Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les prix des grains toujours en quête d’un creux

18 août 2017,

La poussière retombe tranquillement pour le marché des grains suivant le dernier rapport mensuel « surprise » négatif du USDA. Mais, les prix demeurent toujours en quête de nouveaux motifs pour s’appuyer sur des bases plus solides sur lesquelles s’appuyer, avec un succès relatif jusqu’ici. 

Hier, le USDA a présenté son rapport hebdomadaire sur les exportations et ventes à l’exportation de grains qui a proposé un certain support pour les marchés du soya et blé, mais pas pour le maïs :

Maïs – Les ventes à l’exportation de maïs de l’ancienne récolte (2016-17) ont été décevantes à seulement 62 400 tonnes, et de 671 800 tonnes pour la nouvelle récolte (2017-18). Les prévisions étaient de 350 000 à 550 000 tonnes. 

Soya – Les ventes à l’exportation de soya de l’ancienne récolte (2016-17) ont été intéressantes à 453 200 tonnes, et fortes pour la nouvelle récolte (2017-18) à 899 500 tonnes. Les prévisions étaient de 600 000 à 750 000 tonnes. Une nouvelle vente nouvelle récolte de 2017-18 a aussi été annoncé par le USDA pendant la journée. 

Blé – Les ventes à l’exportation de blé nouvelle récolte (2016-17) ont été de 633 500 tonnes, plus que les anticipations de 475 000 à 550 000 tonnes.

Côté météo, la dernière mise à jour de la carte de sècheresse du NOAA présenté hier a révélé une amélioration des conditions pour pratiquement l’ensemble des régions asséchées. L’exception à la règle demeure l’Iowa où 45% de l’État demeure en condition de sècheresse modérée en hausse de +5% par rapport à la semaine dernière. Les régions les plus affectées sont le centre/sud de l’Iowa.

Des précipitations de moins d’un pouce d’accumulation ont cependant eu lieu en Iowa dans les derniers jours, bien que les régions plus au sud n’en auront pas profité. 

Pour les 6-10 à 8-14 jours, les dernières prévisions du NOAA proposent une météo relativement mixte, mais toujours favorable aux développements des cultures dans la plupart des régions du Midwest et des Plaines Américaines.

Certains analystes commencent à discuter de la possibilité d’un gel hâtif qui pourrait éventuellement affecter la fin du développement des cultures dans les prochaines semaines. Cette éventualité n’est cependant pas sur les écrans radars des prévisions météo pour le moment.

Techniquement, le marché du maïs à Chicago tente d’amortir sa chute sur le niveau clé de 3,50 $US/boisseau (CÀT Sept. 17). Un rebond n’est pas à exclure sur ajustement des marchés suivant le recul important des derniers jours. Par contre, la tendance demeure baissière et, à défaut de nouvelles positives plus concrètes, le biais reste encore négatif pour les prochains jours/semaines. Pour écarter cette tendance, le rebond du maïs devrait franchir dans un 1er temps une résistance à plus de 3,60-3,62 $US/boisseau.

Le marché du soya aura trouvé matière à gagner davantage en fermeté avec les récents chiffres d’exportation de soya américain positif et ajustement des marchés suivant le recul important depuis la semaine dernière. Techniquement, le support pressenti à 9,20 $US/boisseau (CàT Sept. 17) aura sans aucun doute contribué à ce regain. Par contre, la tendance demeure elle-même à la baisse pour le moment. Il faudrait que le prix parvienne dans les prochains jours à franchir dans un 1er temps une résistance immédiate à 9,30 $US/boisseau, suivi de résistances plus importantes à 9,50-9,55 $US/boisseau pour que la tendance baissière soit remise en question.

Malgré les derniers chiffres d’exportations de blé américain positifs, les marchés demeurent inconfortables à l’idée de s’investir à nouveau alors que la compétition sera forte cette année sur les marchés mondiaux avec les importantes récoltes dans la région de la Mer Noire. Le blé de printemps (Minneapolis) ce sera par contre révélé un peu plus ferme, supporté par les mauvaises conditions qui persistent pour les cultures de blé au Canada. Techniquement, sur l’échéance septembre 17 à Chicago, le blé demeure toujours sous l’emprise d’un canal baissier bien distincte alors que le prix s’appuie maintenant sur son double creux de janvier dernier à 4,1250 $US/boisseau. Un rebond demeure possible sur ajustement de position des marchés. Par contre, pour écarter la tendance baissière en cours, il faudrait que le prix parvienne dans un premier temps à retourner au-dessus de 4,30 $US/boisseau pour par la suite tenter une rupture de la résistance pressentie à plus de 4,40 $US/boisseau.


Partager cet article