Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

À quelques jours des congés des Fêtes, le calme plat dans le marché des grains

20 décembre 2017,

La semaine aura été jusqu’ici maigre en nouveautés pour insuffler une nouvelle aux prix des grains. L’approche des congés des Fêtes aidant, c’est le calme plat dans les marchés.

Les conditions météo dans le centre/sud des Prairies américaines retiennent néanmoins l’attention de certains. Une vague de froid prendra forme dans les prochains jours et on s’inquiète de voir les cultures de blé d’hiver endommager par manque de couvert de neige dans certains secteurs. Rappelons qu’avec les faibles prix du blé, on prévoit que les producteurs américains réduiront de nouveau pour 2018 leurs ensemencements de blé à leur plus bas en 100 ans.

Le grand gagnant de cette situation à Chicago aura été bien entendu le marché du blé qui poursuit timidement à la hausse. Par contre, avec des chiffres d’exportations de blé américain qui affichent toujours du retard, la fermeté de la compétition qui se fait sentir sur les marchés mondiaux en raison des fortes ventes en provenance de la Mer Noire (Russie), et les stocks américains et mondiaux toujours à des sommets, le prix peine toujours actuellement à se sortir de sa torpeur. Il demeure toujours confiné pour le moment sous les niveaux de sa tendance neutre de l’automne dernier à plus de 4,30 $US/boisseau.

Du côté du maïs, à Chicago, celui-ci tente toujours de s’appuyer sur des bases plus solides pour se raffermir de nouveau, le manque de ventes des producteurs avec les faibles prix actuels et l’approche de la période des Fêtes aidant. Aujourd’hui, le rapport hebdomadaire de production d’éthanol aux États-Unis de l’EIA aura ajouté une touche positive supplémentaire dans le marché. Pour la semaine dernière, la production d’éthanol a affiché un nouveau léger recul de -12 000 à 1,077 millions de barils/jours. Cependant, ce niveau demeure élevé, toujours en nette progression comparativement à l’an dernier. Malgré cette forte production, les stocks d’éthanol ont également reculé de -54 000 à 22,32 millions de barils.

Par contre, bien que les nouvelles du côté de la demande domestique de maïs aux États-Unis se veulent constructives, les marchés gardent aussi à l’œil la situation en Amérique du Sud, où de très bonnes récoltes pour l’hiver/printemps prochain apparaissent maintenant possibles.
Après plusieurs semaines très sèches et la menace de La Nina, des précipitations auront finalement calmé le jeu avec une première ronde observée dans le nord de l’Argentine mardi dernier, et d’autres averses d’attendues au cours de la fin de semaine. C’est sans compter également que plus au nord, au Brésil, les conditions météo demeurent toujours très favorables pour les cultures en cours.

Reflétant d’ailleurs très bien cette situation, le marché du soya à Chicago continue pour sa part de s’enfoncer, s’approchant maintenant du seuil psychologique de 9,50 $US/boisseau.

Les marchés semblent d’ailleurs particulièrement pessimistes à ce stade-ci concernant le marché du soya considérant que, depuis le début de la semaine, d’excellentes ventes à l’exportation de soya auront été annoncées par le USDA pour un total avoisinant 0,5 million de tonnes. Rappelons cependant que contrairement aux marchés du maïs et blé, le marché du soya avait invité les marchés (spéculateurs) à s’investir davantage au cours de l’automne, et que jusqu’à tout récemment, ceux-ci détenaient une position nette achetée non négligeable. Ainsi, à défaut d’inquiétudes météo du côté de l’Amérique du Sud, ceux-ci semblent changer leur fusil d’épaule, ajoutant sans aucun doute une touche de pression baissière supplémentaire présentement.

À surveiller, demain, le rapport hebdomadaire des exportations et ventes à l’exportation de grains du USDA. Ce rapport est particulièrement important présentement, puisqu’avec les retards observés dans les ventes de maïs, soya et blé, cette situation est sans aucun doute l’un des facteurs clés qui doit être renversés pour supporter davantage les prix. Pour le maïs, la moyenne des prévisions est de 0,8 à 1,1 million de tonnes, pour le soya 1,3 à 1,8 million de tonnes et pour le blé 0,3 à 0,6 million de tonnes.

 


Partager cet article