Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Nouvelle menace de Trump à la Chine, nouveaux creux pour les prix des grains

19 juin 2018,

Dire que la semaine aura été jusqu’ici difficile est un euphémisme. La journée d’aujourd’hui aura été particulièrement pénible comme en témoignent d’ailleurs les commentaires incessants des analystes sur les réseaux sociaux tout au long de la journée. Le soya aura de nouveau mené la charge, l’échéance de juillet 18 touchant brièvement un nouveau creux inégalé depuis **mars 2009** pour finalement se ressaisir, mais clôturé néanmoins avec un bon recul de -0,1675 à 8,89 $US/bo..

Le marché du maïs n’a pas été épargné, frisant le creux de la dernière récolte à près de 3,37 $US/bo.. Par contre, les chasseurs d’aubaine dans le marché auront su saisir la balle au bond à Chicago, le contrat de juillet 18 affichant au net un recul très léger de -0,0175 à 3,5375 $US/bo. 

Le marché du blé n’aura pas donné sa place non plus, sur juillet 18, en baisse à Chicago de -0,1225 à 4,7775 $US/boisseau et en baisse également à Minneapolis (blé de printemps) de -0,1425 à 5,4950 $US/bo.. Pour le blé Minneapolis, il s’agit de sa plus faible fermeture en plus d’un an. 

Bien entendu, en tête de liste de cette forte volatilité négative des prix, la nouvelle menace de M. Trump d’imposer des tarifs supplémentaires à hauteur de 200 milliards de dollars à la Chine. Ceci donne suite aux tarifs américains de 50 milliards de dollars confirmés vendredi dernier qui seront effectifs à partir du 6 juillet prochain si aucun compromis n’est trouvé d’ici là. La Chine a déjà réagi en soulignant qu’elle ne se laissera pas intimider par cette escalade de menaces, se disant déjà prête à prendre les mesures nécessaires pour riposter s’il y a lieu, bien que ce ne soit pas ce qu’elle recherche. Rappelons que déjà, la Chine a indiqué qu’elle taxerait plusieurs produits américains, dont le soya, le porc et le bœuf.

Du côté des grains, le contexte lui-même ne veut pas spécialement positifs pour les prix non plus. Aux États-Unis, les conditions des cultures américaines demeurent toujours excellentes et à leur meilleur depuis plusieurs années dans bien des cas pour la mi-juin. Selon le rapport hebdomadaire du USDA présenté hier en fin de journée, en date de dimanche dernier :

Maïs – L’état des cultures déjà exceptionnelles aura pris du mieux, en hausse de +1 à 78% dans les catégories « bon à excellent ».  C’est près de 10% supérieur à la normale des dernières années pour cette période-ci. 

Soya – Très léger recul de l’état des cultures de soya de -1 à 73% dans les catégories « bon à excellent ». La moyenne des dernières années est de 66%.

Blé de printemps – Nette amélioration de l’état des cultures de blé de printemps en hausse de +8 à 78% dans les catégories « bon à excellent », un résultat également beaucoup plus prometteur qu’à pareille date l’an dernier (41%) alors que la menace d’une sécheresse planait. La moyenne des dernières années est de 71%.

Blé d’hiver – La récolte se poursuit à 27% de complété, un niveau comparable à l’an dernier. L’état des cultures continue aussi de prendre du mieux avec 39% des cultures dans les catégories « bon à excellent », en hausse de +1% par rapport à la semaine dernière, bien que toujours moins bon que la moyenne des dernières années (46%).   

Ainsi, bien qu’il reste tôt en saison pour tenter de prévoir ce que seront les rendements américains à l’automne, le sentiment général des marchés penche en faveur qu’ils pourraient de nouveau atteindre des records. Dans ce même ordre d’idée, les prévisions météo proposent toujours aussi des conditions encore très favorables, et ce, jusqu’au début juillet. Les températures devraient demeurer un peu plus chaudes qu’à la normale, mais des précipitations régulières restent au rendez-vous pour assurer un très bon développement des cultures.

Certains notent cependant les précipitations importantes prévues pour les prochains jours, une situation qui pourrait éventuellement nuire aux cultures si des averses supplémentaires venaient à se confirmer d’ici la fin juin/début juillet.

Du côté de la demande, le rapport hebdomadaire des inspections à l’exportation de grains américains présentée hier en matinée est jugé dans l’ensemble positif, corroborant que l’écoulement des stocks américains se poursuit à un bon rythme. Les inspections de maïs ont été la semaine dernière de 1,67 million de tonnes, dans le haut des attentes des marchés. Au cumulatif, les inspections de maïs dépassent maintenant le rythme des dernières années pour atteindre la prévision d’exportation du USDA. Les inspections de soya auront été également très intéressantes à 818 400 tonnes, nettement plus que les anticipations des marchés. Au cumulatif, les inspections continuent de rattraper le temps perdu, bien qu’elles affichent toujours du retard à 86% de la prévision d’exportation du USDA contre 91% en moyenne pour cette période-ci.

À Chicago, on peut difficile voir du positif aujourd’hui dans le comportement des prix qui, avec leur forte volatilité, ont brisé de nouveau plusieurs supports importants et demeurent tous sous l’emprise de fortes tendances baissières. On note ici le cas du blé qui, contrairement aux maïs et soya, avait jusqu’ici évité la rupture de sa tendance haussière effective depuis janvier maintenant écartée. Sur une note plus positive, il est intéressant de constater cependant la rapidité avec laquelle les prix ont bondi suivant leurs creux inquiétants aujourd’hui. Ceci suggère que de plus en plus de joueurs dans le marché ne trouvent plus de motifs suffisants pour écraser davantage les prix, alors qu’à l’opposé, d’autres n’hésitent pas non plus à profiter de ces creux pour commencer à prendre position en vue d’un éventuel rebond. La question demeure à savoir quand, surtout avec l’imprévisibilité des menaces commerciales américaines qui pleuvent depuis le début du mois de juin.  


Partager cet article