Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

La météo de retour pour supporter le marché des grains

18 juillet 2017,

Suivant un début de semaine plus difficile, les prix des grains sont de nouveau en hausse, supportée par la détérioration de l’état des cultures et des dernières prévisions météo aux États-Unis.

Les marchés anticipaient hier un recul de l’état des cultures américaines. Néanmoins, ceux-ci s’interrogent sur la suite des choses puisque les cultures sont maintenant à des stades importants de leur développement. 

En date de ce dimanche, le USDA rapporte que l’état des cultures de maïs a reculé de -1% à 64% dans les catégories « bon » et « excellent ». Ce résultat est conforme aux attentes des marchés.  L’an dernier à pareille date, les cultures étaient à 76% dans ces catégories. Les deux zones en difficultés demeurent le centre/nord des Plaines américaines et les régions entourant les Grands Lacs (Wisconsin, Illinois, Indiana et Ohio). Les cultures tardent également à l’échelle nationale dans leur développement à seulement 40% au stade de la soie, 7% de moins que l’an dernier, et 13% de moins que la moyenne 5 ans. Avec la période de pollinisation qui débute tardivement, le temps chaud encore prévu pour les deux prochaines semaines n’est pas favorable pour les perspectives de rendements américains. 

Dans le soya, le retard de développement est plus modeste avec 52% des cultures qui sont au stade de la floraison (l’an dernier 56%, moy. 5 ans 51%) et 16% au stade du remplissage des gousses (l’an dernier 16%, moy. 5 ans 13%). Par contre, ici aussi, l’état des cultures de soya se détériore de -1% à 61% dans les catégories « bon » à « excellent ». Dans ce cas-ci, c’est pratiquement tout l’ouest et le nord des Plaines et du Midwest jusqu’aux Grands Lacs où les cultures révèlent le plus de difficultés.

Sans surprise, l’état des cultures de blé de printemps continue de s’effriter également, en baisse de -1% à 34% dans les catégories « bon » et « excellent ». 91% des cultures sont au stade de l’épiaison, versus 95% l’an dernier. On prend note que dans le Dakota du Sud, seulement 8% des cultures sont dans les catégories « bon » et « excellent ». Concernant la récolte de blé d’hiver, elle est complétée à 75%, un niveau comparable à l’an dernier.

De toute évidence, et avec les conditions encore anormalement chaudes et sèches pour plusieurs régions du Midwest et des Plaines, le USDA devrait revoir dans son prochain rapport mensuel les rendements américains à la baisse. Actuellement, les prévisions sont de 170,7 boisseaux/acre pour le maïs, 48 boisseaux/acre pour le soya et 40,3 boisseaux/acre pour le blé de printemps. Selon le dernier estimé de la firme d’imagerie Planalytics, il faudrait plutôt prévoir 165,3 boisseaux/acre pour le maïs, 46,7 boisseaux/acre pour le soya et 39,3 boisseaux/acre pour le blé de printemps.

Mentionnons au passage qu’au Canada, la sècheresse sévit toujours aussi dans les Prairies canadiennes et il apparaît de plus en plus difficile d’envisager une récolte à la hauteur de ce qui est prévu; 28,3 millions de tonnes selon le dernier rapport mensuel du USDA.

Dans les autres nouvelles, le dernier rapport mensuel du NOPA (National Oilseed Processors Association) présenté hier propose un nouveau résultat décevant pour la trituration de ses membres en juin dernier à 138,074 millions de boisseaux. En mai, 149,246 millions de boisseaux avaient été triturés et en juin l’an dernier, 145,050 millions de boisseaux. Les marchés anticipaient également un niveau de trituration plus intéressant à en moyenne 143,093 millions de boisseaux.

Dans l’immédiat, toute l’attention des marchés demeure néanmoins centrée sur la détérioration des cultures aux États-Unis qui se poursuit, mais surtout, les prévisions météo qui, bien que moins inquiétantes que la semaine dernière, ne jettent pas moins un doute important sur les rendements à venir cet automne.

Selon les dernières prévisions météo, les températures devraient facilement grimper autour de 37-38 Celsius dans plusieurs régions du Midwest et des Plaines cette semaine. Des bonnes précipitations sont attendues dans plusieurs régions plus sèches pour les prochains jours, ce qui devrait profiter aux cultures. Cependant, ce ne sont pas toutes les régions asséchées qui verront des averses, et les températures demeurent anormalement chaudes pour se montrer favorables à la période de la pollinisation.

Sur un horizon de 6-10 et 8-14 jours, des températures encore très chaudes avec peu de précipitations sont attendues sur pratiquement l’ensemble des territoires du Midwest et des Plaines américaines.

Techniquement, le comportement des marchés reste encore assez défensif. Après la forte correction de la dernière semaine, les prix étaient mûrs pour un rebond, ce qu’aura permis aujourd’hui la détérioration des cultures américaines et la météo difficile. On note ainsi la possibilité de formation d’un nouveau début de tendance haussière dans les maïs et soya, alors que le blé de printemps profite toujours de sa propre tendance haussière effective depuis le début juin dernier. Les marchés n’en demeurent pas moins très nerveux comme l’aura rappelé leur comportement de la dernière semaine avec une très forte volatilité des prix, et une possibilité de revers au moindre signe d’une météo plus clémente.


Partager cet article