Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Autre début de semaine difficile qui s’amorce

31 octobre 2017,

Les prix des grains continuent d’être encore et toujours écrasés par la progression des récoltes américaines, les stocks importants de grains prévus cette année et le manque de nouvelles stimulantes pour les supporter davantage. 

Maïs

Selon le rapport hebdomadaire sur la progression des récoltes aux États-Unis, celles-ci étaient complétées à 54% dimanche dernier, 2% de plus que la moyenne des prévisions, mais toujours un bon retard par rapport à la normale, la moyenne des 5 dernières années étant de 72%.

Le USDA doit présenter jeudi la semaine prochaine son rapport mensuel d’offre et demande pour le mois de novembre. On rapporte toujours que les rendements signalés par les producteurs américains sont mieux que prévu, ce qui laisse entendre que le USDA pourrait de nouveau hausser sa prévision de rendement ce mois-ci. Cette éventualité se veut négative pour le marché du maïs déjà aux prises avec une récolte américaine importante de prévue de nouveau cet automne.

Par contre, la météo des derniers jours n’a pas été des plus favorables pour les cultures et les récoltes. Les régions entourant les Grands Lacs, mais également les États du Nebraska et du Dakota du Sud, sont spécialement concernées avec de forts vents, des précipitations importantes et même de la neige. Avec le retard actuel des récoltes américaines et des conditions qui resteront encore très humides au cours des prochains jours, et même semaines (6-10 & 8-14 jours), certains craignent de voir les cultures endommagées par ces conditions, et les rendements affectés.

En Argentine, les ensemencements sont complétés à près de 33%, un retard de 6% par rapport à l’an dernier selon le Buenos Aires Grain Exchange. Au Brésil, l’État de Parana aurait terminé ses ensemencements.

Selon un sondage de Bloomberg, la récolte chinoise de maïs serait à son plus bas depuis 2012 à 212 millions de tonnes. Actuellement, le USDA prévoit 215 millions de tonnes. La Chine a aussi indiqué cette semaine qu’elle cesserait pour le moment avec la fin du mois d’octobre ses ventes aux enchères de ses réserves nationales de maïs. Depuis le début de 2017, plus de 57 millions de tonnes des réserves chinoises ont été écoulées de la sorte. 

Techniquement, à Chicago, le maïs demeure toujours confiné dans sa tendance neutre avec très peu de signaux sur la prochaine direction qui sera adoptée par les prix. Par contre, le « open interest » continue de grimper, comme quoi les spéculateurs se montrent toujours confiants pour un recul supplémentaire. Pour les prochains jours, la zone de supports importants à 3,42-3,44 $US/boisseau (CàT Déc. 17 – récolte) demeure à surveiller de près. À l’image du marché du blé, un passage sous ces niveaux pourrait capter l’attention des spéculateurs et entrainer un recul supplémentaire vers 3,35 $US/boisseau. À la hausse, le 1er objectif demeure 3,55 $US/boisseau.

Soya

La récolte de soya aux États-Unis a grimpé dans la dernière semaine de +13% à 83% selon le dernier rapport hebdomadaire du USDA à ce sujet présenté hier. C’est 2% de moins qu’à pareille date l’an dernier, et 1% de moins que la moyenne 5 ans. Aussi bien dire que la récolte est dans les temps… 

Les rendements qui continuent d’être rapportés par les producteurs restent un peu plus décevants que ce qui était espéré. Avec la publication du prochain rapport mensuel du USDA la semaine prochaine, certains croient maintenant que l’instance américaine pourrait de nouveau revoir à la baisse le rendement moyen américain de cet automne, ce qui ne manque pas d’ailleurs de supporter toujours les prix à Chicago.

Au Brésil, les ensemencements seraient complétés à près de 30%, un retard de seulement 2% par rapport à la moyenne des 5 dernières années.  Dans l’ensemble, on rapporte toujours des conditions plus favorables pour les ensemencements et l’émergence des cultures, ce qui alourdit les prix à Chicago. Par contre, les dernières précipitations auront été insuffisantes dans certaines régions pour effacer toute trace des conditions très sèches de septembre à la mi-octobre. Certains commencent maintenant à surveiller du coin de l’œil le retour de conditions plus sèches à l’horizon sur un horizon 6 à 14 jours.

À surveiller demain, le rapport mensuel de trituration de soya aux États-Unis pour le mois de septembre. La moyenne des prévisions est de 145,4 millions de boisseaux versus 151,6 millions de boisseaux en août.

À Chicago, le marché du soya profite toujours de sa tendance haussière en vigueur depuis la mi-août. Il joue cependant avec le feu, très près du support de cette tendance, certains signaux suggérant maintenant qu’elle serait à risque d’être brisé dans les prochains jours. En ce sens, il faut surveiller un 1er support autour de 9,70-9,71 $US/boisseau (CàT Nov. 17 – récolte). Un passage sous ce niveau ouvrirait la porte à un recul sans trop de difficultés à moins de 9,60 $US/boisseau.

Blé

Le 1er rapport sur l’état des cultures de blé d’hiver aux États-Unis se veut très légèrement source de préoccupation, mais sans plus. 52% des cultures sont dans les catégories « bon à  excellent », 2% de moins que la moyenne des dernières années, mais 6% de moins qu’à pareille date l’an dernier. Les ensemencements sont complétés à 84%, 1% de moins que l’an dernier.  

Malgré ces moins bonnes conditions pour les cultures de blé d’hiver, les marchés n’ont pas manqué aujourd’hui de s’emballer à la baisse sous l’impulsion de nouveaux signaux techniques négatifs avec le passage sous le support clé de 4,20-4,24 $US/boisseau (CàT niveau clé de 4,00 $US/boisseau.

Fondamentalement, très peu de nouvelles justifient spécialement ce revers de début de semaine. Mais, les inspections hebdomadaires à l’exportation de blé américain ont déçu à seulement 315 000 tonnes (prévisions de 300 000 à 500 000 tonnes). La fermeté actuelle du dollar américain n’aide en rien à cette situation alors que la forte compétition sur les marchés mondiaux se poursuit, 

Le passage sous 4,20-4,24 $US/boisseau à Chicago repositionne le marché du blé à son plus faible depuis la mi-août dernier. Jusqu’à présent, le creux de cette année pour le marché du blé à Chicago se situe à 4,12 $US/boisseau.


Partager cet article