Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les prix des grains terminent février sur une note positive

01 mars 2017,

Suivant deux semaines plus difficiles dans l’ensemble pour le marché des grains, ceux-ci ont fait volteface et bondi pour terminer le mois de février.

À l’origine de ce rebond « surprise », une rumeur citant un représentant officiel de l’Association des carburants  renouvelables (Renewable Fuels Association) aux États-Unis à l’effet que la nouvelle administration de M. Trump allait demander un changement dans les normes de mélange de biocarburants dans l’essence automobile.  

Depuis déjà quelques années, des débats entourent entre autres le passage de E10 à E15 (mélange de 10% à 15%) dans l’essence. Cette initiative occasionnerait un usage accru d’éthanol et, par ricochet, de transformation de maïs pour le mélange de E15. Rappelons que déjà cette année, un record de près de 136 millions de tonnes de maïs (35% de la production américaine) devrait déjà être utilisé pour l’éthanol.

Cette rumeur aura finalement été démentie par la Maison-Blanche en fin de journée, occasionnant un recul des prix pour clôturer la séance à Chicago.

Lundi, les inspections à l’exportation de grains américains auront été intéressantes pour le maïs, et neutres à décevantes pour le soya et le blé à respectivement 1,461 million de tonnes (semaine préc. 1,169 MTM), 0,705 million de tonnes (semaine préc. 1,09 MTM) et 0,538 million de tonnes (semaine préc. 0,571 MTM).  

En Amérique du Sud, les conditions météo restent généralement favorables au développement des cultures et aux récoltes avec des conditions plus sèches observées dans la dernière semaine. Certaines régions demeurent néanmoins à surveiller avec à l’horizon des précipitations et conditions plus humides qui continueront de retarder les travaux aux champs et les récoltes au Brésil.

Rappelons que l’an dernier, les perspectives pour les récoltes étaient bonnes à ce moment-ci de l’année, mais que des conditions plus difficiles de fin de saison au Brésil (trop sec) et en Argentine (trop humides) avait endommagé les cultures et réduit les volumes récoltés. Il faut donc demeurer encore très attentif cette année aux conditions météo sud-américaines pour les prochaines semaines.

Aujourd’hui, il faut surveiller les derniers chiffres que proposera le rapport hebdomadaire de la production d’éthanol aux États-Unis. Depuis la fin octobre, la production hebdomadaire d’éthanol dépasse le cap du million de barils. Les dernières semaines auront cependant vu le rythme de production ralentir et les stocks s’accumuler, ce qui invite à la prudence.

Techniquement, le rebond des prix à Chicago d’hier est intéressant. Que ce soit pour le maïs, le soya ou le blé, le recul amorcé depuis la mi-février positionnait les prix à la limite ou même en rupture de tendances haussières moyens termes qui avaient pris forme dans les derniers mois. Plusieurs analystes auront noté et surveillé dans ce même ordre d’idée des supports qui convergeaient autour de moyennes mobiles 50, 100 et 200 jours (variable selon les grains surveillés et échéances de contrat à terme utilisé). 

Un recul supplémentaire et plus marqué des prix pour débuter la semaine aurait écarté du revers de la main ces tendances à la hausse, remettant en question la possibilité de progression plus intéressante des prix dans les prochaines semaines. Mais, il semble que les marchés ne soient tout simplement pas prêts à quitter le navire et baisser les bras à ce stade-ci, à l’approche d’un début de saison qui pourrait très bien se révéler plus hâtif qu’à la normale cette année.

Mentionnons aussi que s’il est d’usage de voir les prix à Chicago reculer à la fin février, il est aussi dans la norme des choses de les voir progresser en mars selon la tendance saisonnière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article