Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Nouveau revers pour les prix des grains

15 novembre 2017,

Les derniers jours auront été difficiles pour les prix des grains, spécialement ceux du maïs et soya qui, après avoir encaissé un 1er revers la semaine dernière, s’enfonce de nouveau. 

Maïs

À Chicago, le prix du maïs a atteint de nouveaux creux, clôturant mardi à 3,3750 $US/boisseau (CàT Déc. 17), sa plus faible valeur depuis la récolte l’an dernier, à la mi-novembre également.

Selon le USDA, en date de dimanche dernier, la récolte américaine était complétée à 83%, en hausse de +13% par rapport à la semaine précédente, bien que toujours en retard, la moyenne 5 ans étant de 91% pour cette période-ci. 

Bien que les ventes hebdomadaires à l’exportation de maïs aient repris du poil de la bête dans les dernières semaines, les marchés s’inquiètent des chiffres hebdomadaires des inspections à l’exportation de maïs américain qui ont été de seulement 375 000 tonnes, affichant maintenant une baisse de 45% comparativement à la même période l’an dernier. 

Avec la récolte américaine qui se poursuit, des rendements américains record confirmés la semaine dernière par le USDA, et des chiffres d’exportations de maïs américain qui préoccupent, il semble que les marchés se montrent ainsi confiants que les prix doivent encore reculer.

On note spécialement le comportement des spéculateurs qui, en date du 7 novembre dernier, ont acquis leur 3e plus importante position nette vendue jamais observée, ceux-ci misant de la sorte sur un recul supplémentaire des prix pour engranger des profits. À terme, cette situation a la capacité de faire bondir les prix. Cependant, dans l’immédiat, le contexte difficile combiné à des signaux techniques négatifs leur auront donné matière à s’investir davantage à la baisse.

Techniquement, il faut reconnaître que la situation se veut bel et bien difficile à Chicago. Après plusieurs semaines d’hésitation sur tendance neutre, l’important support de 3,44 $US/boisseau (CàT Déc. 17) a été brisé. Alimentant cette rupture inquiétante, des signaux techniques négatifs endossant un recul supplémentaire ont fait surface. Seul élément positif s’il en est un, le volume de transaction s’amincit tranquillement sur le baisse, comme quoi les marchés hésitent encore à lâcher prise excessivement. Pour les prochains jours, il faut surveiller un support préalable à l’approche de 3,35 $US/boisseau, suivi d’un support plus important sous 3,30, à 3,28 $US/boisseau.

Soya

Le marché du soya à Chicago a encaissé un bon revers dans les derniers jours, brisant au passage un 1er support clé à 9,80 $US/boisseau (CàT Janv. 17), ce qui aura sans aucun doute contribué à alimenter davantage de pression à la baisse.

Selon le USDA, la récolte américaine de soya était complétée dimanche dernier à 93%, en hausse de 3% par rapport à la semaine précédente, un léger retard de 2% par rapport à la moyenne 5 ans.

Ce qui a retenu l’attention des marchés dans les derniers jours est cependant les conditions météo qui continuent de prendre du mieux dans les principales régions de production du Brésil. Plusieurs rondes de précipitations sont attendues d’ici la fin novembre, assurant maintenant un bon début de saison pour les cultures en cours. 

Les conditions se montrent également plus sèches pour le sud du Brésil et en Argentine. Après un début de saison très humide, ces conditions plus sèches sont jugées favorables. Il reste à voir cependant si la situation persistera ou non. Rappelons que les probabilités que le phénomène météo La Nina prenne forme d’ici la fin 2017, début 2018 sont plus élevées. Ceci pourrait occasionner des sécheresses en Argentine et dans le sud du Brésil, ce qui ne manquerait pas de faire bondir le marché du soya.

Par contre, bien que les marchés restent attentifs à cette possibilité, ceux-ci retiennent aussi que dans l’immédiat, la compétition en provenance du Brésil devrait rester forte sur les marchés mondiaux pour le soya. Les producteurs brésiliens affichent toujours un bon retard dans leurs ventes de soya et, avec le nouveau recul du Réal Brésilien, ceux-ci pourraient profiter de l’occasion pour initier une nouvelle ronde de ventes importantes.

Techniquement, à Chicago, les derniers ont vu la tendance haussière en place depuis août être définitivement mise de côté. Les signaux techniques négatifs n’auront pas été cependant nombreux, laissant présager encore une certaine hésitation à la baisse avec un bon support à surveiller à l’approche de 9,60-9,63 $US/boisseau (CàT Janv. 18). Par contre, il faut garder aussi à l’esprit que les spéculateurs détiennent une position nette achetée non négligeable dans le marché du soya. Tout signal négatif supplémentaire pourrait entrainer une nouvelle ronde de vente qui ne manquerait pas d’accentuer la pression à la baisse, avec possibilité d’un recul supplémentaire vers 9,50, puis 9,40 et éventuellement sous 9,30 $US/boisseau.

Blé

Après avoir été pendant des mois le mouton noir des marchés, le blé se montre beaucoup plus résilient face au recul important des marchés du maïs et soya. Ceci tient sans aucun doute pour beaucoup du fait que les marchés sont déjà bien au fait de l’offre très importante de blé pour la prochaine année, et ce, depuis déjà plusieurs mois.

Les conditions pour le blé d’hiver aux États-Unis ne sont également pas idéales dans certains États (Texas, Kansas, Colorado), ce qui ajoute timidement une 1re source de préoccupation concernant les prochaines récoltes américaines de blé. 

Enfin, ajoutant un support supplémentaire aux marchés du blé américains, le dollar américain a encaissé un bon revers dans les derniers jours après plusieurs semaines de bonne progression. Ceci laisse miroiter de meilleures perspectives de ventes à l’exportation pour le blé américain, bien que la compétition sur les marchés mondiaux demeure forte (région de la Mer Noire – Russie).

Techniquement, contrairement au maïs et soya, le marché du blé à Chicago n’a pas encaissé jusqu’ici de revers, demeurant confiné dans sa tendance neutre 4,16-4,20 à 4,40-4,43 $US/boisseau (CàT Déc. 17). Cette situation renforce la fermeté des supports actuels, laissant également toujours entendre que des creux définitifs ont été atteints. Par contre, à défaut de nouvelles positives concrètes, il apparaît très difficile d’envisager une progression concrète des prix dans l’immédiat. Un retour du prix au-dessus de 4,30 $US/boisseau demeure le 1er objectif à court terme. 


Partager cet article