Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les marchés toujours dans le rouge

23 mars 2017,

Les jours se suivent et se ressemble pour les prix des grains à Chicago. Les nouvelles se font rares en attendant le début de saison officiel aux États-Unis ainsi que la publication du très attendu rapport sur les intentions d’ensemencements américains (31 mars).  Et, à défaut de nouvelles, les marchés brouillent du noir, ce qui ne manque pas de forcer davantage à la baisse les prix.

Aux États-Unis, les dernières cartes météo proposent toujours une bonne ronde de précipitations pour les deux prochaines semaines.  La dernière mise à jour des prévisions révèle d’ailleurs des averses un peu plus importantes qu’initialement prévu dans le sud/sud-ouest du Midwest et des Plaines américaines.

Ceci n’aura pas manqué de faire reculer davantage le marché du blé. Rappelons que les dernières semaines étaient très sèches pour amorcer la sortie de dormance des cultures de blé d’hiver, ce qui aura été source de préoccupation et aura contribué à supporter le marché du blé. Mais depuis une semaine, les prévisions proposent des averses qui semblent vouloir se montrer de plus en plus importantes. Néanmoins, il faudra sans aucun doute que d’autres précipitations aient lieu par la suite pour écarter définitivement toute menace de sècheresse.

Pour le reste du Midwest et des Plaines américaines, ces averses sont toujours jugées favorables, celles-ci venant assurer de bonnes réserves hydriques dans les sols pour débuter la saison. Il faudra néanmoins être attentif par la suite à ce que les conditions se révèlent plus sèches, sans quoi, les marchés pourraient alors rapidement se montrer plus nerveux à l’idée d’un retard dans les ensemencements américains.

Aujourd’hui, le rapport hebdomadaire sur les exportations et ventes à l’exportation de grains américains aura été très positif, ce qui ne semble pas avoir fait sourciller les marchés pour autant. 

Maïs – D’excellentes ventes de 1,347 millions de tonnes, bien plus que le volume nécessaire par semaine pour atteindre la prévision d’exportations du USDA pour cette année (2016-17) et plus que les anticipations (0,9-1,2 million de tonnes).

Soya – Les ventes ont été de 738 000 tonnes, un niveau nettement plus élevé que les attentes des marchés (350 000 à 500 000 tonnes). Il ne faut plus que des ventes de l’ordre de 60 000 tonnes/semaine pour atteindre la prévision d’exportations du USDA pour 2016-17. 

Blé - Les ventes de blé ont été dans les attentes (250 000 à 450 000 tonnes) les plus élevées des marchés à 418 477 tonnes.

Du côté du maïs, une certaine nervosité s’installe concernant l’investigation en cours chez plusieurs importants grossistes et exportateurs de viande au Brésil. Des inspecteurs auraient reçu des pots-de-vin afin de faciliter le processus de distribution de la viande. On s’inquiète ainsi des retombés sur l’industrie de production animale et, par ricochet, sur une éventuelle réduction de la demande de maïs. Avec une récolte record brésilienne de maïs en cours qui semble ne cesser de gonfler de semaine en semaine, le Brésil pourrait à terme exporter davantage de maïs au cours de la prochaine année ; possiblement un nouveau record.

Aux États-Unis, du côté du soya, le National Biodiesel Board a déposé une pétition auprès du US Commerce Department and US International Trade Commission afin qu’il lance une investigation concernant les importations de biodiésels en provenance de l’Argentine et de l’Indonésie. De l’avis du National Biodiesel Board, ces deux pays subventionnent leur industrie de biodiésel de sorte qu’ils ont acquis rapidement une part importante du marché du biodiésel en sol américain. Suivant cette annonce, le prix de l’huile de soya a bondi à Chicago, ce qui ne l’aura pas empêché par la suite de terminer la journée en baisse. Mais, à terme, si le National Biodiesel Board a gain de cause, les retombés seraient favorables pour le marché de l’huile de soya et, par défaut, celui du soya lui-même.

Techniquement, à Chicago, le recul des prix des derniers jours occasionne de plus en plus de dommage. Le marché du maïs sera passé sous un support plus important autour de 3,60 $US/boisseau (CàT Mai 17), ce qui laisse la porte ouverte maintenant à un recul vers 3,49-3,51 $US/boisseau. Celui du soya n’est pas en reste, l’échéance de mai 17 ayant finalement lâché prise en passant sous le support de 9,90-9,91 $US/boisseau. S’il ne parvient pas rapidement à trouvé un nouvel appui, la marche est haute avec le prochain support à 9,49-9,55 $US/boisseau. Enfin, le marché du blé à Chicago n’est pas parvenu non plus à éviter un passage sous un support plus important autour de 4,25-4,27 $US/boisseau (CàT Mai 17), ce qui ouvre une brèche à un recul vers 4,16 puis 4,05-4,06 $US/boisseau.


Partager cet article