Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Le marché des grains s’enfonce

01 août 2017,

Après avoir hésité quelque peu hier en attendant les résultats du rapport hebdomadaire sur l’état des cultures aux États-Unis, les prix des grains sont à nouveau en chute libre. Aujourd’hui, les marchés du maïs et blé à Chicago retiennent spécialement l’attention, avec un retour à leur creux de la mi/fin juin dernier.

Il ne faut pas chercher loin pour repérer encore une fois l’origine de cette nouvelle vague à la baisse. Aux États-Unis, depuis la semaine dernière, les conditions météo ne cessent de se montrer plus favorables de jour en jour pour les cultures. Ce qui fait toutefois une bonne différence cette fois-ci sont les précipitations qui ont lieu dans les Dakota du Nord et du Sud où la sècheresse sévissait toujours en date de la semaine dernière. De bonnes averses sont également encore attendues dans les prochains jours, puis 6-10 et 8-14 jours, sur pratiquement l’ensemble des territoires du Midwest et des Plaines américaines.

Mentionnons au passage que les prévisions actuelles proposent des températures qui seront plus fraiches qu’à la normale pour les deux prochaines semaines. Le NOAA a aussi révisé hier sa prévision mensuelle pour le mois d’août de températures plus chaudes qu’à la normale à essentiellement des températures dans à sous la normale.

En d’autres mots, on parle donc de bonnes précipitations pour assurer le reste du développement des cultures américaines, et d’aucune menace de vague de chaleur excessive à l’horizon. Si certaines régions ne profiteront peut-être pas de précipitations suffisantes suivant les dernières semaines très chaudes et sèches, le temps plus frais prévu a le mérite d’atténuer également le stress hydrique que pourraient occasionner des chaleurs trop importantes.

Sans surprise, ce retour de bonnes conditions météo pour les semaines à venir n’a pas manqué de capter l’attention des marchés qui ont rapidement pris le mors aux dents dès la nuit dernière. Techniquement, certains signaux importants et négatifs ont été projeter, confortant d’autant au passage les « spéculateurs » à engranger leurs profits/couvrir leurs positions, ou même en acquérir de nouvelles à la baisse, ce qui aura sans aucun doute contribué à la débâcle d’aujourd’hui.

Hier dans son rapport hebdomadaire sur l’état des cultures, le USDA a proposé des résultats mixtes qu’ont rapidement ignorés les marchés. En date du dimanche 30 août :

Maïs : Recul de 1% à 61% dans les catégories « bon » à « excellent ». Les marchés s’attendaient en moyenne à un résultat inchangé. Par contre, la moyenne 5 ans est également de 61% dans ces catégories. 85% des cultures ont atteint le stade de la pollinisation, un niveau comparable à l’an dernier, mais de 4% en retard par rapport à la moyenne 5 ans.

Soya : Comme pour le maïs, les marchés anticipaient un résultat inchangé de 57% dans les catégories « bon » à « excellent ». Le USDA estime plutôt une amélioration de +2% à 59%. 82% des cultures sont au stade de la floraison, et 48% au stade du remplissage des gousses. 

Blé de printemps : L’état des cultures de blé de printemps continue de se détériorer, passant de 33% à 31% dans les catégories « bon » à « excellent ». La récolte de blé de printemps est maintenant débutée conformément au rythme des dernières années à 9% en date de dimanche dernier.

Blé d’hiver : La récolte est terminée à 88%, une légère avance de +2% par rapport à la moyenne 5 ans, mais 3% de moins que la moyenne des anticipations. 

Aujourd’hui, les rapports mensuels du USDA sur la transformation et trituration de grains aux États-Unis pour le mois de juin aura eu le mérite de surprendre de manière positive pour le soya, et d’être également positif pour le maïs.

Selon le USDA, c’est 154 millions de boisseaux (4,62 MTM) de soya qui ont été triturés en juin dernier, un recul par rapport aux 158 millions de boisseaux de mai dernier (4,74 millions de tonnes, mais un niveau comparable à celui de juin l’an dernier. Avec le rapport mensuel du NOPA décevant pour juin (138,07 mil. de bo.), les marchés anticipaient aussi pour ce rapport un recul plus marqué de la trituration en juin à en moyenne 146,9 millions de boisseaux. 

Toujours selon le USDA, l’utilisation de maïs pour la fabrication d’éthanol aux États-Unis en juin a été de 437 millions de boisseaux. C’est moins que les 452 millions de boisseaux de mai dernier, mais une hausse de 2% comparativement aux 427,5 millions de boisseaux utilisé en juin l’an dernier.

Techniquement, à Chicago, il apparaît difficile d’ignorer les tendances baissières qui ont maintenant distinctement leur emprise sur les marchés du maïs, soya et blé à Chicago, ainsi que dans une moindre mesure sur le blé à Minneapolis.  Les marchés (et spéculateurs) avaient rapidement incorporé un premium météo dans les prix au cours du « rallye météo » de juin, et ne manque pas l’occasion aujourd’hui de brusquement le retiré. Avec d’importants supports qui ont été brisés dans les marchés du maïs, soya et blé à Chicago aujourd’hui, toute la question est maintenant à savoir où et quand des creux définitifs seront atteints. Pour les prochains jours, il faut surveiller des supports à 3,74-3,75 $US/boisseau dans le maïs récolte (CàT Déc. 17), au « gap » de début juillet dans le soya récolte à 9,58-9,6350 $US/boisseau (CàT Nov. 17), et 4,40-4,45 $US/boisseau pour le blé Chicago (CàT Sept. 17). À Minneapolis, le blé de printemps profite d’un support immédiat à 7,13-7,1450 $US/boisseau (CàT Sept. 17).


Partager cet article