Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Marché des grains : les prix jouent du yoyo, mais le biais reste positif

20 juillet 2017,

Les prix des grains continuent de profiter de plusieurs nouvelles pour les supporter. Au net, la journée ce sera ainsi conclu de nouveau en hausse à Chicago, le maïs +0,0775 à 3,91 $US/boisseau (CàT Sept. 17), le soya +0,14 à 10,1325 $US/boisseau (CàT Août 17), le blé Chicago +0,0275 à 5,0575 $US/boisseau (CàT Sept. 17) et le blé de printemps Minneapolis +0,0250 à 7,78 $US/boisseau (CàT Sept. 17).

Les conditions météo resteront encore très chaudes aux États-Unis pour les prochains jours alors que les cultures de maïs sont au stade de la pollinisation dans plusieurs régions. En date de dimanche dernier, 40% du maïs était déjà à ce stade. Malgré les précipitations irrégulières et dispersées qui ont profité aux cultures dans plusieurs régions asséchées, la dernière mise à jour du NOAA révèle que la sècheresse aux États-Unis continue de s’intensifier.

Pour ne pas aider les choses, pour les 7 prochains jours, la part du lion des précipitations cumulatives sera concentrée surtout dans les régions où la sècheresse se veut généralement moins intensive, voir absente. Les avis restent néanmoins encore très partagés autant sur les prévisions météo qui changent d’heure en heure, que concernant les répercussions de ces conditions difficiles sur les rendements américains à prévoir cet automne.

Aujourd’hui, le rapport hebdomadaire sur les exportations et ventes à l’exportation de grains américains aura ajouter son grain de sel, proposant de bonnes ventes anciennes récoltes pour le maïs de 466 500 tonnes (prév. 150 000 à 350 000 tonnes) et pour le soya de 409 500 tonnes (prév. 100 000 à 300 000 tonnes). Les ventes à l’exportation de blé américain ont également été bonnes à 669 520 tonnes, plus que les anticipations. Dans le soya, on note également des ventes prochaines récoltes de 1,523 million de tonnes, dont 1,3 million de tonnes à destination de la Chine, ce qui donne suite au passage d’une délégation chinoise à DesMoines en Illinois la semaine dernière. 

Le dollar américain vient ajouter une dimension intéressante aux perspectives d’exportations et ventes à l’exportation de grains américains pour les prochaines semaines/mois. Le billet vert a atteint cette semaine sa plus faible valeur en pratiquement 1 an, poursuivant ainsi sa chute après l’échec de M. Trump de faire accepter le démantèlement du programme d’assurance maladie de son prédécesseur, l’Obamacare. 

Techniquement, après un début de semaine indécis, les marchés du maïs et du soya à Chicago se veulent mieux supporter. Dans les deux cas, il apparaît toujours incertain qu’une tendance haussière plus définitive soit en cours de formation. Mais, à tout le moins, on note un regain qui laisse maintenant présager que les derniers sommets à 4,0475 $US/boisseau (CàT Sept. 17) dans le maïs et 10,3250 $US/boisseau (CàT Août 17) dans le soya puissent être revisités. Du côté du blé, celui à Chicago éprouve davantage de difficulté, les marchés prenant bonne note que ce n’est pas le blé de qualité fourragère qui fera défaut cette année, mais bien le blé de printemps (Minneapolis) de bonne qualité et plus riche en protéine. À Chicago, après avoir refermé son « gap » la semaine dernière, le blé tente maintenant de s’appuyer sur un nouveau support important à 5,00 $US/boisseau. Le blé de printemps à Minneapolis se montre plus ferme, les marchés estimant toujours possible que les conditions se détériorent pour les cultures en cours aux États-Unis et au Canada. La forte tendance haussière des dernières semaines reste effective, le prochain grand objectif étant la résistance importante de 8,00 $US/boisseau.


Partager cet article