Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Toujours plus de soya

23 février 2017,

La journée aura été difficile, spécialement pour le marché du soya qui aura dû composer avec de mauvaises nouvelles aujourd’hui. 

Selon les évaluations préliminaires des économistes du USDA présenté avec la tenue du Agricultural Forum Outlook, aux États-Unis il se cultivera ce printemps 90 millions d’acres de maïs (moy. prév. 91,05), 88 millions d’acres de soya (moy. prév. 87,6) et 46 millions d’acres de blé. L’an dernier, c’est 94 millions d’acres qui avaient été semés en maïs et 83,4 millions d’acres en soya. C’est donc un peu plus de soya et un peu moins de maïs et de blé que ce qui était anticipé qui sera semé ce printemps.

Au net, toutes cultures confondues, un recul des superficies cultivées aux États-Unis de 3,6 millions d’acres à 249,8 millions d’acres est prévu par les économistes du USDA cette année. Il s’agit des plus faibles superficies cultivées depuis 2011.

Rappelons que ces projections demeurent basées sur des statistiques et données économiques. À terme, c’est le rapport des intentions d’ensemencements américains du 31 mars prochain qui sera plus déterminant, puisque celui-ci est plutôt basé sur un sondage auprès des producteurs.

Sans surprise, le marché du soya n’en aura pas moins difficilement encaissé la nouvelle, affichant un recul à son plus bas niveau depuis la mi-janvier, clôturant à 10,1375 $US/boisseau (CàT Mars 17). Pour ne pas aider les choses, on rapporte toujours de bonnes conditions dans l’ensemble pour les cultures en cours en Amérique du Sud.

AgroConsult a d’ailleurs ajusté à la hausse son estimation de récolte de +2,5 millions de tonnes à un nouveau record de 107,8 millions de tonnes. Plusieurs firmes et organisations se sont montrées aussi plus optimistes dernièrement dans une fourchette de 105 à 107 millions de tonnes, le USDA étant demeuré à 104 millions de tonnes dans son dernier rapport mensuel.

Malgré une production hebdomadaire d’éthanol qui garde le cap à plus de 1,0 million barils/jour aux États-Unis selon le dernier rapport de l’EIA présenté aujourd’hui, le marché du maïs ne sera pas parvenu à éviter la pression baissière du côté du soya. On note cependant que les stocks d’éthanol sont également à la hausse pour une 7e semaine consécutive, signe que la demande ne parvient plus à absorber le rythme élevé de production d’éthanol actuel. Ceci jette un doute, bien qu’il soit dans la normale des choses d’observer une progression des stocks à cette période-ci de l’année.

De l’avis du ministère de l’Agriculture en Argentine, malgré les conditions météo difficiles de la mi-janvier, la récolte de maïs du pays devrait atteindre 40 millions de tonnes, nettement plus que la projection actuelle du USDA (36,5 millions de tonnes). On peut s’interroger sur une aussi forte récolte anticipée. Toutefois, cette projection s’ajoute à celles de d’autres organisations qui après avoir craint le pire en janvier, se montrent maintenant plus optimistes.

Techniquement, le marché du soya à Chicago est en difficulté. Il sera intéressant de surveiller un support autour de 10,05-10,10 $US/boisseau (CàT Mars 17) qui, s’il se confirme, viendrait appuyer la formation d’une tendance haussière moyen terme. Cependant, à ce stade-ci, il est permis de douter de cette éventualité avec un prochain support important à garder à l’œil à 10,00 $US/boisseau, après quoi un recul vers 9,92 $US/boisseau n’est pas à exclure. 

Le marché du maïs à Chicago n’a pas échappé au recul qui a emporté celui du soya malgré de plus faibles acréages anticipés ce printemps aux États-Unis. Pour le moment, le revers amorcé depuis la semaine invite seulement à la prudence. Un passage cependant sous un support à 3,60-3,62 $US/boisseau (CàT mars 17) ouvrirait la porte à un recul plus inquiétant.

Tout comme le maïs, le marché du blé à Chicago aura dû composer avec la baisse marquée du marché du soya. Par contre, contrairement à ses homologues, il profite toujours d’un support intéressant qui sera parvenu à freiner un recul important à 4,35 $US/boisseau (CàT Mars 17). Si ce support garde le cap, une consolidation dans les prochains jours/semaines laisserait entrevoir une tentative par la suite à de nouveaux sommets.


Partager cet article