ont été calculées. En tant que Canadien, je pense que vous pouvez m'accorder cette latitude. Ce qui se rapproche le plus d'une explication, c'est d’additionner les acres de « superficies abandonnées » des dernières années et de les ajouter au chiffre de cette année. Les agriculteurs ont également été fortement incités à planter du maïs suivant les paiements du programme de mise en marché facilité (Market facilitation program) s'ils en plantaient. En termes simples, le marché du maïs est actuellement un train qui a déraillé et qui fume encore. Il ne fait pas de quartiers.

En ce qui concerne le soya, la surprise n’a pas été aussi grande, même si la superficie consacrée au soya était inférieure à ce à quoi je m'attendais et inférieure à celle prévue dans le rapport de juin. L'USDA a estimé la superficie consacrée au soya à 76,7 millions d'acres, ce qui est inférieur aux 80 millions prévus le mois dernier. Ils estimaient à 4,35 millions d'acres la superficie consacrée aux « superficies abandonnées » de soya. Le rendement du soya national américain a été fixé à 48,5 boisseaux l'acre pour une production totale de 3,68 milliards de boisseaux. Il s'agit d'une baisse de 19 % par rapport à la production de l'an dernier. Les stocks en fin de campagne de 2019-2020 sont maintenant évalués à 755 millions de boisseaux. En d'autres termes, il y a encore beaucoup de soya dans le lot.

Il y a toujours des grincements de dents au sujet des annonces de l'USDA. Essayez de voir les choses de cette façon. Regardez en arrière et souvenez-vous du jour où l'USDA a annoncé qu'il y avait 11 millions d'acres de superficies en maïs abandonnés aux États-Unis et où le prix du maïs à Chicago a atteint sa limite quotidienne à la baisse. Whoaa! L'USDA avait ajouté que la production totale de blé avait augmenté de 5 % par rapport à l'an dernier.

Que peut faire l'USDA pour réitérer ça? C'est difficile à dire. DTN est actuellement engagé dans une Tournée des Récoltes digitale avec Gro Intelligence et les rendements annoncés sont beaucoup plus bas que ce que l'USDA prévoit. Gro Intelligence utilise des cartes de rendement en temps réel, qui sont générées à partir d'images satellites, de données sur les précipitations, de cartes de température et d'autres données publiques. Disons juste qu'il y a beaucoup d’hypothèses sur les rendements cette année.

Un agriculteur de l'Ohio m'a dit qu'il possédait l'une des meilleures bases (prix) de maïs des États-Unis. Le seul problème, c'est qu'ils n'ont pas de maïs ! Je lui ai répondu en lui disant que cela nous aide aussi en Ontario et au Québec. Cependant, la récolte de maïs en Ontario et au Québec n'est pas tout à fait la même que l'an dernier. Comme je l'ai dit à maintes reprises, il est probable que l'Est du Canada connaîtra un déficit dans le secteur du maïs au cours de la prochaine année. C'est déjà le cas en Ontario et au Québec.

Alors, en ce qui concerne mes carottes sauvages? Eh bien, pour être honnête, je m'en suis rendu compte quand je l’ai brûlé la première fois, mais je ne pouvais pas vraiment croire ce que je voyais! Je pensais que mon brûlage nucléaire marcherait. Voilà où nous en sommes, avec des carottes sauvages et l'un des rapports les plus surprenants de l'USDA de l'année.

Alors peut-être que je mérite ces carottes sauvages, mais les dernières nouvelles de l'USDA, je ne sais pas. Je n'ai jamais vu venir ces 101 millions d'acres de maïs mythiques comme intention d’ensemencements. Cela montre bien que l'USDA remet toujours les objectifs à leur place. On ne devrait jamais être autant surpris.



Partager cet article