Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Retour du congé du Thankgiving : les prix des grains hésitent toujours

24 novembre 2017,

La semaine se termine sur une note négative pour les prix des grains toujours en quête de creux définitifs sur lesquels s’appuyer pour gagner davantage de fermeté. Avec une journée de retard, le rapport hebdomadaire sur les exportations et ventes à l’exportation de grains américains aura également déçu, ajoutant une touche de lourdeur aujourd’hui. 

Maïs

Le maïs clôture la semaine en baisse, incapable de se rétablir à Chicago au-dessus du support de son canal neutre précédent à 3,44 $US/boisseau (CàT Déc. 17).

Pour la semaine se terminant le 16 novembre, les ventes hebdomadaires à l’exportation de maïs américain ont été de 1,08 million de tonnes, dans les attentes des marchés (0,9 à 1,3 million de tonnes).  Par contre, il faudra qu’elles soient nettement plus fermes dans les prochaines semaines; au cumulatif depuis le début de l’année commerciale 2017-18 (1er sept.), elles affichent toujours un retard de près de 27% par rapport à l’an dernier à la même période.

En Argentine (3e plus important exportateur de maïs dans le monde après les États-Unis et le Brésil), on signale toujours des conditions très sèches malgré les récentes précipitations observées dans certaines régions. Pour les deux prochaines semaines, les prévisions actuelles proposent encore des conditions très sèches. Dans l’immédiate, cette situation ne semble pas spécialement retenir  l’attention des marchés, mais elle n’en demeure pas moins à surveiller de près. 

Du côté du Brésil, AgroConsult prévoit une 1re récolte de maïs un peu moins importante avec une révision à la baisse de sa prévision de 26,1 à 24,8 millions de tonnes. Rappelons cependant que c’est la 2e récolte de maïs qui est en importance au Brésil (Safrinha), Agroconsult prévoyant qu’elle atteindra 69,6 millions de tonnes contre 69,2 millions de tonnes de précédemment prévues. 

Techniquement, à Chicago, la fermeture sous la barre de 3,44 $US/boisseau (CàT Déc. 17) se veut négative, réitérant de nouveau qu’à ce stade-ci, avec la très importante récolte américaine qui tire à sa fin, il demeure toujours difficile d’envisager plus de fermeté à défaut de nouvelles concrètement positives. Bien que la tendance saisonnière suggère qu’un creux définitif serait atteint, rappelons que l’an dernier, la fin du mois de novembre aura vu le marché du maïs plonger de nouveau. À la baisse, le dernier creux se situe à 3,36 $US/boisseau, la marge restant mince avec la fermeture d’aujourd’hui à 3,42 $US/boisseau. 

Soya

Le marché du soya à Chicago a terminé la semaine sur une note prudente, en baisse de -0,0450 à 9,9250 $US/boisseau (CàT Janv. 18). Il n’aura ainsi pas donné suite à son rebond intéressant de mercredi dernier, les marchés se montrant encore hésitants avant de franchir le cap important de 10,00 $US/boisseau. 

Selon le dernier rapport sur les ventes à l’exportation de grains américains, celles de soya ont déçu à seulement 869 100 tonnes alors que les marchés misaient sur des ventes de 1,0 à 1,4 million de tonnes. Avec la forte compétition qui se fait sentir en provenance du Brésil sur les marchés mondiaux, les ventes cumulatives à l’exportation de soya américain affichent ainsi toujours un retard important de 17% par rapport à la même période l’an dernier. Rappelons qu’en temps normal, l’automne constitue une période déterminant pour les exportations américaines de soya, avec la part du lion des ventes de l’année réalisées à ce moment. 

Du côté de l’Amérique du Sud, si tous les yeux se tournent présentement vers les conditions très sèches qui persistent en Argentine, ce qui ne manque pas d’offrir un bon support au marché du soya, la situation se veut par contre très prometteuse du côté du Brésil. Après un début de saison très sec, le retour de précipitation régulière laisse présager maintenant de bonnes récoltes. À cet égard, Agroconsult a indiqué prévoit maintenant une récolte de 111 millions de tonnes, n’excluant pas la possibilité qu’elle atteigne même 115 millions de tonnes si la météo favorable se poursuit. La prévision actuelle du USDA est de 108 millions de tonnes comparativement à 114,1 millions de tonnes pour la dernière récolte.

À Chicago, la dernière semaine aura été constructive, réitérant un bon support à 9,67 avec un support immédiat à 9,85-9,86 $US/boisseau (CàT Janv. 18). À la hausse, le prochain objectif clé est un passage au-dessus de 10,00 $US/boisseau avec par la suite une résistance à surveiller à 10,08-10,10 $US/boisseau.  

Blé

Le marché du blé à Chicago a terminé la semaine sur une très mauvaise note, passage sous son dernier creux et support de 4,16 $US/boisseau (CàT Déc. 17). 

Le dernier rapport hebdomadaire des ventes américaines à l’exportation de grains ont été très décevantes à seulement 199 900 tonnes, nettement sous les anticipations de 350 000 à 550 000 tonnes, et à un creux en 6 semaines et le 3e plus faible volume de ventes enregistré depuis le début de l’année commerciale 2017-18. Au cumulatif, les ventes affichent maintenant un retard de près de 8% par rapport à la même période l’an dernier. 

Fondamentalement, les nouvelles positives se font rares pour le marché du blé présentement. Outre quelques préoccupations du côté des conditions sèches pour les cultures de blé d’hiver aux États-Unis, les marchés tentent toujours de composer avec l’offre importante de blé pour les prochains mois. S’il apparaît difficile de justifier pour autant un recul marqué des prix, ce contexte n’étant rien de nouveau depuis des mois, il semble que les marchés conservent un biais négatif qui aura su se faire sentir en ce vendredi avec les chiffres d’exportation de blé américain qui déçoivent toujours. 

Techniquement, à Chicago, le passage sous la barre de 4,16 $US/boisseau se veut préoccupant, la porte étant pratiquement ouverte pour un recul supplémentaire vers 4,00-4,04 $US/boisseau. Et, à défaut de nouvelles positives concrètes, le marché du blé demeure à risque de s’effriter progressivement vers ce prochain niveau clé important. 


Partager cet article