Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Marché des grains : le calme plat, les prix se stabilisent?

13 décembre 2017,

Suivant plusieurs jours difficiles, ainsi qu’un rapport mensuel du USDA proposant très peu hier, les prix des grains auront pris une pause aujourd’hui : le maïs en hausse de +0,01 à 3,49 $US/boisseau (CàT Mars 18), le soya +0,03 à 9,7925 $US/boisseau (CàT Janv. 18) et le blé Chicago +0,0475 à 4,1625 $US/boisseau (CàT Mars 18).

Maïs
Sans grande surprise, la production hebdomadaire d’éthanol aura affiché un recul de son niveau record de la semaine précédente, passant la semaine dernière à 1,089 millions de barils/jour. Ce niveau demeure néanmoins un second niveau record. De plus contrairement aux dernières semaines, les stocks américains d’éthanol ont reculé de -170 000 barils à 2,374 millions de barils, ce qui se veut positif considérant le rythme très élevé de production d’éthanol des dernières semaines.

Rappelons que dans son rapport mensuel de décembre présenté hier, le USDA a rehaussé sa prévision d’utilisation de maïs pour la fabrication d’éthanol pour 2017-18 de 5,475 à 5,525 milliards de boisseaux.

Mentionnons aussi qu’au Brésil, le sénat a adopté une requête visant à fortement augmenter l’utilisation de biocarburant, ce qui pourrait doubler la demande d’éthanol au cours de la prochaine décennie. Ceci survient alors que déjà, en Chine, le gouvernement vise de son côté à ce qu’un standard de 10% d’éthanol soit atteint d’ici 2020. Si toutes ces résolutions se confirment, la demande en maïs (et canne à sucre au Brésil…) pourrait à terme grandement profiter de cette situation.

Par contre, dans l’immédiat, le contexte demeure lui-même difficile pour le marché du maïs qui doit toujours composer avec des niveaux de stock américains et mondiaux élevés, et peu de nouvelles qui laissent présager qu’ils pourraient s’amincir davantage dans les prochains mois. En Argentine, des précipitations sont attendues au cours des prochains jours.

À Chicago, le prix tente présentement de se stabiliser sous 3,50 $US/boisseau (CàT Mars 18). La tendance demeure à la neutralité avec un léger biais baissier, ce qui n’écarte pas la possibilité de nouveaux creux dans les prochains jours à défaut d’imprévus. Demain, les marchés prévoient que le rapport hebdomadaire d’exportation de grains proposera des ventes la semaine dernière de 0,7 à 1,1 million de tonnes.

Soya
Peu de nouveau pour le marché du soya qui aura eu le mérite de se raffermir un peu aujourd’hui malgré les conditions toujours très favorables pour les cultures au Brésil, et des précipitations très attendues au cours de la fin de semaine en Argentine.

Si le USDA aura pour le moment laissé inchangé sa prévision de récolte pour le Brésil (108 millions de tonnes), CONAB prévoit de son côté 109,2 millions de tonnes, en hausse de +1,7 million de tonnes par rapport à sa prévision précédente, et ABIOVE 109,5 millions de tonnes. Il s’agit dans tous les cas d’une réduction du niveau record de l’an dernier de 114,1 millions de tonnes, bien qu’un volume toujours très important de soya attendu pour la prochaine année. Actuellement, on estime que les semis brésiliens sont complétés à 94%, 1% de moins qu’à pareille date l’an dernier.

Demain, en prévision du rapport hebdomadaire d’exportation de grains du USDA, les marchés se montrent à nouveau optimistes suivant les excellentes ventes de la semaine dernière de 2,015 millions de tonnes. Les prévisions des marchés sont de 1,4 à 2,0 millions de tonnes.

À surveiller, ce vendredi, le rapport mensuel de trituration des membres du NOPA aux États-Unis. Rappelons qu’à l’hiver et au printemps dernier, le rythme de trituration mensuelle de soya avait déçu, mais a depuis repris en force dans les derniers mois.



À Chicago, le marché du soya tente de freiner sa chute des derniers jours sur un support préalable à 9,75 $US/boisseau (CàT Mars 18). Techniquement, les signaux demeurent par contre mixtes à négatifs, rendant encore difficile d’envisager un creux définitif à ce support avec, par la suite, une ouverture pour un recul supplémentaire vers 9,63-9,67 $US/boisseau. À l’opposé, un retour pour clôturer la semaine au-dessus de 9,84-9,85 $US/boisseau serait jugé constructif.

Blé
À l’image des marchés du maïs et du soya, très peu de nouveau aussi pour le marché du blé. Les conditions demeurent sèches dans le sud des Prairies américaines et on s’attend toujours à ce que les producteurs américains sèment moins de blé pour la prochaine année. Sur le fond, cette réalité se veut constructive.

Par contre, dans l’immédiat, avec la fermeté de la compétition sur les marchés mondiaux qui persiste et les stocks toujours très importants de blé qu’a de nouveau confirmé le USDA hier dans son rapport de décembre, le contexte demeure encore et toujours difficile pour le marché du blé.

À ce stade-ci, le regain des deux derniers jours des prix s’apparente donc davantage à des ajustements techniques des marchés et une position nette vendue des spéculateurs qui demeurent très importante.

Demain, en prévision du rapport hebdomadaire d’exportation de grains américains, les marchés prévoient des ventes de 250 000 à 450 000 tonnes. Après deux semaines très décevantes, elles ont repris un peu de poil de la bête au terme de la semaine du 30 novembre, passant à 321 434 tonnes.

À Chicago, il apparaît toujours difficile d’envisager beaucoup de fermeté dans le marché du blé qui a revisité un autre creux mardi à 4,1050 $US/boisseau (CàT Mars 18), affichant depuis une timide progression à 4,1850 $US/boisseau. Certains signaux endossent à tout le moins la correction, le rebond en cours. Par contre, rien ne confirme un renversement définitif à la hausse pour autant, avec un premier objectif à surveiller à 4,20-4,24 $US/boisseau pour les prochains jours.


Partager cet article