Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Enfin, un peu d’air frais pour les prix des grains

31 août 2017,

Après plusieurs jours, voire même semaines de recul, les prix des grains ont « finalement » repris un peu de contenance aujourd’hui, supporter par des ajustements et prises de profit de fin de mois des spéculateurs, un contexte de marché qui se veut encore très « survendu », et de bons chiffres hebdomadaires d’exportations américaines de grains.

Rappelons que l’an dernier, les prix du maïs, soya et blé à Chicago avaient aussi atteint leur creux saisonnier à la fin août, ce qui peut également avoir contribué à supporter un peu plus de fermeté dans les prix.

Maïs

Après avoir coup sur coup atteint de multiples nouveaux creux au cours des deux dernières semaines, le marché du maïs à Chicago a connu un bon rebond aujourd’hui, +0,1250 à 3,4175 $US/boisseau (CàT Sept. 17) et +0,1250 à 3,5750 $US/boisseau (CàT Déc. 17).

Les ventes hebdomadaires à l’exportation de la semaine dernière ont été très intéressantes, de 188 400 tonnes pour l’ancienne récolte (prévisions 0 à 200 000 tonnes), et de 804 200 tonnes pour la nouvelle récolte (prévisions 400 000 à 700 000 tonnes).  Ces nouveaux chiffres sont positifs, mais rappelons qu’avec la forte compétition sud-américaine, les ventes à l’exportation de maïs américain de la nouvelle récolte affichent toujours un retard important, 41% par rapport à la même période l’an dernier.

Reflétant la compétition sud-américaine, une firme d’analyse brésilienne estime que c’est 5 millions de tonnes qui ont été exportées en provenance de l’Amérique. La firme prévoit aussi que d’août à janvier prochain, le Brésil accaparera autour de 50% des exportations mondiales de maïs.

Selon Statistique Canada, la récolte canadienne de maïs sera cette année de 13,6 millions de tonnes, en hausse de +3,4% par rapport à l’an dernier : 8,6 millions de tonnes pour l’Ontario (+6,3%), 3,5 tonnes pour le Québec (-6,6%) et 1,3 million de tonnes pour le Manitoba (+9,8%).

Techniquement, à Chicago, la cassure de la forte tendance baissière court terme est nette avec le rebond d’aujourd’hui. Sans surprise, ce revirement laisse maintenant miroiter quelques signaux techniques prometteurs. Il faudra cependant valider demain et en début de semaine prochaine si ces signaux appuient l’idée d’un creux définitif ou non. Si c’est le cas, sur livraison immédiate, ce serait un écart de +0,1650 $US/boisseau comparativement au creux de l’an dernier de 3,12 $US/boisseau.

Soya

À l’image du marché du maïs, celui du soya à Chicago n’a pas manqué non plus de bondir aujourd'hui. Contrairement au maïs, ce rebond reste par contre un peu moins positif, dans la mesure où de fortes résistances restent à l’œuvre et demeurent à être brisées.

Selon le USDA, les exportateurs américains ont vendu la semaine dernière 123,2 millions de tonnes de l’ancienne récolte (prévisions -600 000  à 200 000 tonnes) et 1,559 millions de tonnes de la nouvelle récolte (prévisions de 1,0 à 1,5 million de tonnes). Suivant un creux à la fin juillet, les ventes nouvelles récoltes ont connu une bonne progression dans les dernières semaines, ce qui est positif. On note par contre que le retard dans les ventes nouvelle récolte reste important comparativement à l’an dernier (38,7%) alors que l’Amérique du Sud continue d’avoir l’avantage sur les marchés mondiaux.

Selon Statistique Canada, la récolte canadienne de canola sera de 18,203 millions de tonnes cette année, légèrement au-dessus de la moyenne des prévisions de 18,1 millions de tonnes (17,0 à 19,8 millions de tonnes).

De son côté, en raison de plus importantes superficies récoltées, Statistique Canada prévoit une autre récolte canadienne record de soya de 7,7 millions de tonnes, en hausse de 19,8% par rapport à l’an dernier : +10,2% à 3,87 millions de tonnes pour l’Ontario, +10,6% à 1,2 million de tonnes pour le Québec, et +27% à un nouveau record de 2,2 millions de tonnes pour le Manitoba.

Techniquement, le comportement du marché du soya à Chicago se veut encourageant, avec certains signaux qui suggèrent encore davantage de progression pour les prochains jours. Tout comme pour le maïs, il faudra par contre validé si le début d’un nouveau mois changera la donne, avec de plus fortes résistances à surveiller à 9,43-9,44 $US/boisseau (CàT Sept. 17) et à 9,47-9,50 $US/boisseau (CàT Nov. 17 – récolte). 

Blé

Malgré un recul important de la récolte canadienne de blé, et de bons chiffres hebdomadaires de ventes à l’exportation de blé américain, le marché du blé reste de son côté sous pression alors que la compétition demeure forte sur les marchés internationaux (région Mer Noire). 

Le marché du blé de printemps (Minneapolis) a spécialement connu une mauvaise journée, en baisse de -0,1475 à 6,1850 $US/boisseau (CàT Sept. 17). On rapporte qu’alors que la récolte de blé de printemps américain tire tranquillement à sa fin, les rendements se révèlent mieux que prévu. Rappelons que contrairement aux autres États américains, celui du Minnesota a connu une bonne saison, ce qui peut expliquer en partie ces meilleurs rendements.

Selon le dernier rapport hebdomadaire du USDA, les ventes à l’exportation de blé américain ont été de 536 000 tonnes, dans les attentes cependant des marchés de 300 000 à 600 000 tonnes.

Au Canada, Statistique Canada confirme les conditions difficiles pour les cultures de blé cette année, spécialement dans les Prairies, avec un recul notable de la récolte de cette année, en baisse de 19,5% à 25,5 millions de tonnes. Ce résultat est sous la moyenne des prévisions qui était de 26,4 millions de tonnes (22,8 à 28,0 millions de tonnes).

Techniquement, le comportement du blé à Chicago se veut timidement positif alors que la forte tendance baissière amorcée en juillet dernier est écartée et que l’important support de 4,00 $US/boisseau semble porter fruit. Par contre, encore une fois, tout comme pour le maïs et le soya, il faudra valider si l’intérêt des marchés se manifeste davantage dans les prochains jours avec le début du mois de septembre. À Minneapolis, la situation reste plus difficile avec une tendance baissière toujours à l’œuvre et un support important à surveiller maintenant autour de 6,15 $US/boisseau (CÀT Sept. 17).


Partager cet article