Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

En attendant le prochain rapport mensuel du USDA

07 novembre 2017,

Les prix des grains sont en mode « défensif » alors que le USDA doit présenter ce jeudi son rapport d’offre et demande de novembre.

 

Maïs

La récolte américaine affiche toujours un bon retard à 70% de complété dimanche dernier, 13% de moins que la moyenne 5 ans pour cette période-ci. Ce sont toujours les États les plus au nord qui affichent le plus de retard, bien que plus à l’Est, les précipitations de la dernière semaine ont également ralenti les récoltes. 

Côté exportations américaines de maïs, une nouvelle vente de 130 000 tonnes de maïs a été annoncée hier. Cette nouvelle vente s’inscrit dans la continuité de plusieurs ventes à l’exportation annoncée depuis le début du mois de novembre, ce qui est positif considérant le retard important qu’affichent depuis le début de l’année commerciale 2017-18 (1er septembre) les ventes américaines à l’exportation de maïs. 

L’attention des marchés se reporte cependant davantage vers le prochain rapport mensuel du USDA. Jusqu’à présent, les rendements signalés par les producteurs américains ont dépassé les attentes, et les marchés anticipent une nouvelle révision à la hausse du rendement américain en maïs par le USDA ce jeudi. Selon un sondage du Wall Street Journal, le rendement passerait de 171,8 boisseaux/acre à en moyenne 172,3 boisseaux/acre (170,0 à 174 bo./acre) pour une récolte américaine en hausse de 14,280 à en moyenne 14,323 milliards de boisseaux. L’an dernier, la récolte américaine de maïs a été de 15,148 milliards de boisseaux. 

Techniquement, à Chicago, le prix du maïs demeure encore et toujours fermement ancré dans sa tendance neutre 3,44 à 3,55 $US/boisseau (CàT Déc. 17). Les signaux techniques restent de leur côté très « muets » sur la prochaine direction que suivront les prix du maïs. On note cependant que le « open interest » grimpe toujours, signe que les spéculateurs continuent d’accumuler une importante position nette vendue. À terme, cette situation propose toujours la possibilité d’un brusque rebond des prix sur couverture de positions/prises de profits. En ce sens, le prochain rapport mensuel du USDA pourrait servir d’étincelle, pour autant que le USDA propose des ajustements surprises « positifs ». 

 

Soya

Le marché du soya à Chicago continue de jouer avec le feu, mettant à l’épreuve à répétition le support de sa tendance haussière en place depuis août dernier.

Selon le USDA, la récolte américaine de soya est maintenant à 90% terminée, 1% de moins que la moyenne 5 ans.

En Amérique du Sud, les ensemencements continuent de progresser malgré le retard occasionné par le début de saison difficile (Mato Grosso 61%, Goais 33%, Parana 74%). Les dernières prévisions météo continuent cependant de prendre du mieux avec plus de précipitations pour le centre et le nord du pays, là où les conditions ont été trop sèches pendant plusieurs semaines, et plus sèches pour le sud du pays qui en avait bien besoin. Les marchés demeurent néanmoins sur le qui-vive avec les probabilités croissantes que La Nina sera à l’œuvre cet hiver.

Contrairement au maïs, les rendements américains signalés depuis le début des récoltes ont déçu. Sans surprise, les marchés anticipent donc que le USDA puisse revoir de nouveau à la baisse le rendement américain en soya cet automne dans son rapport mensuel de ce jeudi. Selon un sondage du Wall Street Journal, il passerait de 49,5 à en moyenne 49,2 boisseaux/acre (48,5 à 49,9 boisseaux/acre) pour une récolte en baisse de 4,431 à 4,404 milliards de boisseaux (4,34 à 4,467 mi. de bo.). 

Techniquement, à Chicago, le marché du soya profite toujours de sa tendance haussière, mais montre de plus en plus signe de fatigue face à la résistance importante à 10,00 $US/boisseau (CàT Janv. 18). Le volume de transaction et le open interest son en baisse, avec des signaux techniques légèrement négatifs. Le prochain rapport mensuel du USDA sera donc déterminant sur la suite des choses ; un ajustement à la baisse plus marquée que prévu du rendement américain étant à surveiller de près pour initier un regain de fermeté des prix. 

 

Blé

Le marché du blé à Chicago demeure lourd et sans direction apparente à défaut de nouvelles concrètent pour le stimuler davantage. 

Hier, dans son rapport hebdomadaire, le USDA a ajouté une légère touche négative à ce contexte proposant une amélioration de l’état des cultures de blé d’hiver aux États-Unis qui passe de 52% à 55% dans les catégories « bon » à « excellent ». 

En prévision du rapport mensuel du USDA de ce jeudi, les marchés prévoient peu de changement. Selon le sondage du Wall Street Journal auprès des analystes, les stocks américains de blé devraient être légèrement révisés en baisse de 960 à 956 millions de boisseaux (940 à 987 mil. de bo.) et ceux mondiaux également, de 257 à 256,4 millions de boisseaux (255 à 257 mil. de bo.). 

Techniquement, le marché du blé à Chicago aura eu le mérite dans les derniers jours de proposer certains signaux encourageants qui supporte l’idée qu’avec le dernier revers de la semaine dernière, il pourrait cette fois-ci avoir atteint un creux définitif. Par contre, à défaut de nouvelles stimulantes, il apparaît encore très difficile d’envisager une progression marquée des prix. À Chicago, à la hausse, le 1er objectif demeure un retour au-dessus de 4,30 avec par la suite une résistance à l’approche de son dernier sommet à 4,43$US/boisseau (CàT Déc. 17).


Partager cet article