Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les prix des grains tempèrent leur recul

15 mars 2017,

Suivant la vague de sentiment négatif qui aura fait surface la semaine dernière avec la publication du rapport mensuel du USDA de mars 17, le marché des grains tente maintenant de s’appuyer sur de 1ers supports plus fermes. À ce stade-ci, il demeure par contre incertain que ceux-ci puissent concrètement bondir de leur dernier creux actuel. 

Le dernier rapport mensuel du NOPA publié aujourd’hui n’aura pas été positif, proposant moins de trituration de soya aux États-Unis en février à 142,792 millions de boisseaux. La moyenne des prévisions était de 146,091 millions de boisseaux. Il s’agit d’un recul par rapport aux 160,621 millions de boisseaux de janvier dernier, et une baisse également comparativement aux 146,181 millions de boisseaux de février 2016.

Avec les excellentes récoltes en cours en Amérique du Sud, et le recul saisonnier des exportations américaines face à la compétition sud-américaine, un ralentissement de la trituration aux États-Unis jette un doute supplémentaire sur des stocks américains de fin d’année qui pourraient encore très bien gonfler davantage. Rappelons que dans son dernier rapport mensuel de mars, le USDA a ajusté les stocks américains de soya 2016-17 de 420 à 435 millions de boisseaux, plus du double de ceux enregistrés l’an dernier (2015-16) à seulement 197 millions de boisseaux.

En Amérique du Sud, les dernières prévisions restent dans l’ensemble favorable. Au Brésil, la région de Rio Grande do Sul a composé dernièrement avec des inondations, mais des conditions plus sèches pour la prochaine semaine devraient permettre un retour à la normale pour le développement des cultures et les travaux aux champs. En dehors de cette région, le reste du Brésil devrait profiter de bonnes conditions pour les deux prochaines semaines avec des alternances de précipitations qui sont jugées favorables aux cultures.

En Argentine, l’ensemble du pays profite aussi de bonnes conditions pour les cultures, bien que certaines régions plus au sud du pays son sèches et profiteront sans aucun doute de précipitations attendues plus tard la semaine prochaine. 

Sur une note plus encourageante, aux États-Unis, le dernier rapport hebdomadaire de l’EIA révèle une hausse de la production hebdomadaire d’éthanol de 1,022 à 1,045 millions de barils la semaine dernière. C’est la 20e semaine consécutive que la production dépasse le million de barils/jour. Autre élément également positif de ce rapport, après 8 semaines de hausses continuent, les stocks d’éthanol ont reculé à nouveau pour une 2e semaine consécutive de -90 000 à 22,77 millions de tonnes.  

Du côté du blé, les marchés se montrent de plus en plus nerveux concernant le début de saison aux États-Unis. De bonnes précipitations sont attendues dans le Midwest et une portion des Plaines américaines à la fin mars/début avril. Certains envisagent même un retard dans le début des ensemencements plus au sud en raison des conditions trop humides à prévoir. Par contre, les régions de production de blé d’hiver les plus asséchées présentement pourraient ne pas profiter de ces précipitations importantes.

Selon un sondage réalisé par l’équipe d’Allendale, l’idée que les producteurs américains boudent la production de blé pour 2017 se confirme aussi de plus en plus. Le dernier mot reviendra aux chiffres présentés le 31 mars prochain par le USDA à ce sujet, mais le sondage d’Allendale révèle des intentions d’ensemencements en blé de seulement 45,967 millions d’acres. Ce serait les plus faibles depuis que le USDA recueille ces données, 1919.

Toujours selon ce sondage, les producteurs américains garderaient ainsi dans leur ligne de mire le soya, avec des intentions d’ensemencements record de 88,825 millions d’acres, alors qu’ils n’auraient l’intention de semer ce printemps que 90,018 millions d’acres de maïs. 

Techniquement, suivant le raz-de-marée qui a emporté les prix des grains à la baisse dans la dernière semaine, écartant au passage la tendance haussière amorcée depuis l’automne, ceux-ci seront finalement parvenus à se stabiliser un peu aujourd’hui. Il demeure néanmoins très difficile d’envisager un rebond pour le moment à défaut de préoccupation météo du côté de l’Amérique du Sud, et encore quelques semaines avant que des inquiétudes météo ne puissent faire surface du côté des États-Unis qui débuteront alors la saison. À la hausse, le maïs livraison immédiate à Chicago (CàT Mai 17) fait face à une 1re résistance à 3,67-3,70 avec un 1er support toujours à 3,60 $US/boisseau. Le soya livraison immédiate (CàT Mai 17) profite d’un support à 9,92-9,95 $US/boisseau avec un premier objectif de retour et fermeture au-dessus de 10,00 $US/boisseau. Le marché du blé à Chicago (CàT Mai 17) sera parvenu a reprendre un peu plus de terrain aujourd’hui, son support immédiat étant autour de 4,27-4,30 $US/boisseau avec un 1er objectif à la hausse à 4,38-4,40 $US/boisseau.


Partager cet article