Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les incertitudes météo supportent toujours les prix

13 mars 2018,

Suivant un peu d’hésitation ce lundi, les prix des grains auront clôturé aujourd’hui en hausse, supporté pas des inquiétudes météo qui persistent du côté de l’Amérique du Sud, mais également aux États-Unis.

En Argentine, de bonnes précipitations sont attendues dans les principales régions de production au cours des prochains jours. Cependant, les prévisions proposent également un retour à des conditions sèches la semaine prochaine.

À l’opposé, au Brésil, de bonnes précipitations sont sur les écrans radars pour cette semaine et la semaine prochaine. Ainsi, suivant plusieurs semaines de conditions déjà humides, on craint de nouveau que les cultures en cours soient endommagées.

Plus au nord, aux États-Unis, tout n’est pas parfait non plus alors que le début de saison approche à grands pas. De bonnes précipitations devraient couvrir une bonne proportion des principales régions de production des Plaines et du Midwest américain au cours des prochains 15 jours. L’exception à la règle demeure le nord du Texas/Oklahoma/Kansas où la sécheresse sévit toujours. Pour les cultures de blé d’hiver qui sortiront bientôt de dormance, ces conditions préoccupent. Mais, les marchés commencent aussi à prendre note déjà que le début de saison s’annonce pour le moins humide pour les ensemencements de maïs en avril prochain…

Cette semaine, outre les cartes météo qu’il faut garder à l’œil sur une base journalière, les marchés seront attentifs au prochain rapport mensuel de trituration de soya des membres du NOPA pour février qui sera présenté ce jeudi. Rappelons que depuis novembre dernier, la trituration mensuelle de soya aux États-Unis dépasse le niveau des dernières années, assez d’ailleurs pour que le USDA ait réajusté sa prévision de trituration 2017-18 dans son dernier rapport mensuel d’offre et demande (WASDE) de mars 18 présenté la semaine dernière. 

Maïs

Le marché du maïs à Chicago a clôturé en hausse aujourd’hui, l’échéance de mai 18 de +0,0175 à 3,9175 $US/boisseau et celle de la récolte (CàT Déc. 18) de +0,0250 à 4,0975 $US/boisseau.

Bien qu’il soit trop tard en saison pour que de grands changements aient lieu du côté de la récolte de l’Argentine déjà revue en baisse à aussi peu que 40-44 millions de tonnes, les marchés s’inquiètent toujours des conditions sèches qui se profilent à l’horizon pour la semaine prochaine. Aux États-Unis, les prévisions actuelles se veulent aussi très humides dans le sud du pays (Delta/sud du Midwest) et, comme il ne reste que 2-3 semaines avant le début des premiers ensemencements, certains s’interrogent. 

Techniquement, le marché du maïs à Chicago profite toujours d’une tendance haussière bien définie avec d’importantes résistances qu’il faut surveiller dans les prochains jours à 3,95-4,00 $US/boisseau sur l’échéance de mai 18, et 4,10-4,11 $US/boisseau sur l’échéance récolte (CàT Déc. 18).

Soya

Le marché du soya demeure très dynamique. Suivant son important revers de la semaine dernière à Chicago, il révèle maintenant plus d’hésitation avec un regain intéressant aujourd’hui. Des conditions de nouveau sèches sont attendues la semaine prochaine en Argentine et la récolte devrait débuter sous peu. Ainsi, nous aurons très bientôt une bien meilleure lecture des pertes occasionnées par la sècheresse de cette année, ce qui laisse les marchés sur le qui-vive.

Au Brésil, les averses à répétition soulèvent aussi certaines interrogations sur la qualité du soya. Plusieurs organisations continuent cependant d’entrevoir une possible récolte record. Selon Safras & Mercados, la récolte serait complétée à 48%, 8% de moins qu’à pareille date l’an dernier. Par contre, Safras a rehaussé de nouveau sa prévision de 115,6 à un record de 117,3 millions de tonnes (l’an dernier 114,1 mil. de tonnes).

À Chicago, la forte tendance haussière qui avait propulsé les prix à des sommets dernièrement est écartée. Par contre, un premier support intéressant aura été rapidement rencontré à l’approche de 10,30 $US/boisseau sur l’échéance de mai 18, 10,24-10,27 sur celle de la récolte (CàT Nov. 18). Il apparait hasardeux à ce stade-ci d’envisager cependant que d’autres sommets sont possibles, à tout le moins tant que de nouveaux chiffres (et prévisions météo…) ne confirmeront pas que les récoltes sud-américaines puissent décevoir davantage.

Blé

Le marché du blé aura montré signe de vie en ce début de semaine, mais ne sera pas parvenu pour autant à clôturé aujourd’hui en territoire positif.

À l’origine de cette fermeté « passagère » des prix, l’état des cultures de blé d’hiver qui se détériore toujours dans l’État du Kansas aux États-Unis où des conditions et prévisions sèches demeurent un enjeu. Cependant, on note une amélioration de l’état des cultures de blé d’hiver dans plusieurs autres États (Oklahoma, Texas), deux autres régions qui ont été jusqu’ici fortement affectées par la sècheresse. 

Comme l’aura très bien rappelé le dernier rapport mensuel du USDA, ce n’est cependant pas la disponibilité de blé qui fera défaut dans les prochains mois, même avec une mauvaise récolte américaine. L’offre est importante, et la compétition demeure forte sur les marchés mondiaux avec des exportations record de blé russe toujours en cours. On rapporte aussi qu’avec la récente appréciation des prix du blé aux États-Unis, malgré la « faiblesse » du dollar américain, le prix du blé américain est à nouveau non compétitif. Ceci vient alourdir l’idée que les chiffres hebdomadaires d’exportation de blé américain puissent s’apprécier davantage pour réduire les stocks américains importants, rien de positif pour les prix.

À Chicago, une tendance court terme baissière bien distincte est à l’œuvre présentement. Pour les prochains jours, un support important est à surveiller à l’approche de 4,79-4,80 $US/boisseau sur l’échéance de mai 18.


Partager cet article