Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Marché des grains, ça force toujours en attendant les prochaines cartes météo

23 février 2018,

La semaine se sera terminée à son image pour les prix des grains qui demeurent en mode consolidation/hésitation en attendant la suite des choses du côté météo pour l'Amérique du Sud, spécialement l'Argentine.

Le mois de février tire également à sa fin avec une bonne progression des prix des grains dans l'ensemble à Chicago depuis la mi-janvier, le maïs en hausse de +0,20 à 3,6625 $US/boisseau (CàT Mars 18), le soya +0,77 à 10,37 $US/boisseau (CàT Mars 18) et le blé à Chicago +0,28 à 4,52 $US/boisseau (CàT mars 18). Cette progression intéressante invite sans aucun doute certains joueurs dans le marché à engranger des profits avec le mois de février qui tire à sa fin, ce qui contribue également à freiner les prix.

Côté météo, les prévisions actuelles proposent toujours des conditions anormalement chaudes et sèches pour le cœur des régions de productions de maïs et soya en Argentine pour la semaine prochaine. Rappelons qu'en temps normal, la fin février/début mars est une période au cours de laquelle les précipitations sont plus importantes en Argentine. La situation demeure donc d'autant préoccupante en ce sens.

Bien entendu, la valse des révisions à la baisse pour les récoltes de maïs et soya argentin se poursuit, certains envisageant une récolte de soya d'aussi peu que 40 millions de tonnes, le USDA se situant actuellement à 54 millions de tonnes et la récolte de l'an dernier ayant été de 57,8 millions de tonnes. Dans une moindre mesure, on prévoit un recul de la récolte de maïs argentin autour de 35-37 millions de tonnes versus 41 millions de tonnes l'an dernier.

Il faudra donc surveiller de très près la situation de nouveau à l'ouverture des marchés ce dimanche, alors que de nouvelles prévisions pourraient de nouveau alimenter une relance des prix (ou non…).

Maïs
Le maïs a tenté à Chicago toute la semaine de franchir une forte résistance qui se fait sentir à l'approche de 3,70 $US/boisseau (CàT Mars 18) et 4,00 $US/boisseau (CàT Déc. 18 - récolte). On rapporte davantage de ventes du côté des producteurs américains à l'approche de ces niveaux, ce qui contribue certainement à freiner la progression du maïs qui demeure toujours cependant supportée par sa tendance haussière.

Le Ag Forum Outlook du USDA s'est conclu aujourd'hui. Selon les économistes et analystes de l'instance américaine, les producteurs américains pourraient semer 90 millions d'acres, un peu plus que les anticipations des marchés d'en moyenne 89,9 millions d'acres, mais moins que les superficies ensemencées en 2017 de 90,2 millions d'acres. Rappelons qu'il faut prendre avec un grain de sel ces informations. Cette estimation est " théorique " alors que la prévision qui sera présentée le 31 mars prochain sera basée sur un sondage auprès des producteurs américains.
Les ventes hebdomadaires à l'exportation de maïs américain ont été la semaine dernière de 1,62 million de tonnes, de nouveau un peu plus que les anticipations des marchés de 1,0 à 1,6 million de tonnes. C'est la 6e semaine que les ventes à l'exportation de maïs américain avoisinent 1,5 à 2,0 millions de tonnes, ce qui est également positif.

Hier, le rapport de production hebdomadaire d'éthanol aura été également intéressant avec une production de 1,068 barils/jours la semaine dernière, en hausse de +52 000 barils/jours. Il s'agit du plus important volume hebdomadaire de production d'éthanol depuis la fin 2017. Les stocks ont de leur côté reculé de -132 à 22,753 milliards de barils.

Techniquement, à Chicago, comme mentionné précédemment, le marché du maïs révèle beaucoup d'hésitation face à de bonnes résistances. Considérant la progression intéressante des dernières semaines, et le fait que les marchés demeurent nerveux concernant la situation en Amérique du Sud, cette hésitation se veut pour le moment constructive, suggérant une phase de consolidation en vue d'une prochaine tentative de rupture des résistances importantes. La suite dépendra néanmoins beaucoup des prochaines prévisions météo bien entendu.

Soya
Autre semaine intéressante, bien que plus défensive pour le marché du soya à Chicago alors que toute l'attention des marchés demeure rivée sur la situation en Amérique du Sud.

Selon le dernier rapport hebdomadaire d'exportation de soya américain, les ventes de la semaine dernière auront été négatives (annulation) de 109 200 tonnes, nettement moins que les anticipations de 0,6 à 0,9 million de tonnes. Depuis le début de l'année commerciale 2017-18, les ventes cumulatives à l'exportation de soya américain affichent un retard de plus de 10% par rapport à la normale pour atteindre la prévision d'exportation 2017-18 du USDA. Les marchés ont cependant peu réagi à ce résultat décevant; à terme si la situation se détériore davantage en Argentine, les exportateurs américains pourraient profiter de la situation plus tard cette année.

Selon les prévisions présentées par le USDA pendant le AgForum Outlook, 90 millions d'acres de soya pourraient être semés ce printemps aux États-Unis, moins que la moyenne des prévisions des marchés de 90,6 millions d'acres et un très léger recul comparativement aux 90,1 millions d'acres de l'an dernier.

À Chicago, le marché du soya termine la semaine toujours appuyée d'une tendance haussière. Plusieurs signaux suggèrent encore davantage de fermeté. Par contre, avec sa progression importante des dernières semaines, le marché est en surchauffe (RSI) et une saine correction serait avisée pour alimenter une progression plus ferme. Encore une fois, tout comme pour le maïs, la suite dépendra cependant grandement des prochaines cartes météo présentées en début de semaine prochaine pour l'Argentine.

Blé
La semaine aura été un peu plus difficile pour le marché du blé (Chicago & Kansas). Bien que les conditions demeurent très sèches dans plusieurs régions de production de blé d'hiver (spécialement nord du Texas, Oklahoma et Kansas), de bonnes précipitations plus au sud-est des Plaines. Ceci rappelle de nouveau que les cultures ne sont pas encore sorties de dormance et que la situation pourrait encore changer d'ici là. Il ne faut pas perdre de vu également que les stocks américains et mondiaux demeurent très élevée, et la compétition forte sur les marchés mondiaux (Russie).

Selon le AgForum Outlook du USDA, les superficies totales de blé ensemencées pour 2018 seront de 46,5 millions d'acres, +0,5 million de plus que l'an dernier et un peu plus que la moyenne des prévisions des marchés de 46,1 millions d'acres.

Selon le rapport hebdomadaire d'exportation du USDA, des ventes de 329 900 tonnes de blé américain ont été enregistrées la semaine dernière, dans les attentes des marches qui étaient de 250 000 à 500 000 tonnes.

À Chicago, la dernière semaine se sera soldée par une rupture de la tendance haussière qui avait pris forme à partir de la mi-janvier, un signal négatif qui aura sans aucun doute contribué à fragiliser les prix et forcé un recul supplémentaire par la suite. Certains signaux négatifs supplémentaires ont fait surface, ce qui invite à la prudence.

 


Partager cet article