Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les prix des grains, toujours en quête de leur creux saisonnier

17 novembre 2017,

La semaine se poursuit avec la pression des récoltes américaines qui se fait toujours bien sentir sur les prix des grains; le USDA ayant confirmé la semaine dernière un rendement moyen record de 175,4 boisseaux/acre dans le maïs, et un rendement inchangé à 49,5 boisseaux/acre dans le soya (l’an dernier 52 bo./acre).

La récolte de maïs américain est maintenant complétée à 83% contre en moyenne 91% depuis 5 ans, et celle de soya à 93% contre en moyenne 95% depuis 5 ans. Les derniers chiffres de ventes américaines à l’exportation de maïs et soya ont également déçu, ajoutant une touche de négativité supplémentaire dans le marché. 

Pour la semaine se terminant le jeudi 9 novembre dernier : 

Maïs – Les ventes de maïs ont été décevantes à 949 500 tonnes, sous les anticipations des marchés de 1,2 à 1,7 million de tonnes. Les engagements à l’exportation affichent ainsi un retard de près de 23% par rapport à l’an dernier et, au cumulatif, les ventes à l’exportation de maïs américain n’ont atteint que 42% de la prévision 2017-18 d’exportation de maïs du USDA alors que la moyenne des dernières années est de 45%. Rappelons que dans son dernier rapport mensuel, le USDA a rehaussé sa prévision d’exportation 2017-18 de 12,435 à 12,510 milliards de boisseau. Avec des chiffres hebdomadaires qui déçoivent de semaine en semaine, plusieurs analystes s’interrogent sur cette prévision « optimiste » du USDA…

Soya – Les ventes à l’exportation ont également déçu, bien que contrairement au maïs, elles se soient établies dans les attentes les plus faibles des marchés à 1,105 millions de tonnes (prévisions 1,1 à 1,5 million de tonnes. Les engagements à l’exportation de soya affichent ainsi toujours un recul important à 52% de la prévision du USDA contre en moyenne 70% depuis 5 ans. 

Blé – Heureusement, tout n’est pas sombre, et les ventes à l’exportation de blé américain ont été un peu plus intéressantes à 489 300 tonnes, dans les attentes des marchés de 350 000 à 550 000 tonnes.

 

Dans les autres nouvelles, la firme d’analyse Informa Economics a indiqué prévoir des ensemencements américains en maïs l’an prochain plus importants, rehaussant sa prévision de 90,46 à 91,415 millions d’acres. Cette année, selon le USDA, 90,4 millions d’acres de maïs ont été semés. Le plus fait coût des engrais et les excellents rendements obtenus pour le maïs aux États-Unis expliquerait cette hausse.

Toujours selon Informa, les ensemencements en soya seraient l’an prochain de 89,627 versus sa prévision précédente de 90,347 millions d’acres et 90,2 millions d’acres cette année selon le USDA. Pour le blé, Informa a aussi réajusté à la baisse sa prévision de 45,875 à 45,625 millions d’acres. Cette année, les ensemencements de blé américain avaient déjà atteint un premier creux en près de 100 ans à seulement 46 millions d’acres. 

Selon le rapport mensuel du NOPA, ses membres aux États-Unis ont trituré 164,24 millions de boisseaux en octobre dernier, un peu plus que la moyenne des prévisions des marchés de 163,4 millions de boisseaux et le 5e plus haut niveau mensuel de trituration jamais enregistré. 

De ce rapport on rapport que la teneur en huile extraite du soya est à son plus bas en deux ans. À terme, ceci pourrait occasionner un manque à gagner d’huile de soya aux États-Unis. Rappelons que cette situation tient pour beaucoup de la plus faible qualité du soya américain récolté cette année, et que déjà, le prix de l’huile de soya à Chicago a gagné en fermeté pour cette raison dans les dernières semaines.

Du côté de l’Amérique du Sud, on rapporte toujours des conditions pour ainsi bien-dire « parfaites » présentement pour le début de saison. Des averses régulières sont toujours attendues dans les principales régions de production, assurant maintenant un bon début de saison pour les cultures en cours. 

Par contre, bien que ce soit prématuré de s’inquiéter, les marchés ont aussi à l’œil la présence du phénomène La Nina qui devrait prendre forme progressivement pour cet hiver. Rappelons que La Nina est reconnue pour occasionner des conditions trop sèches dans le sud du Brésil et en Argentine.

Techniquement, à Chicago, le marché du maïs demeure aux prises avec une tendance court terme baissière bien distincte, avec un support à l’œuvre présentement à l’approche de 3,35 $US/boisseau (CàT Déc. 17). Un passage sous ce niveau laisserait la porte ouverte à un recul supplémentaire à moins de 3,30 vers 3,28 $US/boisseau.

De son côté, le marché du soya semble un peu plus ferme, s’appuyant sur un support qui a pris forme à 9,67 $US/boisseau (CàT Janv. 18), ce qui écarte la brève tendance court terme baissière qui avait vu le jour suivant la publication du dernier rapport mensuel du USDA. Il demeure cependant prématuré d’envisager un creux définitif. Un passage sous 9,67 inviterait à surveiller un prochain support à 9,63 $US/boisseau, après quoi la voie serait ouverte à un recul supplémentaire vers 9,50 $US/boisseau.

Enfin, pour sa part, le marché du blé à Chicago se montre toujours plus résilient face au revers des marchés du maïs et soya, celui-ci demeurant confiné à sa tendance neutre 4,16-4,20 et 4,40-4,43 $US/boisseau (CàT Déc. 17). Plusieurs analystes estiment toujours que des creux définitifs ont été atteints. Par contre, avec l’offre importante de blé cette année, peu envisagent un retour intéressant à la hausse pour l’instant. Dans l’immédiat, une 1re résistance est à surveiller à plus de 4,34 $US/boisseau.


Partager cet article